Images de page
PDF
ePub

tion n'en ait pas été expressément faite, le témoin de la partie lésée peut demander que la main du fautif soit attachée de manière à ce qu'il ne puisse recommencer.

16° Se baisser, se grandir , se jeter à droite et à gauche, rompre , se jeter en avant , voltiger au-tour de son adversaire, est dans les règles du combat.

17° Frapper son adversaire, lorsqu'il est désarmé; lorsqu'il est à terre , lui saisir la main ou le corps, prendre son épée avec la main, est hors des règles de ce duel.

18° Un combattant est désarmé lorsque son épée est visiblement sortie de sa main, ou s'en est échappée.

ou

19° Lorsqu'un des combattans déclare être blessé,

qu'un des témoins, quel qu'il soit, s'en aperçoit, Je

combat doit être arrêté aussitôt, jusqu'à ce qu'il plaise à son témoin de dire : RECOMMENCEZ. Il ne doit le faire qu'après avoir le consentement du combattant blessé. (Voyez Devoirs des Témoins.)

20° Si le blessé, après le combat arrêté, continue à croiser le fer avec précipitation, ou se jette sur son adversaire, cela équivaut à son assentiment de continuer le combat ; mais ses témoins doivent l'arrêter de nouveau et le réprimander. Si, après le combat arrêté et avoir déclaré qu'il y a blessure, celui qui est intact se jette à son tour sur son adversaire, tous les témoins doivent l'arrêter, et il doit être considéré comme ayant agi contrairement aux règles de ce duel.

21° Si un des témoins, dans les cas précités, ou voyant la fatigue des champions, lève la canne ou l'épée, cela équivaut à son assentiment d'arrêter. Le témoin de la partie adverse peut dire : ARRÊTEZ! et les combattans rompent d'un pas pour cesser. Mais ils doivent toujours rester en garde, même si l'un d'eux croit avoir blessé son adversaire.

22° Si l'un des deux combattans est tué ou blessé hors des règles du combat, les témoins doivent se reporter aux art. 20 et 21 du 4° chapitre.

CHAPITRE VI.

DES DUELS AU PISTOLET.

Il y a plusieurs duels au pistolet; mais une règle, commune à tous, est que la distance la plus rapprochée doit être de quinze pas; que le guidon des armes doit être parfaitement assujéti, et qu'il ne doit pas y avoir entre ces armes une différence de plus de quinze lignes de longueur pour le canon. Il est préférable , et les témoins doivent désirer, dans ces sortes de rencontres, que les pistolets de combat ne soient

pas

cannelés, et les armes soient de même

et que

nature.

DUEL AU PISTOLET, DE PIED FERME.

Les témoins marquent, le plus également possible, les places et les distances, qui doivent être de 15 à 35

pas.

Les places, après avoir été choisies le plus également possible, sont tirées au sort.

Les armes doivent être égales et de la même paire de pistolets; cependant il peut être convenu, par avance, que chacun se servira des siennes.

4. L'insulté, s'il est dans la classe de l'art. 11 du 1" paragraphe, peut se servir de ses armes; mais à la charge d'en donner une à son adversaire, qui peut l'accepter ou en demander d'autres, ou, dans ce cas, se servir des siennes propres.

5° Dans le cas de l'article qui précède, celui à qui appartiennent les armes doit en donner le choix à son adversaire ; à moins que chacun ne prenne les siennes propres. Autrement, les témoins doivent tirer entre eux quel est celui des deux champions qui choisira parmi les armes destinées à ce combat.

Les témoins doivent charger les armes avec la plus scrupuleuse attention, et les uns devant les autres. Chacun d'eux, si c'est la même paire de pistolets qui sert au combat, doit donner à sa partie adverse la mesure de sa charge, en comparant avec la même baguette le contenu des pistolets. Autrement ils se contentent de charger les uns devant les autres, et l'un après l'autre, en présence de quatre témoins.

co L'un des témoins de chacun des combattans

« PrécédentContinuer »