Images de page
PDF

à ne point poser les sangsues et les sinapismes sur les articulations, lorsqu’elles sont affectées de douleur rhumatismale, mais au-dessous.

La goutte s’empare-t-elle avec violence d’un homme sanguin et robuste; le malade est-il menacé d’une affection soporeuse ou d’une inflammation de poitrine; faites mordre au plus tôt des sangsues à la jambe, couvrez en= même temps de coton cardé , et même d’un sinapisme, l’extrémité du corps attaqué de goutte , si vous craignez que Phumeur goutteuse ne se porte sur un des viscères internes. Les cataplasmes de riz, qu’on a coutume d’cmployer pour calmer la douleur, doivent toujours contenir plus ou moins de moutarde pour s’opposer à la» répercussion de l'humeur goutteuse.

N’imitez pas ceux qui appliquent des sangsues sur les articulations affectées de goutte pour apaiser la douleur et abréger Yaccès ; elles causent ordinairement un effet contraire: cependant Phumeur goutteuse s’est-elle portée= sur un viscère quelconque, si les sinapismes dont vous devez couvrir aussitôt les pieds eti les genoux ne détournent pas cette humeur ,. ayez recours à Papplication des-sangsuessur l'esdernières articulations affectées de goutte.

l

Maladies convulsives.

Les maladies convulsives oflrent peu d’espèces où les sangsues soient indiquées ; leurs morsures excitent trop la sensibilité et Yirritation pour ne pas accroître les convulsions ou les spasmes; les efforts de la nature deviennent alors moins efïicaces. D’ailleurs le principe des convulsions, souvent inconnu, n’est pas en général aussi mobile que celui de la goutte , du rhumatisme , della dartre, et les sangsues rarement le détournent; il semble même que ce principe souvent se fixe et agit avec plus de force par Papplication des sangsues , des sinapismes et rubéfiants , des vésicatoires, des ventouses , du catitère actuel , du moxa et du cautère potentiel. Mais lorsque le principe de la maladie convulsivenaît de la suppression d’une évacuation sanguine habituelle‘, de la répercussion subite d’une humeur âcre, mobile; lorsqu’il est accompagné de pléthore, de disposition à une affection grave du cerveau , ou de Suffocation de longue durée; lorsqu’il y a crainte

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

a

tions des viscères essentiels à la vie, vous pou-‘ vez avoir recours aux sangsues, avec l’atten-’ tion (Yemployer en même temps les remèdes propres à combattre l’excès ËYirritation , de senfi sibilité et de contraction musculaire; fréqucm-i ment les ventouses scarifiées ou la saignée au bras avec la lancette Pemportent ici sur les sangsues , à cause de‘ Pirritation qu’elles augmentent.

° L l ' ’ i ll ‘ v '

I a convu SIOII essentle e accompagnee de pléthore par suppression (Yévacuation sanguine‘ naturelle, ou attaquant un su]et d’un tempérament sanguin, cède plus volontiers aux remèdes connus pour la vaincre, si l’on applique les remiers ‘ours (les san sues aux cuisses et:

P l f si l’on prend des demi-bains ces jours-là et les jours suivants : réitérez Papplication des sangsues, si elles n’accroiss-ent pas sensiblement l’ir. . . ,, ,. , . . ,

’I’1l2a[10I1 , ]usqu a ce qu il n existe point de plethore

La convulsion par blessure chez un homme

A

sanguin, et avec vive douleur de tete, ou op-s pression, est ordinairement calmée par un grand nombre de sangsues mises aux cuisses

dès les premiers jours de la blessure : à défaut 28

[ocr errors]

de sangsues , employez les ventouses scarifiées aux cuisses; et si l’on ne peut se procurer des ventouses , pratiquez la saignée au pied: très rarement la saignée au bras réussit.

Les sangsues aux cuisses combattent avec plus de succès la convulsion par dentition que les sangsues à la nuque ou derrière les oreilles: il faut toujours , quel que soit l’endroit des cuisses ou des jambes sur lequel on applique les sangsues , laisser couler beaucoup de sang des morsures , sans cependant causer une trop grande foiblesse : les demi-bains , les cataplasmes de rii avec un peu de moutarde sur les pieds , et principalement les lavements huileux ou mucilagineux, fréquemment répétés avant et après les sangsues, en favorisent les bons effets.

2° Uéclampsie essentielle menace-t-elle le nouveau né les premiers jours, ou plusieurs jours après Yaccouchement 5 pour peu que l’enfant soit robuste ou sanguin, faites mordre des sangsues aux cuisses, et non à la nuque (quoique je l’aie recommandé dans la nzédecine eæpectante après Yusage des sangsues aux cuisses

Uéclampsie par répercussion d’humeur teigneuse est soulagée à l’aide des sangsues mises aux cuisses, ensuite au cuir chevelu 5 cette

dernière saignée doit être suivie d’un emplâtre vésicatoire à la nuque;

Uéclampsie qui précède Yéruption de la petite-vérole, de la fièvre scarlatine , ou dela rougeole, nécessite Papplication des sangsues aux cuisses aussitôt après les demi-bains , les cataplasmes de riz et de moutarde autour des pieds et des jambes.

3° Uépilepsie essentielle où il y a pléthore, accès forts et fréquents , douleur de tête, stupeur entre chaque accès , souvent est calmée par les sangsues; appliquez-les toujours sur les cuisses , sur les jambes ou sur les pieds, et jamais sur la tête ni sur le cou. Tant qu’il existe pléthore et douleur de tête , réitérez Papplication des sangsues , une , deux ou trois fois tous les mois : ne laissez point évacuer des morsures une si grande quantité de sang que les forces vitales et musculaires en soient affoiblies ; la fréquence des accès et même leur violence augmenteroient.

Souvent les ventouses scarifiées aux cuisses, et la saignée au pied avec la lancette, sont préférables.

Uépilepsie par suppression subite du flux menstruel, ou àIPapproche d’une menstruation‘

[ocr errors]
[graphic]
« PrécédentContinuer »