Images de page
PDF
ePub

XXXIII.

Bien qu'aprés le serment si grand et si solennel que nous avons fait cy-dessus, de n'accorder jamais aucunes graces des peines contenuës au present Edit, il n'y ait pas lieu de douter que nous ne l'observions inviolablement; neanmoins afin de faire connoître à tout le monde jusques à quel point nous nous sommes resolu, pour l'acquit de nôtre conscience envers Dieu, et de notre soin paternel envers nos sujets, de nous demettre en cette occasion de notre souveraine puissance, pour nous oster le moyen de contrevenir à un dessein si digne d'un Roy tresChrétien, et du Fils aîné de l'Eglise : Nous avons fait jurer en nos mains aux Secretaires de nos commandemens de ne signer jamais aucunes lettres, qui directement ou indirectement soient contraires à nôtre present Edit, et à nôtre tres-cher et feal Chancellier, de n'en point sceller, quelques exprés commandemens qu'ils en pussent recevoir de nôtre part, mais de refuser absolument tous ceux qui poursuivroient telles graces. Declarons aussi devant Dieu et devant les hommes, que nous reputerons pour infracteurs de nos Loix, ennemis de notre reputation, et par consequent indignes de nos bonnes graces, tous ceux qui mediatement ou immediatement entreprendroient de nous faire relâcher d'une resolu

tion si sainte. Que si, nonobstant toutes les precautions que nous apportons par cet article, à ce qu'il ne s'expedie jamais de lettres contraires à aucune des clauses du present Edit, il arrivoit par surprise qu'il s'en expediât quelqu'unes; Nous voulons et entendons qu'elles soient nulles et de nul effet , comme données contre nôtre intention et nôtre foy; faisant tres expresses inhibitions et défenses à nos Cours souveraines, et autres Juges, ausquels elles seront adressées , d'y avoir aucun égard, comme estant contraires à nôtre volonté, quelques clauses de nôtre propre mouvement, ou autres derogatoires qui y puissent estre apposées.

XXXIV.

Et afin de n'oublier rien de tout ce qui peut dépendre de nous, pour déraciner de nos Royaumes un crime si abominable, et qui renverse tous les fondemens de la Religion Chrétienne, nous protestons non seulement de ne souffrir jamais, en faveur de qui que ce soit , la moindre contravention au present Edit : mais nous nous reservons d'y ajoûter de nouvelles peines encore plus grandes et plus severes, si cette damnable fureur ne peut estre arrestée par celles que nous établissons maintenant; ce que nous voulons esperer qui n'adviendra pas, et que Dieu bepira nos justes intentions dans une occasion si sainte

et si importante pour sa gloire. Si donnons en mandement à nos amez et feaux les gens tenans nos Cours de Parlement, Baillifs, Senéchaux, et autre nos Justiciers et Officiers qu'il appartiendra, que le contenu en ces presentes ils fassent lire, publier et enregistrer, garder et observer, gardent et observent inviolablement, et sans l'enfraindre : car tel est notre plaisir. Et afin que ce soit chose ferme et stable à toûjours, nous avons signé ces presentes de notre main, et à icelles fait mettre et apposer nôtre scel, sauf en autres choses nôtre droit, et l'autruy en toutes. Donné à Paris au mois de juin l'an de grace mil six cens quarante-trois : et de notre regne premier. Signé LOUIS : et à côté, visa. Et plus bas, par le Roy, la Reine Regente sa Mere presente, DE GUENEGAUD. Et scellé du grand sceau de cire verte, sur lacs de soye rouge et verte : et est encore écrit:

[ocr errors]

Lû, publié, et registré, ouy et ce requerant » le Procureur general du Roy, pour estre executé » selon sa forme et teneur, et copies collationnées 2 d'iceluy envoyées aux Bailliages et Senéchaussées » de ce ressort, pour y estre pareillement lûës, pu» bliées, et registrées et executées à la diligence des

Substituts du Procureur general ; ausquels enjoint o de tenir la main à l'execution d'icelles, et certifier » la Cour, avoir ce fait au mois : sans prejudicier aux » droits et hypotheques des precedens creanciers,

» et sans que les Maréchaux de France et Gouver

neurs des provinces puissent prendre connoissance , des crimes, delits, et voyes de fait, non concer» nant ce qui est estimé Point d'honneur, contre les

Seigneurs et Gentils - hommes, et autres faisans profession des armes. A Paris en Parlement, l'on» zième jour d'aoust, mil six cens quarante-trois.

Signé Du TILLET. »

D

DECLARATION DU ROY

PORTANT ITERATIVES DÉFENSES A TOUTES PERSONNES SE

PROVOQUER , BATTRE EN DUEL, RENCONTRES, OU AUTREMENT, NY CONTREVENIR AUX EDITS ET DECLARATIONS DE SA MAJESTÉ, SUR LES PEINES PORTÉES PAR LES

ORDONNANCES.

Donnée à Paris l'onzième jour de may 1644.

Verifiée en Parlement le 9 jour de juin audit an.

Louis

par
la

grace de Dieu Roy de France et de Navarre : A tous ceux qui ces presentes Lettres verront ; Salut. Nous avions crû que le dernier Edit qui a esté envoyé en nôtre Cour de Parlement sur le fait des Duels, seroit un remede assez puissant pour arrester le cours de ce mal, qui dés si longtemps travaille nôtre Etat, et par sa fureur épuise le sang

de la noblesse , qui seroit plus honorablement répandu dedans nos armées; mais l'experience nous a fait

« PrécédentContinuer »