La Bohême historique, pittoresque & littéraire

Couverture
Librairie internationale, 1867 - 472 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 238 - Kmets, lechs et vladyks, vous entendez comme on m'outrage ; jugez vous-mêmes selon la loi ! Désormais, je ne jugerai plus vos querelles. Choisissez un homme, un de vos égaux, qui vous gouverne avec un sceptre de fer : la main d'une vierge est trop faible pour vous gouverner.
Page 284 - Roleslas. roi de Pologne. plaine de Kossowo , de Constantinople au Kamchatka, dans les Durais , les Carpathes, aux bords du Volga, du Danube, partout où l'on entend le langage slave, réjouissons-nous, embrassons-nous, heureux dans notre immense patrie, la Panslavie '. » Croyez-moi, ô frères ! nous avons tout ce qui assure la durée d'un grand peuple au milieu des nations de l'humanité. Des continents et des mers s'étendent à nos pieds. L'or, l'argent, des bras habiles et vigoureux, une parole...
Page 276 - Nous ne saurions mieux faire que d'emprunter sa version. « Elle est là; je la vois à travers mes larmes, cette vaste terre, jadis le berceau et maintenant le cercueil d'une grande nation! Arrêtons nos pas. Comment oserais-je fouler cette terre dans chaque endroit de mon pays natal? Fuyons sur la cime de ces monts qui seuls échappent aux ravages du temps. Mais comment échapper à l'homme? Car ici c'est l'homme qui, plus actif que le temps, plus farouche que le glaive, plus avide que le feu et...
Page 238 - Chroudoch des rives de l'Otava sinueuse, se lève : la colère le possède tout entier : tous ses membres tremblent de frayeur, il brandit le poing, et mugit comme un taureau irrité : « Malheur à la couvée où le serpent pénètre! Malheur aux hommes que gouverne une femme ! C'est à l'homme de commander aux hommes; c'est à l'ainé qu'il faut donner l'héritage.
Page 277 - Et maintenant, ces peuples, leurs traditions, leur langue, tout a péri par la main de la race allemande! Les forêts seules, les fleuves et les montagnes, et les lieux habités par l'étranger, s'obstinent à garder leurs noms slaves. Oh ! qui viendra tirer ce cadavre de sa tombe encore si pleine de vie? Qui ramènera dans son patrimoine cet héritier légitime, depuis si longtemps dépossédé ? Ce n'est pas le regard obscurci par les larmes ; non, c'est la main qui plante l'arbre de l'espérance....
Page 276 - Car ici c'est l'homme qui, phis actif que le temps, plus farouche que le glaive, plus avide que le feu et mieux dirigé que la foudre, ne cesse de sévir contre les Slaves. 0 siècles passés, vous m'entourez comme autant de nuits! Depuis les sources de l'Elbe jusqu'à la Baltique, une parole généreuse et grande avait retenti. Comment et pourquoi ne l'entend-on plus sur cette terre ! Honte à toi, Allemand jaloux et cupide...
Page 397 - Tandis que je faisais paître les chevaux, le sommeil m'a surpris : mes chevaux sont entrés dans les seigles. Un coquin de paysan, le propriétaire des seigles, vint à moi: »Que fais-tu, coquin, que fais-tu? Tes chevaux sont dans mes seigles.« »Je ne suis pas un coquin: je suis le fils d'une honnête mère; si quelque autre que vous me traitait ainsi, je l'arrangerais bien. J'ai servi sept ans chez vous et je ne vous ai rien perdu, si ce n'est une cheville, et je vous l'ai payée. J'ai servi...
Page 82 - Fermement résolu à conserver sans tache l'éclat de la couronne, mais prêt à partager nos droits avec les représentants de nos peuples, nous espérons, avec l'aide de Dieu et de concert avec nos peuples, arriver à réunir, en un grand corps d'État, tous les pays et toutes les races de la monarchie.
Page 283 - Tu troubles mon eau. — Mais, sire, je suis au-dessous de vous; .le » Danube coule de vos Etats, pour arriver aux -miens. » Indignés des injustices qu'ils voient sur le Danube, le poète et Milek ont hâte d'arriver en Bohême. La vue de Prague les fait respirer plus à leur aise ; ils sont heureux de revoir leur pays natal : « Comment te saluerai-je, cité glorieuse, avec des. larmes ou avec des chants? Comme une mère ou comme une marâtre ? » Milek, radieux, baigne ses ailes de Cupidon dans...
Page 260 - L'étranger prendra des gens de sa langue Et cherchera toujours votre mal. Il cherchera des fautes dans votre peuple Et partagera aux siens votre héritage. Garde-toi bien de confier ta fortune A l'étranger, quoique menacée, tête bohème ! Voici ce que vous apprend une femme : "Là où il n'ya qu 'une langue, là est la gloire !» " Libuse dit encore : "Je sais déjà très bien Qui doit être votre maître.

Informations bibliographiques