Images de page
PDF

ouvrez le bocal, et aussitôt plongez au milieu de l’air qu’il contientune bougie allumée, elle ne s’éteint pas. Les mêmes sangsues peuvent à peine mordre, et encore moins sucer.

Mettez six sangsues vigoureuses dans un grand vase entièrement rempli d’eau 5 bouchez

le hermétiquement; les sangsues y meurent ,

les unes au bout de dix jours , les autres au

bout ide quinze jours; un très petits nombre

survitau-delà de ce temps. Si vous changez l’eau de deux en deux jours, elles peuvent vivre vingt ou trente jours, rarement au-delà. Vous. contentez-vous de boucher avec du papier ou du_carton le bocal où vous venez de renfermer

leslsangsues, sans coller le papier ou le carton autour de Pouverture du bocal, elles y conserveront autant de vigueur que si l’air libre frappoit l’eau. ll est donc inutile de percer le papier ou le carton pour qu’elles reçoivent plus immédiatement faction de l’air libre.

Mettez un grand nombre de sangsues dans un vaste bocal rempli d’eau pure et souvent renouvelée, vous les verrez se mouvoir plus ou moins, selon les différents temps de Yannée. En hiver, quoiqu e tenues à Pabridugrand froid,

elles se meuvent moins qu’au printemps ou en

automne; et dans ces deuxsaisons, moins qu’en‘ été. Plus l'eau est pure et changée souvent, plus les mouvements des sangsues sont accélérés , leurs forces graniiles , et leur vie de longue du-' rée. Elles ne vivent jamais aussi long-temps dans le bocal contenant l’eau du marais où on les a prises que dans l’eau pure. Renfermezvous un nombre considérable de sangsues dans un petit bocal , quelque soin que vous ayez de changer souvent d’eau pure, leurs mouvements seront plus rares que si le vase contenoit peu de sangsues; elles perdront plus promptement leurs forces pour mordre et pour sucer le sang, et elles mourront plus tôt. ' ' ' Une des sangsues mises en grand "nombre dans un bocal vient-elle à périr, les autres sangsues semblent être moins disposées à se mouvoir; ‘l’eau se corrompt bientôt , et ne tarde pas à donner une odeur très fétide , sur-tout si on néglige de retirer la sangsue morte 5 dans ce cas, il périt ordinairement une ou deux sangsues tous les huit jours, quand même on changerait l’eau journellement; et lorsqu’on ne renouvelle pas cette eau, particulièrement en été , la plus grande partie des sangsues meurt avant les huit jours. En général, plus la sangsue reste des

[ocr errors][merged small]

annéest dans un bocal dont ‘on renouvellelPeau
tous les jours , plus elle devient ‘petite, perd
de sa force pour mordre, et fait peu de mou-
vements. '
En quelque temps de l’année que vous ren-
fermiez un certain nombre de sangsues médi-
cinales dans un bocal contenant de l’eau pure ,'

ou de l’eau d’un marais, ou de l’eau de marais

avec de la vase, vous ne les verrez jamais s’accoupler ni engendrer des œufs ou de petites sangsues; vous ne verrez jamais dans ce bocal de très petites et jeunes sangsues nager ou rester tranquilles 5 enfin, vous ne verrez jamais les sangsues, quelque affamées que vous les supposiez, se mordre entre elles.

Ces expériences nous apprennent donc que, pour conserver la sangsue vigoureuse et bien, portante, il faut lamettredans un grand bocal, et avec peu d’autres sangsues; ne couvrir que d’un linge grossier, ou d’un parchemin , le vase où elle est contenue avec de Peau 5 n’y} ajouter aucune substance , sous prétexte de nourrir la sangsue; et tenir ce vase à l’abri de

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

l

fiole propre , et sans eau , une sangsue vigoureuse et de moyenne grosseur 5 bouchez le vase avec une toile fine, la sangsue reste les premiers jours attachée par l'extrémité de la queue aux parois (lu vase; dès le ‘quatrième jour, le volume de la sangsue diminue sensi» blementi; elle perd de ses forces; ses mouvements sont plus lents le cinquième et sixième jour; elle se tient d’ordinaire adhérente au fond du vase. par la queue, quelquefois par la tête; elle passe des heures entières immobile; le canal génératif sort par intervalle de son fourreau ,e et fait plus ou moins de saillie hors du ventre. De Pouverture du vagin il suinte

quelquefois un peu de sérosité ; les rides trans-.

versales et les mamelons sont saillants; il en transsude de la sérosité en petite quantité 5 le corps se rapetisse et devient de plus en plus grêle; le septième, huitième et neuvième jour, la queue et la tête cessent dŸadhérer aux, parois du vase; le neuvième jpur, la sangsue reste Gouchée sur le dos, le corps en demie-cercle, la queue et la tête rapprochées du vçentre.

Le dixième jour,la sangsue est comme immobile , et, par intervallesassez éloignés , elle fait

[ocr errors]

des mouvements peu- sensibles; le conduit gêné‘ ratif donne des signes de" mouvement gfil suinte quelquefois par l’ouverture du vagin’ une. très petite quantité de sérosité ; la sangsue perd de plus en plus de son volume et de Phumidité qui lubrifie ses téguments. f

Le onzième, douzième ,.treizième et quatorzième jour, la sangsue ne change point d’attitude , ses mouvements deviennent progressivement moins sensibles; elle est plus petite et plus sèche’, ordinairement elle meurt le quatorzième , quelquefois elle vit jusqu’au quinzième jour. On ne s’aperçoit de son existence qu’on approchant le vase du feu, _ou« en’ la jetant dans de l’eau pure et fraîche; alors Pextrémité antérieure se meut d’une manière presque imperceptible. Uextrémité postérieure meurt toujours avant l’autre ; car-sion jette dansfeau une sangsue tenue à sec dans un bocal pendant onze ou douze jours, Yextrémité postérieure ne jouit d’aucun mouvement. Il faut encore observer que la sangsue tenue à sec dansun vase ,’ bien loin d’acquérir les six ou huit premières heures de la vigueur’ et. derfempressenient à mordre, perd l’une et l’autre; car la même

« PrécédentContinuer »