Images de page
PDF
ePub

CHAPITRE XVII.

Responses à deux objections qui peuvent estre faites sur cette introduction.

[ocr errors]

Le monde vous dira, ma Philotée, que ces exercices et ces advis sont en si grand nombre, que qui voudra les observer, il ne faudra pas qu'il vacque à autre chose. Helas! chere Philotée, quand nous ne ferions autre chose, nous ferions bien assez, puis que nous ferions ce que nous devrions faire en ce monde: mais ne voyez-vous pas la ruse? S'il falloit faire tous ces exercices tous les jours, à la vérité ils nous occuperoient du tout: mais il n'est pas requis de les faire sinon en temps et lieu, chascun selon l'occurrence. Combien y a-t'il de lois civiles aux digestes et au code, lesquelles doivent estre observées? mais cela s'entend selon les occurrences, et non pas qu'il les faille toutes pratiquer tous les jours. Au demeurant, David, roy plein d'affaires tres-difficiles, pratiquoit bien plus d'exercices que je ne vous ay pas marqué. S. Loüis, roy admirable et pour la guerre et pour la paix, et qui avec un soin nompareil administroit la justice, manioit les affaires, oyoit tous les jours deux messes, disoit vespres et complies avec son chapelain, faisoit sa meditation, visitoit les hospitaux tous les vendredis; se confessoit, et prenoit la discipline; entendoit tres-souvent des predications, faisoit fort souvent des conferences spirituelles, et avec tout cela ne perdoit pas une seule occasion du bien public exterieur, qu'il ne fist et n'executast diligemment; et sa cour estoit plus belle et plus fleurissante qu'elle n'avoit jamais esté du temps de ses predecesseurs. Faictes doncques hardiment ces exercices selon que je vous les ay marquez, et Dieu vous donnera assez de loisir et de force de faire tout le reste de vos

affaires: ouy, quand il devroit arrester le soleil, comme il fit du temps de Josué. Nous faisons tousjours assez quand Dieu travaille avec nous.

Le monde dira que je suppose presque par-tout que ma Philotée ayt le don de l'oraison mentale, et que neantmoins chascun ne l'a pas: si que cette introduction ne servira pas pour tous. Il est vray, sans doute, j'ay presupposé cela; et est vray encore que chascun n'a pas le don de l'oraison mentale: mais il est vray aussi que presque chascun le peut avoir, voire les plus grossiers, pourveu qu'ils ayent des bons conducteurs, et qu'ils vüeillent travailler pour l'acquerir, autant que la chose le merite. Et s'il s'en trouve qui n'ayent pas ce don en aucune sorte de degré (ce que je ne pense pas pouvoir arriver que fort rarement), le sage pere spirituel leur fera aysement suppleer le defaut par l'attention qu'il leur enseignera d'avoir, ou à lire, ou à oüir lire les mesmes considerations qui sont mises ès meditations.

CHAPITRE XVIII.

Trois derniers et principaux advis pour cette introduction.

Refaites tous les premiers jours du mois la protestation qui est en la premiere partie apres la meditation, et à tous momens protestez de la vouloir observer, disant avec David & Non jamais eternellement je n'oublieray vos jus&tifications, ô mon Dieu: car en icelles vous m'avez « vivifiée. » Et quand vous sentirez quelque détraquement en vostre ame, prenez vostre protestation en main, et prosternée en esprit d'humilité, proferez-la de tout vostre cœur, et vous trouverez un grand allegement.

Faites profession ouverte de vouloir estre devote : je ne dis pas d'estre devote, mais je dis de le vouloir estre; et n'ayez point de honte des actions communes et requises

qui nous conduisent à l'amour de Dieu : advoüez hardiment que vous vous essayez de mediter; que vous aymeriez mieux mourir que de pecher mortellement : que vous voulez frequenter les sacremens, et suivre les conseils de vostre directeur (bien que souvent il ne soit pas necessaire de le nommer pour plusieurs raisons); car cette franchise de confesser qu'on veut servir Dieu, et qu'on s'est consacré à son amour d'une speciale affection, est fort agreable à sa divine majesté, qui ne veut point que l'on ait honte de luy, ny de sa croix. Et puis elle coupe chemin à beaucoup de semonces que le monde voudroit faire au contraire, et nous oblige de reputation à la poursuite. Les philosophes se publioient pour philosophes, afin qu'on les laissast vivre philosophiquement et nous devons nous faire connoistre pour desireux de la devotion, afin qu'on nous laisse vivre devotement. Que si quelqu'un vous dit que l'on peut vivre devotement sans la pratique de ces advis et exercices, ne le niez pas : mais respondez amiablement que vostre infirmité est si grande, qu'elle requiert plus d'ayde et de secours qu'il n'en faut pas pour les autres.

