L'espion Anglois: Ou, Correspondance Secrète Entre Milord All'Eye Et Milord All'Ear ...

Couverture
J. Adamson, 1785
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 86 - Les savez-vous par cœur? — Oui, monsieur » Alors il en fait trois parts , les plie en petites boules, les avale ; puis il ajoute : <> Madame, allez les prendre : c'est demain le tirage; je vous réponds que ces numéros sortiront , qu'ils vous feront un terne ; mais je ne vous garantis pas qu'il soit sec.
Page 68 - Monfieur a demandé à M. de Montbarrey fi tout cela étoit vrai , & ce qu'il comptoit faire. Il n'a pu nier la vérité des faits articulés dans le mémoire , mais a paru peu difpofé à exaucer la demande du fuppliant , vu fon étendue & rimpoffibilité qu'il a prétextée d'y fatisfaire. Alors Son Alteffe Royale lui a dit qu'elle comptoit être plus...
Page 318 - La terre , de fon fein déployant la parure , L'onde qui rafraîchit l'émail de la verdure , Le feu qui de nos fens entretient la vigueur , Tout aux yeux éclairés peint un premier moteur: Dieu vient comme un époux féconder la nature ; II s'annonce aux ingrats , mais en les foudroyant ; II parle , Sa fes décrets font pafler , fans murmure , Ou du néant à l'être , ou de l'être au néant.
Page 46 - Quand on fut bien fur qu'un homme , avec un tel art , pouvoit détruire une flotte , ou brûler une ville, fans qu'aucun pouvoir humain y pût donner le moindre fecours, le Roi défendit à Dupré de communiquer fon fecret à perfonne. Il le récompenfa pour qu'il fe tût, & cependant ce Roi étoit alors dans les embarras d'une guerre funefte.
Page 46 - Anglois le bravoient jufque dans fes ports ; il pouvoit les détruire : mais il craignit d'augmenter les maux de l'humanité ; il aima mieux fouffrir. On n'a peut-être jamais fait une...
Page 170 - Blinaye étoit précisément dans le Perche, non loin de la Trappe. Il prend un jour cette abbaye pour but de sa promenade. Les religieux étoient occupés aux travaux de la main. En les voyant successivement, il en remarque un, dont la figure le frappe, et singulièrement ressemblant à son neveu. Sa réflexion ne va pas plus loin, et il se retire.
Page 163 - ... amante dans l'attitude de la componction et du désespoir, il dit qu'il mourra plutôt que d'en être disgracié au moment où il a le bonheur d'en approcher pour la première fois. Il...
Page 45 - Dupré, qui avait pafTé fa vie à faire des opérations de chymie , inventa un feu fi rapide & fi dévorant, qu'on ne pouvait ni l'éviter , ni l'éteindre : l'eau lui donnait une nouvelle activité. Sur le canal de Verfailles, en préfence du Roi , dans les cours de l'Arfenal l'arfenal à Paris , &.
Page 45 - Dupré, qui avait passé sa vie à faire des opérations de chimie , inventa un feu si rapide et si dévorant, qu'on ne pouvait ni l'éviter ni l'éteindre : l'eau lui donnait une nouvelle activité. Sur le canal de Versailles, en présence...
Page 316 - Fox ne fit que préparer les matériaux d'un grand édifice : cet enthoufiafte avoit rompu d'une main tremblante , dans un animal dégénéré , les chaînes de la domefticité. Après lui , vint un homme de génie qui lui apprit à faire ufage de fes facultés , & lui rendit toute l'énergie de fa nature. Cet homme qui eut l'art de métamorphofer des enthoufiaftes en philofophes , eft Guillaume Perin ; ce Solon anglois étoit fils d'un viceamiral de la Grande-Bretagne.

Informations bibliographiques