Biographie universelle, ou Dictionnaire historique des hommes qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs vertus, leurs erreurs ou leurs crimes: Supplément, Volume 8

Couverture
J. Leroux, Jouby et c, 1850
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 350 - persévérance s'attache à une étude un homme d'es« prit dont elle est le plus grand plaisir, et un homme « de bien dont elle est devenue le devoir essentiel. » « Il avait cette innocence et cette simplicité de mœurs « que l'on conserve ordinairement quand on a moins de « commerce avec les hommes qu'avec les livres; et il « n'avait point cette rudesse et une certaine fierté sau« vage que donne assez souvent le commerce des livres
Page 94 - Ah! si quelques générations, que dis-je? si quelques années après votre mort, vous reveniez, hommes oubliés, au milieu du monde, vous vous hâteriez de rentrer dans vos tombeauX, pour ne pas voir votre nom terni, votre...
Page 365 - C'est ce monde-ci qui est l'enfer ; Prague en est actuellement la capitale, la Saxe en est le faubourg; les Délices seront le paradis quand vous y reviendrez. Vous avez des articles de théologie et de métaphysique qui me font bien de la peine; mais vous rachetez ces petites orthodoxies par tant de beautés et de choses utiles, qu'en général le livre sera un service rendu au genre humain.
Page 292 - Question royale, où est montré en quelle extrémité, principalement en temps de paix, le sujet pourrait être obligé de conserver la vie du prince aux dépens de la sienne.
Page 364 - L'enthousiasme avait passé jusque dans le peuple ; on s'arrêtait devant ses fenêtres ; on y passait des heures entières dans l'espérance de le voir un moment ; sa voiture, forcée d'aller au pas, était entourée d'une foule nombreuse qui le bénissait et célébrait ses ouvrages. L'Académie française, qui ne l'avait adopté qu'à cinquante-deux ans, lui prodigua les honneurs, et le reçut moins comme un égal que comme le souverain de l'empire des lettres.
Page 206 - Formo l'.lnl , est une collection tirée de l'écriture , des Conciles et des Pères, touchant la vie et les mœurs des ecclésiastiques. Il n'en avait d'abord paru que trois volumes in-42; mais on a imprimé en 4724, à Paris, l'ouvrage entier, in-4".
Page 365 - Il n'a point vu tout ce qu'il a fait, mais il a fait tout ce que nous voyons. Les observateurs éclairés , ceux qui sauront écrire l'histoire , prouveront à ceux qui savent réfléchir, que le premier auteur de cette grande révolution qui étonne l'Europe, et répand de tout côté l'espérance chez les peuples et l'inquiétude dans les cours, c'est, sans contredit, Voltaire.
Page 97 - TENTZEL (André), fameux médecin allemand du xvn6 siècle, publia un Traité curieux, dans lequel il décrit fort au long, non-seulement la vertu des momies et leurs propriétés, mais aussi la manière de les composer et de s'en servir dans les maladies. Les momies que les droguistes vendaient autrefois venaient du Levant. C'étaient des cadavres embaumés avec des aromates résineux, et le bitume de Judée, et sèches au four. On employait des parties de ces momies poní1 deterger et résister...
Page 77 - Tamerlan se faisait verser à boire par l'épouse de Bajazet à demi nue; et c'est ce qui a donné lieu à la fable reçue que les sultans turcs ne se marièrent plus depuis cet outrage fait à une de leurs femmes. Cette fable est démentie par le mariage d'Amurat II, que nous verrons épouser.
Page 365 - L'esprit humain ne s'arrête pas plus dans son indépendance » que dans sa servitude; et c'est Voltaire qui l'a affranchi, en » l'accoutumant à juger, sous tous les rapports, ceux qui l'as

Informations bibliographiques