Histoire complète des voyages et découvertes en Afrique: depuis les siècles les plus reculés jusqu'à nos jours; accompagnée d'un précis géographique sur ce continent et des Îles qui l'environnent; de notices sur l'état physique, moral et politique des divers peuples qui l'habitent, et d'un tableau de son histoire naturelle, Volume 4

Couverture
A. Bertrand, 1821
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page i - DES VOYAGES ET DÉCOUVERTES EN AFRIQUE, DEPUIS LES SIÈCLES LES PLUS RECULÉS JUSQU'A NOS JOURS;
Page 36 - Fait était si remarquable et si peu attendu que M. Bowdich a mis tout en usage pour en multiplier la probabilité. Il a non-seulement consulté de vive voix des Maures qui avaient fait plusieurs fois le voyage d'Egypte , il s'est procuré des cartes de
Page 35 - Celle-ci, poursuivant toujours sa route dans cette direction, va enfin se perdre dans un lac intérieur que les naturels décrivent comme volcanique, et qu'ils révèrent comme le réservoir des eaux du déluge. Quant à la grande branche appelée Quolla, qui coule d'abord au
Page 36 - fait plusieurs fois le voyage d'Egypte , il s'est procuré des cartes de route dessinées par eux ; il a comparé et opposé les récits de tous ceux qui pouvaient lui fournir à cet égard quelques lumières : toutes les indications ont été unanimes.
Page 37 - la géographie physique s'appuyait avec le plus d'assurance pour déterminer théoriquement le cours de ces fleuves et du Niger même ; ou plutôt, dans cette circonstance , comme dans beaucoup d'autres ce n'est pas le principe théorique qui
Page 34 - Ensuite, à la sortie de ce lac, comme Mungo-Park l'a dit encore, mais seulement d'après des témoignages, il se divise en deux branches, dont l'une, suivant M. Bowdich, coulant au
Page 39 - qui, dit-on , est aussi une dérivation de la branche du Niger, appelée Quolla , et qui , après une longue course , se divise ellemême en deux branches , dont une se
Page 36 - qu'il avait construite pour Louis XV. Seulement Delille s'était trompé en la supposant le prolongement unique du Niger dont elle n'est qu'une dérivation. C'est près des bords du
Page i - qui l'environnent ; de Notices sur l'état physique, moral et politique des divers peuple* qui l'habitent, et d'un
Page 37 - descendre plusieurs rivières, tant au sud qu'au nord. M. Bowdich a reconnu que ce sont des montagnes isolées et séparées les unes des autres par des intervalles

Informations bibliographiques