Lettres de Madame de Sévigné: de sa famille et de ses amis, Volume 9

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 41 - Je ne pense pas que vous ayez le courage d'obéir à votre père Lanterne : voudriez-vous ne pas donner le plaisir à Pauline, qui a bien de l'esprit, d'en faire quelque usage, en lisant les belles comédies de Corneille, et Polyeucte, et Cinna, et les autres? N'avoir de la dévotion que ce retranchement , sans y être portée par la grâce de Dieu , me paraît être bottée à cru : il n'ya point de liaison ni de conformité avec tout le reste.
Page 101 - ... un livre d'histoire, on va de l'un à l'autre, cela fait du divertissement; un peu rêver à Dieu, à sa providence, posséder son âme, songer à l'avenir...
Page 400 - Toujours aimé, toujours estimé, toujours portant la joie et le plaisir avec vous, toujours favori et entêté de quelque ami d'importance, un duc, un prince, un pape (car j'y veux ajouter le saint-père pour la rareté), toujours en santé, jamais à charge à personne, point d'affaires, point d'ambition ; mais surtout quel avantage de ne point vieillir ! voilà le comble du bonheur.
Page 416 - Mon Père, ne me pressez point. » Le Père continue. Enfin, Despréaux le prend par le bras, et, le serrant bien fort, lui dit : « Mon Père, vous le voulez ; eh bien...
Page 334 - ... m'y voilà, et je voudrais bien au moins ménager de ne pas aller plus loin, de ne point avancer dans ce chemin des infirmités, des douleurs, des pertes de mémoire, des...
Page 52 - Reconnoissez en moi votre vrai descendant. Pourquoi de votre argent votre fils et mon père Ont-ils acquis pour moi ce qui me désespère? Cette noblesse enfin, qui, par nécessité, Me fait être guerrier contre ma volonté? Adieu mon cher jardin qui fîtes mes délices, Adieu de mes jets d'eau les charmants artifices ; Adieu fraises, adieu melons ; Adieu coteaux, adieu vallons.
Page 578 - Vous avez reçu ma réponse avant que j'aie reçu votre lettre. Vous aurez vu , par celle de madame de Lavardin et par la mienne, que nous voulions vous faire aller en Provence , puisque vous ne veniez point à Paris. C'est tout ce qu'il ya de meilleur à faire : le soleil est plus beau, vous aurez compagnie; je dis même, séparée de madame de Grignan, qui n'est pas peu; un gros château, bien des gens; enfin, c'est vivre que d'être là.
Page 417 - Monsieur, dit le Père en fureur, il faut distinguer. — Distinguer? dit Despréaux, distinguer, morbleu ! distinguer, distinguer si nous sommes obligés d'aimer Dieu ! » Et , prenant Corbinelli par le bras , s'enfuit au bout de la chambre; puis revenant, et courant comme un forcené , il ne voulut jamais se rapprocher du Père, s'en alla rejoindre la compagnie, qui était demeurée dans la salle où l'on mange. Ici finit l'histoire , le rideau tombe.
Page 315 - ... je n'ai pas trop mal couru ma carrière ; tout est sain aux sains , comme vous dites. Pour moi, qui voulois m'appuyer dans mon go1it, je trouvois qu'un jeune homme devenoit généreux et brave en voyant mes héros, et qu'une fille devenoit hon• nête et sage en lisant Cléopâtre.
Page 474 - On se trompe ; voyez comme madame de La Fayette se trouve riche en amis de tous côtés et de toutes conditions; elle a cent bras, elle atteint partout. Ses enfants savent bien qu'en dire, et la remercient bien tous les jours de s'être formé un esprit si liant : c'est une obligation qu'elle a à M. de La Rochefoucauld, dont sa famille s'est bien trouvée.

Informations bibliographiques