Moralistes anciens

Couverture
Louis-Aimé Martin
Lefèvre, 1841 - 568 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 60 - ... douleur, elle nourrit et soigne, sans aucun retour, un enfant qui ne sait pas de qui lui viennent ces soins affectueux, qui ne peut pas même faire connaître ce dont il a besoin, tandis que la mère cherche à deviner ce qui lui convient, ce qui peut lui plaire, et le nourrit nuit et jour, au prix de mille fatigues. Mais c'est peu de nourrir les enfants ; dès qu'on les croit en âge d'apprendre quelque chose, les parents leur communiquent toutes les connaissances utiles qu'ils possèdent eux-mêmes...
Page 112 - Il serait bon cependant que vous pussiez dire pourquoi elles rapportent moins qu'elles ne faisaient autrefois. — 11 est vrai que je n'y ai pas encore été. — On dit que l'air en est malsain : c'est une fort bonne excuse que vous pourrez donner quand il s'agira de délibérer sur cette partie. Mais je suis sûr du moins que vous avez soigneusement examiné combien de temps le blé qu'on recueille dans le pays peut nourrir la ville, et combien on en consomme de plus chaque année. Si vous n'étiez...
Page 292 - Sa réputation? douteuse. En un » mot tout ce qui est de son corps , comme » l'eau qui s'écoule ; ses pensées , comme » des songes et de la fumée ; sa vie , un » combat perpétuel et une halte sur une >> terre étrangère ; sa renommée après sa » mort , un pur oubli. Qu'est-ce donc qui » peut me faire faire un bon voyage sur » cette terre de passage?... la seule philo
Page 328 - La vivacité de son esprit est éteinte ; il n'est plus en état de connaître ses devoirs, de ranger et de déduire ses idées, ni même d'examiner s'il est temps de mettre son esprit en- liberté, ni toute autre question qui demande une raison exercée. Il faut donc se hâter, non seulement parce que chaque jour nous mène à la mort, mais surtout parce qu'il s'agit de prévenir cet affaissement total de notre intelligence et de notre raison. » Voilà donc que le stoïcien reconnaît qu'il ya...
Page 403 - Les choses qui dépendent de nous sont libres par leur nature ; rien ne peut les forcer ni leur faire obstacle : celles qui n'en dépendent point sont faibles, esclaves, incertaines, étrangères.
Page 151 - Euthydème, si quelqu'un voulait dire la vérité, et qu'il ne parlât jamais de la même manière sur les mêmes choses; s'il disait du même chemin tantôt qu'il conduit à l'orient et tantôt à l'occident , et qu'en rendant le même compte, il trouvât tantôt plus et tantôt moins : que diriez-vous d'un tel h omme?
Page 380 - Ce qui est conforme aux lois n'est injuste pour personne. Qu'y at-il donc de si fâcheux à être renvoyé de la cité non par un tyran, non par un juge inique, mais par la nature même, qui t'y avait fait entrer? C'est comme si un comédien est congédié du théâtre par le même préteur qui l'y avait engagé.
Page 401 - Vous voulez que je sorte de ce spectacle magnifique, j'en sors, et je vous rends mille trèshumbles grâces de ce que vous avez daigné m'y admettre pour me faire voir tous vos ouvrages et pour étaler à mes yeux l'ordre avec lequel vous gouvernez cet univers.
Page 430 - Si l'on agite devant des ignorants quelque question de philosophie , garde un profond silence ; car il ya bien du danger à rejeter aussitôt ce que l'on n'a pas digéré. Lorsque quelqu'un dira que tu ne sais rien , si tu écoutes ce reproche sans t'émouvoir, sache que dès lors tu commences à faire des progrès dans l'étude de la sagesse : car les brebis ne vont pas montrer à leur berger combien elles ont mangé d'herbe ; mais , après se l'être appropriée par une bonne digestion , elles...
Page 378 - Si quelque Dieu venait t'annoncer que tu dois mourir demain, ou au plus tard après-demain, tu ne te soucierais pas beaucoup que ce fût aprèsdemain plutôt que demain, à moins que tu ne fusses le plus lâche des hommes ; car quel serait ce délai ? Pense de même qu'il t'importe peu de mourir demain ou après plusieurs années.

Informations bibliographiques