Images de page
PDF
ePub

CHAPITRE V.

DU DUEL A L'ÉPÉE.

1° Arrivés sur le terrain, les adversaires ne doivent

avoir entre eux aucune explication, leurs témoins étant leurs fondés de pouvoirs ; et si, par ignorance de ce qui doit se faire, ils se réunissaient et prenaient une décision quelconque, elle peut être considérée

par

les témoins comme nulle et non avenue.

2° Les témoins, après s'être entendus sur le terrain le plus égal pour les champions et le plus pro

[ocr errors][ocr errors][merged small]

pre au combat, marquent les deux places, à une distance de deux pieds plus longue qu'il ne faut pour joindre les deux pointes d'épée, les adversaires étant fendus.

par les té

3° Les places, après avoir été choisies moins le plus également possible, sont tirées au

sort.

4° Lorsque les combattans sont en place, les témoins mesurent les armes qui doivent être égales.

5. Les lames des épées ne doivent, dans aucun cas, être tranchantes ni ébréchées.

6° Les combattans sont invités à se dépouiller de leurs habits, et doivent découvrir leur poitrine de manière à laisser voir aux témoins qu'aucun corps étranger n'est capable de parer un coup d'épée. Un refus de leur part équivaudrait à un refus du combat.

7° L'insulté peut toujours se servir de ses armes,

si elles sont propres au combat et s'il est dans le cas du 11° article du 1er chapitre.

8° Si, par imprévoyance, les armes n'étaient pas égales, le sort déciderait du choix, à moins que la différence ne fût trop forte, et l'arme inadmissible pour un combat de ce genre.

9° Le mouchoir dont le combattant s'entoure la main ne doit pas pendre; les témoins de son adversaire, après lui en avoir fait la remarque, peuvent lui enjoindre de l'ôter et de ne se servir que d'un cordon.

10° S'il a été convenu qu'on mettrait des gants d'armes, un seul peut s'en servir, au refus de l'autre d'en faire usage. Mais s'il n'en a été apporté qu'un seul, nul ne doit avoir cet avantage.

11° Lorsque les combattans sont en présence, le témoin désigné par le sort doit leur déclarer quelles sont les conditions adoptées pour le combat, afin que nul ne puisse s'en écarter, sous prétexte d'igno

rance. Après cette déclaration, il donne le signal par ce seul mot : Allez!

12° Si, avant ce signal, les épées se sont touchées ou jointes par la volonté seule des combattans, cette démonstration équivaut au signal ; mais celui qui, le premier, s'est avancé, est blâmable, et les témoins indistinctement peuvent le lui rappeler.

13° Les témoins sont armés chacun d'une épée ou d'une canne , dont ils tiennent la pointe ou le bout baissés, et se rangent de chaque côté des combattans, en regardant attentivement, et prêts à arrêter s'il arrive que le combat se passe hors des règles, ou qu'il y ait blessure.

14° Dans tout duel à l'épée, pour

éviter
que

l'un des combattans puisse détourner de la main gauche l'arme de son adversaire, il est défendu de

parer avec cette main, à moins d'une convention. (Art. 10, chap. 4.)

15° Si l'un des combattans détourne le fer de son adversaire avec la main gauche, et que la conven

« PrécédentContinuer »