Esquisses sénégalaises: physionomie du pays, peuplades, commerce, religions, passé et avenir, récits et légendes

Couverture
P.Bertrand, 1853 - 496 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

Aussenac (Gouvernement de Galam)

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 480 - Le marabout, aux yeux des Sénégalais, est l'homme de Dieu, occupé uniquement à la prière, à la prédication, à l'instruction de la jeunesse, à la récitation du chapelet qu'il porte toujours à son bras ou à la main. Il est homme de privation et de mortification. Il n'est d'aucune réjouissance, d'aucune soirée ; il jeûne rigoureusement pendant le carême, se prive alors d'un verre d'eau malgré les chaleurs excessives, prend sur son sommeil pour prier Dieu. Il ne fait point de commerce...
Page 232 - C'est Mahomet, c'est sa religion absurde et rétrograde qui a tout détruit. Le plan de ce discours ne me permet pas d'en rapporter l'histoire ; je dirai seulement qu'une religion qui s'est établie par la force, et qui promet à ses adeptes des voluptés charnelles pour récompenses, ne pouvait que s'étendre rapidement : l'état d'ignominie, de stupidité, de servitude, de corruption, dans lequel sont plongés tous les peuples soumis à la loi de Mahomet en est une démonstration évidente. Le...
Page 335 - Contractantes, de part et d'autre, promettent d'exécuter fidèlement et de bonne foi tous les articles contenus et établis dans le présent Traité, sans faire ni souffrir qu'il y soit fait aucune contravention directe ou indirecte, se garantissant généralement et réciproquement toutes les stipulations y consenties.
Page 331 - Dagana situe sur la frontière avec le pays de Toro et des postes moins considérables dans les autres parties du Royaume, partout où ils seront jugés nécessaires par le Commandant pour le Roi et qu'il y soit placé les garnisons qu'exigera leur défense.
Page 333 - Boye, les chefs cidessus dénommés et tous auties déclarent, chacun en ce qui le concerne, renoncer pour toujours à tout droit sur les embarcations et bâtiments français qui se perdraient ou seraient forcés de faire leur déchargement sur les rives du fleuve qu'ils habitent. Ils s'engagent et promettent au contraire de leur donner tout secours et assistance dont ils auraient besoin, chaque fois qu'ils en seront requis par les capitaines ou patrons.
Page 334 - Wallo, comme un ami distingué, et les chefs ci-dessus dénommés et tous autres avec la considération propre à leur assurer le respect et l'obéissance de leurs subordonnés; d'envoyer former dans leur pays des établissements de culture ; de faire payer par les propriétaires aux chefs de...
Page 51 - Je ne vous parlerai pas de notre intéressante population ; seulement qu'on se le persuade bien, ils ne sont pas tels que la calomnie s'est plu si souvent à les peindre. Figurez-vous les temps antiques, où les princes et les rois allaient bonnement sans appareil et sans pompe. Imaginezvous les chefs des peuples, menant eux-mêmes leurs bœufs boire au ruisseau, et conduisant leurs chameaux aux pâturages ; servant euxmêmes leurs hôtes, et apprêtant le kouskous et le poisson.
Page 308 - Ouolofs on les appelle les lamanes, titre fort ancien et qui remonte avant la fondation des principautés. Chaque lamane entretient à son service un certain nombre de soldats qu'il fournit d'armes et de chevaux. Plusieurs demeurent auprès de sa personne et sont nourris alors aux dépens du maître ; les autres restent dans les villages et sont obligés de marcher à la première réquisition. Aucun n'a de solde régulière, mais tous reçoivent des présents et ont une part dans le butin qui se...
Page 334 - ... rempli; de faire rendre exactement justice aux contractants; de construire à Dagana le fort demandé, et des postes armés dans tous les autres lieux où il jugera nécessaire d'en établir pour assurer la conservation des propriétés et la tranquillité du pays; de placer dans lesdits...
Page 332 - ... village s'engagent et promettent d'employer tout leur pouvoir à en assurer l'exécution, de remplacer dans un délai de quinze jours à dater de la demande qui leur en sera faite les déserteurs, les malades ou les morts sous peine par eux de perdre l'allocation entière pour l'individu manquant s'ils ne se conformaient pas exactement à cette stipulation. « — Article 8. La présente alliance entre les habitants français du Sénégal et le Royaume de...

Informations bibliographiques