La vraie et solide piété, Volume 1

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 137 - le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de « toutes tes forces, et de tout ton esprit, et ton prochain comme
Page 121 - Vous aimerez le Seigneur votre Dieu de tout votre cœur, de toute votre âme, de toutes vos forces et de tout votre esprit , et votre prochain comme vous-même.
Page 111 - ... vos devoirs , recourir à Dieu , et vous accoutumer à être familièrement avec lui. Que vous serez heureux , si vous apprenez ce que c'est que l'occupation de l'amour ! Il ne faut point demander ce qu'on fait avec Dieu quand on l'aime. On n'a point de peine à s'entretenir avec son ami ; on a toujours à lui ouvrir son cœur; on ne cherche jamais ce qu'on lui dira , mais on le lui dit sans...
Page 218 - C'est cette humble persévérance qui l'apaisera, c'est cette espèce d'importunité qui obtiendra de lui ce que nous ne méritons pas d'obtenir nous-mêmes, et qui nous 'l)Lam.
Page 57 - Plus on se relâche, plus on se veut relâcher. Il est plus facile de retenir son cœur dans un état de ferveur et de pénitence , que de le ramener, ou de le contenir, lorsqu'il est une fois dans la pente du plaisir et du relâchement. Veillons donc sur nous-mêmes. Gardons-nous de boire d'une eau • qui augmenteroit notre soif.
Page 43 - Quelle doit être notre vie et notre conversation ici-bas , dit un apôtre ', puisque ces cieux que nous voyons, et cette terre qui nous porte, vont être embrasés par le feu? La fin de tout arrive; la voilà qui vient; elle est presque déjà venue.
Page 396 - Le mariage est saint, honorable, sans tache, selon la doctrine de l'Apôtre (2) ; mais, selon le même Apôtre, il ya une autre voie plus pure et plus douce, c'est celle de la sainte virginité. Il est permis de chercher un secours à l'infirmité de la chair; mais heureux qui n'en a pas besoin et qui peut la vaincre, car elle cause de sensibles peines à quiconque ne peut la dompter qu'à demi.
Page 292 - Cette délectation est inséparable de l'oraison en tout état , parce qu'elle est l'oraison même : mais cette délectation, qui n'est qu'un simple vouloir, n'est pas toujours accompagnée de l'autre délectation prévenante et indélibérée qui est sensible. La première peut être très-réelle, et ne donner aucun goût consolant.
Page 415 - Dieu : mais il ne faut le faire qu'autant qu'il y détermine , et donner tout le reste au silence, à la lecture et à l'oraison. Ces heures précieuses qui vous resteront , pourvu que vous les ménagiez fidèlement, seront le grain de sénevé marqué dans l'évangile , qui , étant le moindre des grains de la terre , croît jusqu'à devenir un grand arbre , sur les branches duquel les oiseaux du ciel viennent se percher. Tantôt un quart d'heure , tantôt une demiheure , puis quelques minutes...
Page 40 - N'est-ce pas être ennemi de soi-même , rejeter le salut et la paix , en un mot aimer sa perte , et la chercher dans un trouble continuel ? Après cela, faut-il s'étonner si saint Paul exhorte les vierges à demeurer libres • , n'ayant d'autre époux que l'Époux céleste? Il ne dit pas : C'est...

Informations bibliographiques