La morale antique

Couverture
Presses Universitaires de France, 1947 - 178 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 163 - Si l'on doit trouver quelque part à l'état pur la notion de liberté morale, ce ne sera pas dans un dogmatisme, quel qu'il soit; ce sera dans une philosophie assez audacieuse pour soutenir, d'une façon générale, qu'il n'ya pas de vérité à la rigueur, que nous nous faisons nous-mêmes nos certitudes".
Page 7 - Anaximandre en un langage dont le ton poétique doit retenir l'attention, est aussi o» vers quoi procède la corruption selon le nécessaire; car les êtres se paient les uns aux autres la peine et la réparation de leur injustice, suivant l'ordre du temps.
Page 170 - L'objectivité de ces morales signifie seulement que, le plus souvent, le principe de la construction théorique y est une réalité objective que l'on conçoit comme un modèle à imiter et que ce principe, quel qu'il soit, fonde toute la systématisation normative des espèces morales, des relations diverses que comporte la conduite humaine.
Page 157 - Mais, réprouvés ou élus, nous n'avons qu'à nous en prendre à nous-mémes de ce qu'aura été notre vie! En résumé, deux choses semblent évidentes: Platon ne veut pas renoncer au Destin et, d'autre part, il veut innocenter Dieu du mal que nous faisons ». Ma questa interpretazione del Robin, che attribuisce a Platone una contradizione difficile a risolversi tra fatalità e responsabilità, non considera alcuni elementi offerti dallo stesso finale della Repubblica, che opportunamente sono messi...
Page 60 - Comme il était terre et cendre, après avoir si bien compris ce qu'on doit... il se perd dans la présomption de ce que l'on (1) Sur (immortalité de fume, p.
Page 58 - Zénon avec Épicure. Ce dernier recommandait bien, lui aussi de « suivre la nature », mais l'analogie des deux formules ne doit pas nous tromper. « Pour l'Épicurien, la Nature est ce qu'elle est, résultat heureux, mécaniquement réalisé, d'une suite infinie d'accidents ; en elle point de valeur morale ; ce qui est bien moralement, c'est de nier toute exigence ne répondant pas strictement aux nécessités naturelles. Le stoïcien au contraire demande à l'agent de se hausser jusqu'à la nature,...
Page 148 - ... venu à passer à Sens, on eut l'idée de faire exécuter par Richeboys un tirage du poème composé à la gloire de Véron et de le remettre, sous forme de plaquette, à ce prélat. A la différence du billet à Jean de Morel, la lettre de Jean Penon porte une date, celle du ier septembre i558.
Page 169 - Bien plus, l'éthique, comme science distincte, s'est constituée à une époque relativement tardive, et après que les philosophes se furent découragés d'opérer par la voie politique une réforme pratique des mœurs.
Page 171 - ... que les Grecs n'ont jamais conçu la morale comme une science objective des mœurs. Pour eux, la morale était une théorie de l'art de vivre. Sans avoir ignoré les notions formalistes de l'obligation de conscience et de la bonne volonté, ils ont fait prédominer la notion de Souverain bien. Ils n'ont jamais conçu de vie morale, si élevée fût-elle, qui ne dût avoir le bonheur pour récompense. Seulement, sur le contenu de ce bonheur, les philosophes ne se sont pas montrés très exigeants...
Page 122 - le commencement et la fin de la vie heureuse. En lui nous reconnaissons en effet notre bien primitif et congénital ; c'est de lui que nous faisons partir toute préférence et toute aversion ; à lui que nous aboutissons, en jugeant de tout bien au moyen de l'état affectif...

Informations bibliographiques