Correspondence inédite de Mme. du Deffand: avec d'Alembert, Montesquieu, le présnt. Hénault, la duchesse du Maine, mesdames de Choiseul, de Staal, le marquis d'Argens, le Cher. d'Aydie, etc. ; suivie des lettres de M. de Voltaire à Mme du Deffand, Volume 1

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 166 - Voltaire , qui s'étaient annoncés pour aujourd'hui et qu'on avait perdus de vue, parurent hier, sur le minuit > comme deux spectres, avec une odeur de corps embaumés qu'ils semblaient avoir apportée de leurs tombeaux.
Page 173 - Châtclet est d'hier à son troisième logement : elle ne pouvait plus supporter celui qu'elle avait choisi ; il y avait du bruit, de la fumée sans feu ( il me semble que c'est son emblème ). Le bruit , ce n'est pas la nuit qu'il l'incommode , à ce qu'elle m'a dit , mais le jour , au fort de son travail : cela dérange ses idées.
Page 313 - Fouquet une lettre de son mari; sur cela il a été condamné aux galères pour cinq ans : c'est une chose un peu extraordinaire. Vous savez que c'est un des plus honnêtes garçons qu'on puisse voir, et propre aux galères comme à prendre la lune avec les dents.
Page 317 - C'est justement par la peine que vous prenez d'éviter, de prévoir, de combattre l'ennui ; vivez au jour la journée, prenez le temps comme il vient, profitez de tous les moments, et avec cela vous verrez que vous ne vous ennuierez pas. Si les circonstances vous sont contraires, cédez au torrent et ne prétendez pas y résister...
Page 118 - ... comme le plus touchant des éloges : « Je vous félicite, madame, du plaisir que vous avez de revoir M. de Forment et M. de Montesquieu ; vous avez sans doute beaucoup de part à leur retour, car je sais l'attachement que le premier a pour vous, et l'autre m'a souvent dit avec sa naïveté et sa sincérité ordinaire : « J'aime cette femme de tout mon cœur; elle me plaît, elle me divertit ; il n'est pas possible de s'ennuyer un moment arec elle.
Page 24 - TOUS dites , madame , que rien n'est heureux, depuis l'ange jusqu'à l'huître : il faut distinguer. Les séraphins ne sont point heureux, ils sont trop sublimes : ils sont comme Voltaire et Maupertuis, et je suis persuadé qu'ils se font là-haut de mauvaises affaires ; mais vous ne pouvez douter que les chérubins ne soient trèsheureux.
Page 181 - ... et ce qu'on lui a barbouillé, c'était de l'algèbre, bien plus difficile à remettre au net. En voilà trop sur le même sujet, qui doit être épuisé; je vous en dirai pourtant encore un mot et cela sera fini. Le lendemain du départ, je reçois une lettre de quatre pages, de plus un billet dans le même paquet, qui m'annonce un grand désarroi. M. de Voltaire a égaré sa pièce, oublié de retirer 1.
Page 251 - Sigorgne , dont je sais qu'elle ne veut point se mêler , quoiqu'elle m'eût promis le contraire ; voilà comme il faut traiter ces gens-là. On n'es.t point de l'Académie , mais on est quaker, et on passe , le ^chapeau sur la tête , devant l'Académie et devant ceux qui en font être.
Page 323 - Vous avez bien de l'expérience ; mais il vous en manque une que, j'espère, vous n'aurez jamais : c'est la privation du sentiment, avec la douleur de ne s'en pouvoir passer.
Page 180 - J'espérais apprendre hier de vos nouvelles, ma reine. Si je n'en ai pas demain, je serai tout à fait en peine de vous. Notre princesse a écrit au président, et l'invite à venir ici et à vous y amener : vous savez cela sans doute ? J'ai fait ce que j'ai pu pour la détourner de cette démarche, qui pourra être infructueuse et dont le mauvais succès la fâchera. Si votre santé et les dispositions du président se trouvent favorables, cela sera charmant ; en tout cas, on vous garde un bon appartement...

Informations bibliographiques