Histoire de Lille et de la Flandre Wallonne, Volume 1

Couverture
Librairie de Vanackere, 1848
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 43 - PROGRAMME des principales recherches à faire sur l'histoire et les antiquités du département du Nord , par M.
Page 334 - ... pauvre peuple. Autant il en fit dans la seigneurie de Valenciennes, puis il se rendit à Lille : son entrée y fut solennelle, et la ville se mit en grands frais pour le recevoir. Entre autres mystères qui furent publiquement représentés, il y en eut un qui excita de grandes risées : c'était le Jugement de Paris. On avait choisi, pour le personnage de Vénus, une grande et énorme femme, qui pesait plus de deux quintaux; Junon était de même taille, mais toute sèche et maigre; Minerve...
Page 361 - ... ce jour la ville de Lille estoit tenue une des villes du royaume où il y avoit plus de riches gens , de richesses et de grandeur; et y avoit grand peuple , hommes et femmes moult...
Page 254 - Le pillage était grand et profitable dans de si riches pays, où les habitants n'avaient pas eu le temps de rien mettre à l'abri. Les Bretons, qui étaient arrivés des premiers, firent là de grands profits; ils ne se souciaient même plus des belles pièces de drap ni des plumes d'autruche : ils ne tenaient compte que de l'or, de l'argent et des joyaux; mais ceux qui venaient après eux ramassaient le reste, de façon qu'ils n'y laissaient rien. Pour tirer parti de ce butin, on ouvrit de grands...
Page 212 - La mêlée, de ce côté, dura trois heures, et pendant trois heures elle fut effroyable. Il s'y passa des scènes homériques. Les chefs flamands, pour encourager leurs soldats, les haranguaient tout en frappant d'estoc et de taille.
Page 84 - Malbrough s'en va-t-en guerre. On chantait Malbrough des petits appartements de Versailles aux cuisines et aux écuries ; la Chanson faisait fureur à la cour, quand elle fut adoptée par la bourgeoisie de Paris, et elle passa successivement de ville en ville, de pays en pays : elle retourna d'abord en Angleterre, où elle fut bientôt aussi populaire qu'en France.
Page 338 - Son passe» temps estoit de voler à esmérillons ; et chassoit » moult volontiers, quand il en pouvoit avoir le » congé. Il jouoit aux échecs mieux qu'autre de » son temps ' . Il tiroit de l'arc, et plus fort que nul » de ceux qui estoient nourris avec lui.
Page 140 - En voici la traduction , qui ne peut rendre que d'une manière bien faible la naïveté de l'expression: « Je me réjouis même en voyant venir l'hiver avec le » grésil et la gelée, car, en toute saison , la jeune et jolie » fille doit se réjouir et avoir la gaîté au cœur. Je ferai » chanson d'amour pour plaire davantage; et, tant que » mon cœur tendre conservera ses amoureux désirs , ma » douce joie ne m'abandonnera pas.
Page 336 - ... plus nombreuse et qui lui coûtât moins d'argent, il tenait une grande quantité d'hommes à gages ménagers, c'est-à-dire, que, moyennant une petite solde, ils restaient chez eux, venaient à la revue une fois par mois, et se tenaient toujours prêts à partir. En outre, le Duc avait à Lille une superbe artillerie et de grands équipages pour le service d'une nombreuse armée. Ce fut ainsi qu'après avoir été pris au dépourvu, il se trouva tout d'un coup puissant et redoutable. Il avait...
Page 244 - ... Sainte Église, il consent à ce que l'abbaye conserve une partie du manoir en franc-alleu et tienne le reste de lui en fief, en justice de vicomte et à un éperon d'or de relief sans autre service ni redevance. Fonds de l'abbaye de Loos, N°261.

Informations bibliographiques