Le peuple

Couverture
Comptoir des Imprimeurs-unis, 1846 - 374 pages
1 Commentaire
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Confus

Avis d'utilisateur  - Guido - Fnac

Le seul intrêt de ce livre est d'avoir un point de vue construit d'un intellectuel du milieu du 19ème, permettant de capter les sentiments nationaux de l'époque. A part cela, le tout est assez confus ... Consulter l'avis complet

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

De quel droit jugez-vous ce livre qui vous dépasse, commentateurs minuscules de la décadence molle ? Taisez-vous ou continuez à jacasser, c'est pareil. Jules Michelet passe dans l'azur tel un aigle invisible à votre myopie, et de lui, rampants que vous êtes, tout ce que vous recevrez jamais, ce sont ses fientes.
"Le Peuple, le livre-véronique de Michelet". _ Redeker, Robert.
[Pour information, Sainte Véronique est celle qui dit-on dans la théologique chrétienne, a "conservé l'image du visage du Christ" dans le mouchoir qu'elle lui avait tendu pour essuyer son sang, sa sueur et ses larmes, tandis qu'il montait au Golgotha avec sa croix sur le dos.]
 

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page xxxi - ... et mes ennemis à moi se moquant de moi tous les jours, un jour, un jeudi matin, je me ramassai sur moi-même : sans feu (la neige couvrait tout), ne sachant pas trop si le pain viendrait le soir, tout semblant finir pour moi, — j'eus en moi, sans nul mélange d'espérance religieuse, un pur sentiment stoïcien, —je frappai de ma main, crevée par le froid, sur ma table de chêne (que j'ai toujours conservée), et sentis une joie virile de jeunesse et d'avenir.
Page 35 - MANUFACTURE. 35 femme portait jadis une robe bleue ou noire qu'elle gardait dix ans sans la laver , de peur qu'elle ne s'en allât en lambeaux. Aujourd'hui, son mari, pauvre ouvrier , au prix d'une journée de travail , la couvre d'un vêtement de fleurs.
Page 5 - ... aux moments de pauvreté universelle, où le riche même est pauvre et vend par force, alors le pauvre se trouve en état d'acheter ; nul acquéreur ne se présentant, le paysan en guenilles arrive avec sa pièce d'or, et il acquiert un bout de terre.
Page 48 - Je n'ai trouvé chez nos ouvriers qu'une vertu qu'ils possédassent à un plus haut degré que les classes sociales plus heureuses : c'est une disposition naturelle à aider, à secourir les autres dans toute espèce de besoins.
Page xxvi - C'est là, et nulle autre part, que j'ai reçu d'abord la vive impression de l'histoire. Je remplissais ces tombeaux de mon imagination, je sentais ces morts à travers les marbres, et ce n'était pas sans quelque terreur que j'entrais sous les voûtes basses où dormaient Dagobert, Chilpéric et Frédégonde.
Page 149 - Il a un grand avantage, mais qu'il n'apprécie nullement, celui de ne pas savoir la langue convenue, de n'être pas, comme nous le sommes, obsédé, poursuivi, de phrases toutes faites, de formules, qui viennent d'ellesmêmes , lorsque nous écrivons , se poser sur notre papier.
Page 118 - En nationalité, c'est tout comme en géologie, la chaleur est en bas. Descendez, vous trouverez qu'elle augmente ; aux couches inférieures elle brûle.
Page xxix - D'autres n'auraient pas hésité. Mais la foi avait toujours été grande dans notre famille ; d'abord la foi dans mon père, à qui tous s'étaient immolés ;puis la foi en moi; je devais tout réparer, tout sauver...
Page xxxiii - ... la littérature industrielle, dont la librairie, à peine ressuscitée, accueillait alors facilement les plus malheureux essais. » Je ne voulus point vivre de ma plume. » Je voulus un vrai métier; je pris celui que mes études me facilitaient : l'enseignement. Je pensai...
Page 265 - ... repartiront. Utilisé à la façon d'un raccourci, comme épithète ou comme apposition, le participe permet une notation rapide des faits. Sa ductilité se manifeste également dans le modal, ce qui le rend propre à suggérer une foule de circonstances, en évitant tout encombrement grammatical : La nationalité, la patrie, c'est toujours la vie du monde. Elle morte, tout serait mort.

Informations bibliographiques