Apologie de Guillaume de Nassau, prince d'Orange: contre l'édit de proscription publié en 1580 par Philippe II, roi d'Espagne avec les documents à l'appui. Justification du Taciturne, de 1568

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 3 - PAR LE ROI D'ESPAIGNE, par lequel il proscript ledict Seigneur Prince; dont apperra des calumnies et faulses accusations contenues en ladicte proscription.
Page 87 - ... ces cruelles executions de feux, de glaive, de submersions, qui estoient pour lors trop ordinaires à l'endroit de ceus de la Religion, ainsi que l'escrivain ou le peintre comme il se...
Page xii - ... biens, sinon de vous acquérir et acheter, s'il en est besoin , au prix de mon sang une liberté? Si donc vous jugez, messieurs, ou que mon absence, ou que ma mort même vous peut servir, me voilà prêt à obéir : commandez, envoyez-moi jusques aux fins de la terre, j'obéirai.
Page 54 - ... prouver mes actions ou de les improuver, je me tiendrai » pour bien satisfaict quand j'aurai receu tesmoignage de > vostre part conforme à mes intentions, qui ont esté » tousjours conjointes à vostre bien, utilité et service, et :•• endurerai patiemment les aultres peuples et nations en » juger selon leurs passions et affections, ou bien, ce que » plus je désire, selon l'équité, droiture et justice... » Entrant ensuite en matière, Guillaume réfute, une à une, toutes les' accusations...
Page 155 - Cela faict, allons ensemble de mesme cœur et volunté; embrassons ensemble la défense de ce bon peuple, qui ne demande que bonnes ouvertures de conseil, ne désirant rien plus que de le suivre; et ce faisant, si encores vous me continuez...
Page 5 - Gheldres et de Milan, Conte de Habsbourg, de Flandres, d'Artois, de Bourgoingne Palatin, et de Haynnau, de Hollande, de...
Page 228 - Majesté, et après représenté le ™ '"fêler"™" * tout avecq nostre advis à Sadicte Majesté. Et pour « ce que trouvions bon par advis que à l'ocasion que « lesdicts gentilshommes polroient avoir quelque « scrupule et doubte que Sadicte Majesté ne volsist « prendre de maulvaise part ladicte requeste, en...
Page 85 - Iraictec en'privé avec Messieurs le Connestable de Montmoranci et Mareschal de St. André, à l'instance du Roi, qui m'asseura que le plus grand service que je lui pourroi faire en ce monde c'estoit de faire la paix, et qu'il la vouloit avoir à quelque pris que ce fust pour ce qu'il vouloit passer en Espaignc.
Page 129 - Brabant, il vous souvient, Messieurs, que jamais je ne vous en ai parlé, et que je ne vous en ai aulcunement solicitez: au contraire, vous avez mémoire de la grande résistance queje fi...
Page 238 - Majesté veullant user selon son accoustumée clémence, et ne abhorrissant riens plus que aigreur, a esté contente , que en cas que nous veissions que cela puist faire cesser les difficultez (comme nous en a esté donné la promesse) que leur feissions l'asseurance pertinente, en la forme et manière que verrions convenir. Ce que a esté...

Informations bibliographiques