Enfin, tres-chere Philotée, je vous conjure par tout ce qui est de sacré au ciel, en la terre, par le baptesme que vous avez reçeu; par les mammelles que Jesus-Christ sucça, par le cœur charitable duquel il vous ayme, et par les entrailles de la misericorde en laquelle vous esperez: continuéz et perseverez en cette bien-heureuse entreprise de la vie devote: nos jours s'ecoulent, la mort est à la porte: «La trompette, dit S. Gregoire deNazianze, sonne « la retraite, qu'un chascun se prepare, car le jugement « est proche. La mere de S. Symphorien voyant qu'on le conduisoit au martyre, crioit apres luy Mon fils, mon fils, souviens-toy de la vie eternelle, regarde le ciel, et considere celuy lequel y regne, la fin prochaine terminera

D

bien-tost la briefve course de cette vie. Ma Philotée, vous diray-je de mesme, regardez le ciel, et ne le quittez pas pour la terre; regardez l'enfer, ne vous y jettez pas pour les momens; regardez Jesus-Christ, ne le reniez pas pour le monde et quand la peine de la vie devote vous semblera dure, chantez avez S. François :

A cause des biens que j'attends,

Les travaux me sont passe-temps.

Vive Jesus! auquel avec le Pere et le Sainct-Esprit, soit honneur et gloire, maintenant et tousjours, et ès siecles des siecles. Ainsi soit-il,

Maniere de dire devotement le chapelet, et de bien servir la Vierge Marie.

Vous prendrez vostre chapelet par la croix, que baiserez apres vous en estre signé, et vous vous mettrez en la presence de Dieu, disant le Credo tout entier.

Sur le premier gros grain, vous invoquerez Dieu, le priant d'agreer le service que vous luy voulez rendre, et de vous assister de sa grace pour le bien dire.

Sur les trois premiers petits grains vous demanderez l'intercession de la sacrée Vierge, la saluant au premier comme la plus chere fille de Dieu le Pere; au second, comme mere de Dieu le fils; et au troisieme, comme espouse bienaymée de Dieu le Sainct-Esprit.

Sur chaque dixaine vous penserez à un des mysteres du rosaire, selon le loisir que vous aurez, vous ressouvenant du mystere que vous vous proposerez, principalement en prononçant les tres-saincts noms de Jesus et de Marie, les passant par vostre bouche avec une grande reverence de

grace

cœur et de corps. S'il vous vient quelqu'autre sentiment
(comme la douleur de vos pechez passez, ou le propos de
vous amender), vous le pourrez mediter tout le long du
chapelet le mieux que vous pourrez, et vous ressouviendrez
de ce sentiment, ou autre que Dieu vous inspirera, lors
principalement que vous prononcerez ces deux tres-saincts
noms de Jesus et de Marie. Au gros grain qui est au bout
de la derniere dixaine, vous remercierez Dieu de la
qu'il vous a faite de vous permettre de le dire. Et passant
aux trois petits grains qui suivent, vous salüerez la sacrée
Vierge Marie, la suppliant au premier d'offrir vostre enten -
dement au Pere Eternel, afin que vous puissiez à jamais
considerer ses misericordes. Au second, vous la supplierez
d'offrir vostre mesmoire au Fils, pour avoir continuelle-
ment sa mort et passion en vostre pensée. Au troisiesme,
vous la supplierez d'offrir vostre volonté au Sainct-Esprit,
afin que vous puissiez estre à jamais enflammée de son sa-
cré amour. Au gros grain qui est au bout, vous supplierez
la divine majesté d'agreer le tout à sa gloire, et pour le bien
de son Eglise, au giron de laquelle vous la supplierez vous
conserver, et y ramener tous ceux qui en sont devoyez, et
prierez Dieu pour tous vos amis, finissant comme vous avez
commencé par la confession de la foy, disant le Credo, et
faisant le signe de la croix.

Vous porterez le chapelet en vostre ceinture, ou en autre lieu evidemment, comme une saincte marque par laquelle vous voulez protester que vous desirez estre serviteur de Dieu nostre sauveur, et de sa tres-sacrée espouse Vierge et Mere, et de vivre en vray enfant de la saincte Eglise catholique, apostolique et romaine..

FIN DE L'INTRODUCTION A LA VIE DEVOTE.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« PrécédentContinuer »