Images de page
PDF

nue usqui’à sa mort de rendre la plus grande partie du sang contenu dans les estomacsg-Yépiderme se détache en plusieurs endroits et forme des petites ampoules. Plusieurs heures après la mort, Yépiderme se détache presque par-tout de la tunique mamelonnée : si on tient la sangsue continuellement plongée dans l’huile essen« tielle de térébenthine, elle ne vit pas ordinairement au-delà de deux heures , et ce fluide ne la préserve pas de la putréfaction, non plus qu’un grand nombre d'insectes.

TROISIÈME EXPÉRIENCE. - Reis-fermez une sangsue dans un petit bocal‘ contenanft camphre une drachnie, bouchez exactement? le vase 5-’ la» sangsue s'agite , vomit: beaucoupde mucus, et du sang si: elle cira "sucé depuis quinze jours , un mois oru dam moisgeiisuite elilfeflseimpetisse, sa tête se rapprochisdesal queue f-elle faiiipeu de mouvement, le» ceæsrtvafnssude, ldeonduit génératif sort de sonouverture ,» ill es! tendu et saillant, et par intervalles il est affaissé; ensuite la tête adhère plns-qne1avqneue-‘mxfparois’dw bocal ; la sangsue‘ sïelïile Ÿsâaminciò ,"_et meurt au bout de douze heures : pendant ce temps , ordinairement une très petiteiportiom du cam«

[ocr errors]

phre se cristallise en aiguilles aux parois du vase. La sangsue morte dans ce bocal entre plus tard en putréfaction que la sangsue morte et exposée à l’air libre: mettez dans de l’eau pure

la sangsue ci-dessus , elle s’aplatit et devient

molle, elle ressemble à deux feuilles de parchemin mouillé; la couleur jaune propre à plusieurs portions des téguments paroît beaucoup plus vive et plus claire.

Pour la dissection de certaines parties ,_ pré-_ férez la sangsue morte dans llhuile essentielle de térébenthine ou par la vapeur du camphre : d'une autre part n’appliquez point les sangsues surles endroits du corps ou l’on aura mis du camphre ou de l’huile. essentielle de térébenthine , ces insectes refuseroient de s’y attacher.

Si le camphre est mortel pour la sangsue et pour-une infinité d’au'tres insectes, il ne faut conclure qu’il doit _l’être pour 1’homme, car étant administré à petitæose , il réussit» dans

les. - f.

plusieurs espèces de ma 5

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

bac pulvérisé les téguments d’une sangsue; à

Pinstant elle entre en convulsion, elle rend par la bouche beaucoup de mucosité et de sang, elle se rapetisse , devient très dure et reste immobile; aubout de trois ou quatre minutes elle meurt. a

La fumée de tabac paraît agir avec moins de force et de célérité sur la sangsue; après avoir

.

[ocr errors]
[ocr errors]

fortement agitee , telle se rapetisse et s engourdit 5 si au bout d’une demi-heure on la jette dans l’eau pure, elle vit quelquefois vingtquatre heures : le tabac est donc plus funeste Pour la sangsue que le sel marin. Le tabac en poudre et la vapeur du tabac brûlé sont des moyens sûrs de détacher promptement la sangsue qui adhère avec force aux téguments. DEUXIÈME EXPÉRIENCE. - Jetez une sangsue dans quatre onces d’eau où l’on aura fait infuser durant vingt-quatre heures opium quatre grains; à Pinstant la sangsue se meut avec violence et en tout sens , elle vomit beaucoup de mucus et de sang si elle en a sucé depuis deux mois; son corps se tuméfie, et se contracte par intervalles, transversalement en plusieurs

endroits, et forme, comme de gras grains de chapelet; de temps en temps la tête se rapproelle de la queue au point de figurer uncercle entier; au bout de quelques heures ses mouvements diminuent beaucoup, et par degrés sensibles; ensuite elle s’étend , se tuméiie , et se meut. à peine; le conduit génératiffait saillie hors de lïiuverture généfative de deux à trois lignes envînon; par intervallesil se raccourcit, il s’alonge , il se roidit, et auÏhout de quarante-huit heures il tombe un peu sur le côté : plongez cette sangsue dans de l’eau Pure , elledonnera des signes de vie plus évidents qu’e{ant dans la solution aqueuse dfopium; mais bientôt elle meurt et reste tuméliée : si la sangsue a sucé du sang depuis huit ou quinze jours on trouve tous les estomacs remplis d’un sang très fluide, vermeil, et pour ainsi dire raréfié.

Uopium n’abolit pas la sensibilité et le mouvement de la sangsue comme eeux de Phomme; elle n’est pas le Seul animal qui éprouve ces effets particuliers (le Popium; on voit même plusieurs quadrupèdes auxquels cette substance cause des convulsions sans assou ment ( par exemple le mouton. )

[ocr errors][merged small]

E æpériences sur les sangsues avec les spiritueux.

PREMIÈRE x-zxrfimsuce. - Jetez une sangsue dans du vin généreux , elle s’étend, se raccour

l \

cit, se contourne‘ et se meut de mille manieres; elle vomit de la mucosité et une grande partie du sang que les estomacs renferment : après le vomissement elle s’agite avec" plus de force pendant quelques secondes , ensuite les mouvements diminuent , elle se rapetisse , un instant après elle meurt et devient flasque 5 depuis les premiers instants de Pimmersion jusqu’à la mort il se passe tout au plus vingt minutes. Le vin , comme certaines personnes le prétendent, ne ranime donc pas les- sangsues, au point de leur faire mordre les vaisseaux sanguins et en sucer le sang fortement et long-temps ; au contraire , en les arrosant de vin lorsqu’ell‘es_ sont en action , elles se détachent presquäussitôt. ' ,

DEUXIÈME EXPÉRIENCE. -Ä- Plongei dans l'eaude-vie une sangsue, elle entre en convulsion pendant une ou deux secondes ; ensuite elle reste comme immobile , elle vomit de la mu

u a

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »