Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, duc de la Force, maréchal de France, et de ses deux fils, les marquis de Montpouillan et de Castelnaut, suivis de documents curieux et de correspondances inédites de Jeanne d'Albret, Henri III ... et autres peronages marquants depuis la Saint-Barthélemy jusqu'à la Fronde: pour faire suite à toutes les collections de mémoires sur l'histoire de France, Volume 2

Couverture
Charpentier, 1843
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 263 - J'envoie à MM. du Conseil la lettre de commandement que Sa Majesté m'en adresse ». Les agents qui cheminaient en Espagne et poussaient parmi les Morisques l'intrigue française, n'étaient pas seuls à fixer les regards de La Force au delà des monts. D'assez graves incidents de frontière se produisaient en 1608; il est question plus d'une fois dans...
Page 451 - État< et m'ôter tous les moyens d'en prendre connaissance; dessein qu'ils ont poussé si avant, qu'il ne m'est jusqu'ici resté que le seul nom de roi, et que c'eût été un crime capital à mes officiers et sujets de me voir en particulier, et m'entretenir de quelques discours sérieux; ce que Dieu, par • : . : •- '••• >*•'•:•*.
Page 430 - Parlement, en la publiant, a ajouté : sans l'exprès commandement du Roi ou de son Lieutenant, et lorsqu'il le jugera nécessaire pour la défense et conservation du pays...
Page 233 - Pampelune, pour le meurtre qu'il a ci-devant commis en la personne de son neveu, le fils du sieur de la Tour, mais je ne crois pas pour cela qu'ils en fassent justice, et, comme vous me mandez , tiendront cet affaire en longueur , pour par là pratiquer quelques-uns au préjudice de mon service.
Page 287 - Normandie, au grand mécontentement du Prince de Conty et de toute la Maison de Lorraine. M. le Prince de Condé n'est encore ici, on l'attend dans huit jours, il semble qu'il se joindra avec la Maison de Lorraine, car M. le Comte de Soissons est rallié avec M. d'Epernon et sa suite. Quant aux Huguenots , il faut qu'ils demeurent bien unis, afin de bien servir la France et l'Etat, et d'empêcher qu'on ne les opprime.
Page 252 - ... sans raison. Si les trois derniers vaisseaux que vous avez arrêtés à Naples en ce dernier voyage, ne sont pas de bonne prise, vous les laisserez aller. Je vous renvoie le mémoire que le sieur de Montoutre m'a donné de votre part, avec la réponse en marge de chaque article. A quoi me remettant , je ne vous ferai celle-ci plus longue que pour vous assurer que je suis , Monsieur, Votre affectionné comme frère à vous rendre service , Le Cardinal DE RICHELIEU. De Ruel, ce ao octobre i640.
Page 491 - Royaume en un si éminent péril, la fidélité de ses sujets au décri.son autorité au rabais, les mauvaises intentions de plusieurs en montre et les maximes de Henri le Grand en oubli, et trop d'humanité encore pour vouloir convertir vos villes en cimetières, votre France en un désert, finalement trop de justice pour vouloir épandre le sang de tant de gens de bien qui l'ont si courageusement prodigué pour en arroser les racines des fleurs de lys de France. » Et, quand il a reçu la lettre...
Page 457 - Mmï de La Force, sa bellemère) vous mande que vous lui portiez trois ou quatre livres de dragées d'anis musqué pour Monsieur et pour elle. Je vous envoie la juste mesure de mon tapis de cabinet : la plus courte est la largeur et la plus longue la longueur; ce sont les filets que vous trouverez ci-enclos. » Bien plus intéressant, bien plus évocateur de toute une époque est le chapitre des livres demandés par la marquise de La Force pour elle et pour ses beaux-parents.
Page 355 - Je suis loin des affaires , mais si vois-je bien avec mes lunettes que si nous prenons plaisir à avoir du mal, nous n'en aurons que trop ; et quand j'en aurai acquitté ma conscience, j'attendrai ce qu'il plaira à Dieu en patience.
Page 78 - ... trancher la tête : de la mort elle est certaine, le genre en est incertain. On parle aussi diversement de sa femme, mais la meilleure opinion est qu'il ne l'a point tuée. M. de Roquelaure, qui est son père, n'a pas laissé pour cela de faire festin aujourd'hui à toute la cour, au moins à la plus grande partie.

Informations bibliographiques