Cours de langue française: en six parties: idéologie, lexigraphie, prononciation, syntaxe, construction, ponctuation, Volume 2

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

Très intéressant développement sur la ponctuation p.1207- (notamment par comparaison d'éditions) à mettre en relation avec l'édition de 1830 (doc PDF)

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 760 - Allez dire à votre maître que nous sommes ici par la volonté du peuple et que nous n'en sortirons que par la force des baïonnettes.
Page 688 - Les divers canaux qui formaient ces îles semblaient se jouer dans la campagne. Les uns roulaient leurs eaux claires avec rapidité; d'autres avaient une eau paisible et dormante; d'autres , par de longs détours , revenaient sur leurs pas, comme pour remonter vers leur source, et semblaient ne pouvoir quitter ces bords enchantés.
Page 582 - N'envions point à une sorte de gens leurs grandes richesses : ils les ont à titre onéreux, et qui ne nous accommoderoit point. Ils ont mis leur repos , leur santé, leur honneur, et leur conscience , pour les avoir : cela est trop cher ; et il n'ya rien à gagner à un tel marché.
Page 983 - Il est bien étrange que, depuis qu'on se mêle d'élever des enfants, on n'ait imaginé d'autre instrument pour les conduire que l'émulation, la jalousie, l'envie, la vanité, l'avidité, la vile crainte, toutes les passions les plus dangereuses, les plus promptes à fermenter, et les plus propres à corrompre l'âme, même avant que le corps soit formé.
Page 986 - Ainsi, vous descendez en vain des aïeux dont vous êtes né ; ils vous désavouent pour leur sang , et tout ce qu'ils ont fait d'illustre ne vous donne aucun avantage; au contraire, l'éclat n'en rejaillit sur vous qu'à votre déshonneur, et leur gloire est un flambeau qui éclaire aux yeux d'un chacun la honte de vos actions.
Page 558 - Mais gouverner les peuples contre leur volonté, c'est se rendre très misérable, pour avoir le faux honneur de les tenir dans l'esclavage. Un conquérant est un homme que les dieux, irrités contre le genre humain, ont donné à la terre dans leur colère pour ravager les royaumes, pour répandre partout l'effroi, la misère, le désespoir, et pour faire autant d'esclaves qu'il ya d'hommes libres.
Page 584 - II ya des âmes sales, pétries de boue et d'ordure, éprises du gain et de l'intérêt, comme les belles âmes le sont de la gloire et de la vertu...
Page 865 - L'accessoire, chez Cicéron, c'était la vertu : chez Caton, c'était la gloire ; Cicéron se voyait toujours le premier : Caton s'oubliait toujours ; celui-ci voulait sauver la république pour ellemême ; celui-là pour s'en vanter.
Page 569 - Je ne veux plus le voir; je ne veux plus souffrir qu'aucune de mes nymphes lui parle, ni le regarde. J'en jure par les ondes du Styx, serment qui fait trembler les dieux mêmes.
Page 646 - Les vieillards aiment à donner de bons préceptes, pour se consoler de n'être plus en état de donner de mauvais exemples.

Informations bibliographiques