La géographie d'Ératosthène, Volume 1

Couverture
Imprimerie C. Barbier, 1921 - 256 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 227 - ... tivent. Tout ce qui naît en Asie est beaucoup plus , beau et plus grand, le climat y est meilleur, et , les peuples y ont un caractère plus doux et plus , docile. La cause en est dans le juste équilibre des , saisons....; les bestiaux qu'on y nourrit sont flo...
Page 77 - Il n'est , en général ,> qu'un compilateur , et même, le plus souvent, un compilateur qui, n'ayant point par lui-même d'idées des choses sur lesquelles il rassemble les témoignages des autres , n'a pu apprécier la vérité de ces témoignages , ni même toujours comprendre ce qu'ils avaient voulu dire. C'est , en un mot , un auteur sans critique , qui , après avoir passé beaucoup de temps à faire...
Page 112 - ... faits aux étrangers, principalement en ce qui concerne les durées des révolutions des planètes. Enfin, la mathématique elle-même n'était pas encore assez développée pour permettre des calculs exacts, donnant la solution définitive des problèmes qui se posaient dès lors; elle se borna donc, à très peu près, tout en employant un appareil de démonstrations de plus en plus rigoureuses et complexes, à expliquer les phénomènes en gros, à montrer pourquoi les choses se passaient...
Page 77 - ... en quantité presque égale, mais surtout par la difficulté, et même dans la plupart des cas, l'impossibilité de reconnaître de quels êtres il a précisément voulu parler. Pline n'a point été un observateur tel qu'Aristote; encore moins un homme de génie, capable, comme ce grand philosophe, de saisir les lois et les rapports d'après lesquels la nature a coordonné ses productions. Il n'est en général qu'un compilateur, et même le plus souvent un compilateur qui , n'ayant point par...
Page 7 - Ce départ fait, que reste-t-il en réalité? Un tissu de conjectures, qui sont d'ailleurs à tous les degrés de probabilité, depuis celui qui vaut presque la certitude jusqu'à celui qui diffère à peine du doute, pour ne pas parler des hypothèses encore moins favorisées ; et encore ce tissu ressemble assez à la toile de Pénélope, car, s'il est vrai que l'on peut regarder comme allant toujours en augmentant la probabilité moyenne des résultats obtenus par la critique.
Page 100 - Aristote avait déjà mis eu avant, à savoir que, dans les éclipses de Lune, la limite de l'ombre de la Terre affecte toujours la forme circulaire. Sans doute, cette preuve avait été écartée comme pouvant difficilement être invoquée au début d'une exposition méthodique, peut-être comme exigeant, pour son développement, un appareil géométrique incompatible avec les éléments de la Science.
Page 105 - ... au contraire la théorie de la sphère n'a jamais été traitée dans l'antiquité en dehors de ses applications à l'étude des mouvements célestes, elle a toujours fait partie, à proprement parler, de l'astronomie, non de la géométrie ('). 6.
Page 163 - Eratosthène savait mieux que personne qu'il lui était impossible de répondre de ces quantités : il avait négligé la différence des méridiens ; il avait négligé les détours du chemin qui n'était sûrement pas une ligne parfaitement droite ; il avait négligé les inégalités du terrain, car une route de 7° ne saurait être dans la même surface sphérique; il était bien évident que les S. 000 stades ne pouvaient être qu'une approximation ; l'arc céleste ne pouvait être sûr à 2'...
Page 163 - Syène s'étend dans un rayon de 150 toises. Tout était donc incertain dans son calcul ; mais ce calcul était d'un homme d'esprit qui aperçoit ce qu'il faudra faire pour obtenir avec précision la grandeurde la terre, quand on aura des données plus exactes.
Page 72 - L'idéal platonicien avait dès longtemps disparu devant celui des Stoïciens, utilitaire au fond et par suite contraire à la Science, malgré les apparences de sa morale sublime. La secte du Portique arriva, il est vrai, d'assez bonne heure à rallier assez d'intelligences pour qu'il lui fallût tenir en quelque honneur les connaissances scientifiques négligées par ses fondateurs; mais ses doctrines ne pouvaient sérieusement favoriser le développement de ces connaissances...

Informations bibliographiques