Mémoires posthumes du général françois, comte de Custine

Couverture
publisher not identified, 1794 - 470 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 95 - Magistrats citoyens, vous avez été élus par le peuple ou choisis 'pour vous occuper de son bonheur, et vous regardez sans doute qu'un de vos premiers devoirs est de détourner de lui les horreurs de la guerre, et celles inévitables d'une conquête faite à force ouverte. J'ai tous les moyens de faire réduire votre ville en cendres } grilles pour tirer à boulets rouges, obus d'artifices pour incendier 5 vous connaissez la perfection de l'artillerie française^ elle a retenu, étonné, réduit...
Page 84 - Worms, mais à toute cette partie de l'Allemagne; elle nie. met en mesure d'y semer nos décrets et des écrits qui y prépareront la révolution derrière les armées de nos ennemis. • Je ne compromets en rien, par cette marche , la gloire de nos armées; les Autrichiens ne peuvent traverser en grand corps d'armée le pays de DeuxPonts , qu'ils ont déjà épuisé de subsistances.
Page 40 - Je vous prie, citoyen, de faire part de cet événement à la Convention nationale. Je ne crains pas de mettre mes actions au grand jour ; qu'on lise dans mon cœur, qu'on juge mes motifs.
Page 84 - Je vous recommande de me tenir instruit de ce que vous apprendrez du retour des Autrichiens ; je serai toujours en mesure de me retirer : et quand je ne produirais d'autre effet que celui de précipiter la retraite de nos ennemis , en abandonnant beaucoup d'objets et d'hommes , j'aurai toujours rempli un grand objet. Cette marche est imposée non-seulement à Worms, mais à toute cette partie de l'Allemagne; elle nie.
Page 114 - J'ai en même temps poussé des troupes légères en avant pour me faciliter la reconnaissance de la place; quelques hussards autrichiens que j'avais chassés de Worms devant moi, étaient à cette époque hors de Mayence , et la cavalerie ne pouvant les atteindre, on leur a envoyé quelques coups de canon de mon artillerie volante, feu que j'ai incessamment ordonné de cesser.
Page 115 - ... le magistrat avait fait prendre les armes; le tout composant six mille hommes. J'étais nonseulement instruit avec précision des forces qui étaient dans la ville, de la nombreuse artillerie qui bordait les remparts , mais encore de la situation positive de cette importante forteresse. J'avais su me procurer, avec de grandes certitudes et par l'intelligence et la grande audace du jeune Stamm , guide de cette armée , la connaissance précise des points qui avaient été négligés dans la place....
Page 169 - J'ai l'honneur de vous adresser, Citoyen président , une copie de ma proclamation dans cette cité. J'en attends l'effet; je vais envoyer la même proclamation à Worms et à Spire. L'instant est arrivé de frapper les plus grands coups aux ennemis de la liberté des peuples, et le républicain ne doit pas ralentir son activité après quelques succès ; il ne doit cesser de frapper, que lorsqu'il ne lui reste plus d'ennemis à combattre.
Page 24 - C'est dans ces principes que je dénonce Kellermann, indigne du nom de général, plus indigne encore de diriger les forces de la république. Je saurai prouver qu'il a fui lâchement à...
Page 170 - ... leur tête sous le joug du despotisme, de ces hommes injustes. Une nation qui, la première, a donné l'exemple à tous les peuples de rentrer dans leurs droits, vous offre la fraternité, la liberté. Un vœu spontané doit décider de votre sort; et si vous préférez l'esclavage aux bienfaits qui vous sont offerts, je laisserai aux traités à prononcer lequel des despotes doit vous rendre des fers. «Je maintiendrai les anciennes impositions, je n'exigerai de contribution que de ces hommes...
Page 107 - Lesdites troupes mayençoises et du Cercle s'engagent à ne servir ni contre la république française, ni contre ses alliés, pendant l'espace d'une année , à compter de ce jour. IV. Toute l'artillerie de la place, les plans, les mémoires relatifs aux fortifications , les munitions de guerre et de bouche et autres magasins ou établissements militaires qui peuvent exister dans la ville. de Mayence, y seront laissés , et la remise en sera faile aux commissaires que le général de l'armée française...

Informations bibliographiques