Méthode rationnelle, suivant pas à pas la marche de la nature: pour apprendre à lire, à entendre, a parler et à écrire lʾanglais

Couverture
D. Appleton and Company, 1876 - 209 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

I
8
II
68
IV
70
V
72
VI
74
VII
76
VIII
78
IX
80
XXXIV
132
XXXVI
134
XXXVII
136
XXXVIII
138
XXXIX
140
XL
142
XLI
144
XLII
146

X
82
XI
84
XII
86
XIII
90
XIV
92
XV
96
XVI
102
XVII
108
XIX
110
XXI
112
XXIII
114
XXIV
116
XXV
118
XXVI
120
XXVII
122
XXIX
124
XXX
126
XXXII
128
XXXIII
130
XLIII
148
XLIV
150
XLV
152
XLVI
154
XLVII
158
XLVIII
160
XLIX
162
L
166
LI
168
LII
170
LIII
174
LIV
178
LV
180
LVI
184
LVII
188
LVIII
190
LIX
192
LX
194
LXI
200

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 159 - UN enfant de très- bonne naissance , placé à l'école militaire , se contentoit , depuis plusieurs jours, de la soupe et du pain sec avec de l'eau. Le Gouverneur, averti de cette singularité , l'en reprit , attribuant cela à quelque excès de dévotion mal entendue. Le jeune enfant continuoit toujours , sans découvrir son secret.
Page 186 - I am. Thou art. He is. We are. You are. They are. I was. Thou wast He was. We were. You were. They were.
Page 181 - Que le marchand continue donc à faire crier son or et son émeraude jusqu'à ce qu'ils lui soient rapportés par quelque personne qui ait la crainte de Dieu. Quant au matelot, il gardera pendant quarante jours l'or qu'il a trouvé ; et, si celui qui l'a perdu ne se présente pa» dins cet espace, il en jouira légitimement comme d'un bien qui est à lui.
Page 189 - On risquoit d'être emporté par la rapidité du fleuve, ou d'être écrasé par les ruines de l'arcade en abordant dessous. Le concours du peuple étoit innombrable, et personne n'osoit s'offrir. Dans cet intervalle passe un villageois; on l'instruit de l'entreprise proposée, et de la récompense qui y est attachée.
Page 163 - Le lion tint conseil, et dit : « Mes chers amis, Je crois que le ciel a permis Pour nos péchés cette infortune. Que le plus coupable de nous Se sacrifie aux traits du céleste courroux; Peut-être il obtiendra la guérison commune.
Page 163 - Mes chers amis, je crois que le ciel nous a envoyé cette affreuse maladie pourfnos péchés. Faisons une confession générale et que le plus coupable de nous se sacrifie pour le salut des autres.
Page 123 - L'EMPEREUR Aurélien, étant arrivé devant la ville de Tyane, et en ayant trouvé les portes fermées, jura dans sa colère, qu'il ne laisserait pas seulement un chien en vie dans cette cité rebelle. Les soldats se réjouissaient d'avance, dans l'espoir de faire un grand butin. La ville ayant été prise, Aurélien dit à ses troupes, qui le...
Page 109 - Racine, de la terre ; et comme il ne restait plus que l' enfer, je m' y suis jeté à corps perdu." Le Faux Connaisseur. Une personne, voulant vanter un tableau qui représentait un enfant tenant une corbeille de fruits, disait que les fruits paraissaient si naturels que les oiseaux venaient les becqueter. Il faut, dit un autre, que l' enfant soit bien mal peint, puisque les oiseaux n' en ont pas peur. Le Sage se rit de la Fortune. Bias, fuyant sa ville natale, que les ennemis étaient sur le point...
Page 109 - II faut avouer que le roi a de grandes qualités. Je crois qu'il effacera la gloire de ces ancêtres.
Page 133 - mon père a été votre ennemi, et, comme tel, il mérite la mort ; mais je vous ai servi fidèlement et je mérite une récompense. Pour prix de mes services, accordez la vie à mon père et faitesmoi mourir à sa place.

Informations bibliographiques