Répertoire général du Théâtre Français: composé des tragédies, comédies et drames des auteurs du premier et du second ordre, restés au Théâtre Français; avec une table générale ...

Couverture
Mme veuve Dabo, 1823
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 263 - Quelques particuliers audacieux font armer les rois, la guerre s'allume, tout s'embrase, l'Europe est divisée; mais ce négociant anglais, hollandais, russe, ou chinois, n'en est pas moins l'ami de mon cœur; nous sommes, sur la superficie de la terre, autant de fils de soie qui lient ensemble les nations et les ramènent à la paix par la nécessité du commerce : voilà, mon fils, ce que c'est qu'un honnête négociant.
Page 283 - ... et je vous croirai .... Si ce sont quelques raisons, quelques folies de votre âge, de ces niaiseries qu'un père peut soupçonner, mais ne doit jamais savoir ; quelque peine que cela me fasse, je n'exige pas une confidence dont nous rougirions l'un et l'autre: voici les clefs, sortez .... (Le fils tend la main et les prend.) Mais, mon fils, si cela pouvait intéresser votre repos et le mien et celui de votre mère .... M.
Page 266 - PÈRE C'est de votre âge; vous allez voir ici une femme qui a bien plus de vivacité que vous sur cet article. Quiconque n'est pas militaire n'est rien. M. VANDERK FILS Qui donc? M. VANDERK PÈRE Votre tante, ma propre sœur; elle devrait être arrivée. C'est en vain que je l'ai établie honorablement: elle est veuve à présent et sans enfants; elle jouit de tous les...
Page 315 - PÈRE. Tâchez de parler à madame en particulier; vous lui direz que je suis à l'instant forcé de sortir, que je la prie de ne pas s'inquiéter : mais qu'elle fasse en sorte qu'on ne s'aperçoive pas de mon absence; je serai peut-être... Mais vous pleurez , Victorine.
Page 254 - Elle est jolie. (Il veut la rendre.) SOPHIE Non, mon frère, je veux que vous la gardiez comme un reproche éternel de ce que vous vous êtes fait attendre.
Page 261 - Ciel a béni ma fortune, je ne peux pas être plus heureux, je suis estimé, voici votre sœur bien établie, votre beau-frère remplit avec honneur une des premières places dans la robe. Pour vous, mon fils, vous serez digne de moi et de vos aïeux. J'ai déjà remis dans notre famille...
Page 39 - O lien sacré des époux, si je pense à vous, mon âme s'échauffe et s'élève ! O noms tendres de fils et de fille, je ne vous prononçai jamais sans tressaillir, sans être touché ! Rien n'est plus doux à mon oreille, rien n'est plus intéressant à mon cœur...
Page 246 - Je crois que voilà tout... Les magasins fermés, que personne n'y entre passé dix heures... Que quelqu'un reste -dans les bureaux et ferme la porte en dedans. ANTOINE. Ma fille y restera. M. VANDERK.
Page 309 - J'ai depuis quelques jours besoin d'argent , et encore plus depuis hier, pour la circonstance la plus pressante, et que je ne peux pas dire. J'ai une lettre de change , bonne , excellente : c'est , comme disent vos marchands , c'est de l'or en barre ; mais elle sera payée quand ? quand ? je n'en sais rien : ils ont des usages, desusances, des termes qu'e je ne comprends pas.
Page 244 - Tu ne peux pas tout faire. ANTOINE. Je me charge de tout. Imaginez-vous n'être qu'invité. Vous aurez bien assez d'occupation de recevoir votre monde. M. VANDERK.

Informations bibliographiques