Origine des découvertes attribuées aux modernes: où l'on démontre que nos plus célebres philosophes ont puisé la plupart de leurs connoissances dans les ouvrages des anciens : & que plusieurs vérités importantes sur la religion ont été connues des sages du paganisme

Couverture
la veuve Duchesne, 1776 - 428 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 31 - Dieu ait en lui-même les idées de tous les êtres qu'il a créés, puisque autrement il n'aurait pas pu les produire, et qu'ainsi il voit tous ces êtres en considérant les perfections qu'il renferme auxquelles ils ont rapport.
Page 31 - Dieu eft étroitement uni à. nos âmes par fa préfence ; de forte qu'on peut dire qu'il eft le lieu des efprits , de même que les efpaces font...
Page 116 - Cette matiere opere la nutrition & le développement, en s'affimilant à chaque partie du corps de l'animal ou du végétal , & en pénétrant intimément la forme des types & des moules intérieurs où elle s'infmue.
Page 171 - SA LONGUEUR EST PLUS GRAND et, afin que la gravité d'une planète devienne égale à celle d'une autre planète plus proche du Soleil, elle doit être augmentée à proportion que le CARRÉ DE SA DISTANCE au Soleil est plus grand. Si donc nous supposons des cordes de musique tendues du Soleil à chaque planète, pour que ces cordes devinssent à l'unisson, il faudrait augmenter ou diminuer...
Page 117 - ... commencement , & toutes fubfifteront d'elles-mêmes, tant -qu'elles ne feront pas anéanties par la volonté du Créateur. Il s'enfuit de ces principes que la génération & la corruption ne font que la différente...
Page 288 - Defcartes & fes difciples , ont dit que l'aimant a deux pôles comme la terre ; & que cette matière magnétique , qui circule autour & fort d'un des pôles de cette pierre pour rentrer par l'autre , caufe cette impulfion qui unit le fer avec l'aimant , dont les petits corpufcules ont une analogie avec les pores du fer qui leur donne fur ce corps la prife que leur peu d'affinité avec les pores des autres corps ne leur permet pas d'avoir. C'eft jufqu'ici tout ce qu'on a dit de plus raifonnable fur...
Page 214 - Laërce dit, dans un endroit de son histoire , que Platon était le premier qui eût nommé antipodes les habitants de la terre qui nous sont opposés. Il ne veut pas dire que Platon ait enseigné le premier cette opinion , mais seulement qu'il a le premier employé le mot anlipodet ; car, dans un autre endroit, le même Diogène Laërce cite Pylhagorc comme auteur de cette opinion.
Page 39 - garde que Démocrite enfeignoit que les » images des objets font des émanations de » Dieu , & font elles-mêmes un dieu ; & que » l'idée actuelle de notre âme eft un dieu ; y t» at-il bien loin de cette penfée à dire que » nos idées font en Dieu , comme le P.
Page 116 - II n'ya donc point de germes préexistans , point de germes contenus à l'infini , les uns dans les autres ; mais il ya une matière organique toujours active , toujours prête à se mouler, à s'assimiler et à produire des êtres semblables à ceux qui la reçoivent. Les...
Page 173 - Il quale, avendo per awentura auto concetto, non potere alcun mobile passare dalla quiète ad alcun determinato grado di velocità, nel quale ei debba poi equabilmente perpetuarsi, se non col passare per tutti gli altri gradi di velocità minori, o vogliam dire di tardità maggiori, che tra l'assegnato grado e l'altissimo di tardità, cioè...

Informations bibliographiques