Mélanges de Littérature étrangère, Volumes 3 à 4

Couverture
Gogué & Née de la Rochelle [and others], 1785
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 152 - ... fanté : n'en voilà-t-il pas une belle preuve ? Ce pauvre homme , avec fon application à l'étude , & fon envie de tout fçavoir , voyez comme il eft ; il en a perdu le boire & le manger , & ne dort point : il eft roide comme un pieu, & fec comme une alumette. A ces paroles , les deux jeunes hommes fe prirent à rire, & le Philofophe rougit. Voyant fon embarras , je me tournai de fon...
Page 124 - ... Cet auteur, parlant de la musique que Charlemagne , à ce qu*il dit , fit peindre allégoriquement sur les murs de son palais, avec les autres arts libéraux, la définit (i) un chant écrit sur quatre lignes. Ce mot seul indique nécessairement la fin du onzième siècle, puisqu'on sait que l'usage de noter le chant ne fut introduit qu'alors , par Gui Aretin , que cette invention a rendu célèbre. Toutes ces raisons prouvent que M. de Marca (2) , qui fait remonter au dixième siècle la composition...
Page 88 - Sembuch) l'ayant emmené à Londres , l'attacha à la famille royale , en qualité de maître de langue tofcane. Rolli demeura en Angleterre jufqu'à la mort de la reine Caroline , fa prote&rice, & celle des lettres.
Page 79 - Émiles ; sur tous les spe&ateurs assis aux premiers rangs , sans excepter celui même qui payoit sa bassesse. Qu'il y ait des mânes...
Page 121 - Amsterdam , engagea ensuite plusieurs magistrats hollandais à l'envoyer à leurs frais au Japon, pays dont la plupart des productions étaient encore inconnues , et dont la température approche de celle de la Hollande.
Page 139 - Harnes , n'eft qu'un vrai roman d'amour, de chevalerie & de mythologie , qui n'a de commun avec la Chronique de Turpin que les deux premiers mots du titre , fous lequel il a plu à l'auteur de le mettre au jour.
Page 186 - ... leur donner le temps de parvenir « avec leur proie dans un endroit où » il ne feroit plus poffible de fecourir
Page 185 - Kutlrna s'ils ne me tuwoient pas, mais il» „ les en empêcha toujours. 11 fut le premier „ à les engager à me traiter avec plus de „ douceur , & les força de me rendre quelques „ fervices qui m'étoient extrêmement ncccf...
Page 228 - Canaan , elles y furent adoptées par les Phéniciens , qui habitaient une partie de cette contrée, id'où ils les tranfmirent aux Grecs. L'alphabet que Cadmus apporta dans la...
Page 59 - Le bon Orphée alla jufqu'aux Enfers , L'étonnement d'un fi rare caprice En fit ceffer tous les tournons divers. On admira , bien plus que fes concerts...

Informations bibliographiques