Guizot collection of pamphlets, Volume 39

Couverture
1815
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 14 - Non , ce sont ceux qui ont pris les armes contre leur mère-patrie; c'est vousmêmes, les antres l'ont votée comme juges constitués par la nation , et qui ne doivent compte à personne de leur jugement. S'ils se sont trompés, ils sont dans le même cas que tous les autres juges qui se trompent : ils se sont trompés avec la nation entière qui a provoqué le jugement, qui ya ensuite adhéré par des milliers d'adresses venues des communes ; ils se sont trompés avec toutes les nations de l'Europe...
Page 91 - Les Français ont le droit de publier et de faire imprimer leurs opinions, en se conformant aux lois qui doivent réprimer les abus de cette liberté.
Page 88 - Le roi a dit dans ses déclarations précédentes, et il réitère « l'assurance, -que les corps administratifs et judiciaires seront « maintenus dans la plénitude de leurs attributions ; qu'il conservera « leurs places à ceux qui en...
Page 23 - ... paternellement. J'ai cru que les alliés ne voudraient pas rapporter la désolation dans un pays dont le vœu était si fortement prononcé pour la tranquillité de l'Europe. La persuasion générale était que l'Empereur n'avait pu quitter l'Ile d'Elbe qu'avec l'assentiment d'une partie des membres du congrès de Vienne, et que, sous peu de jours, nous reverrions l'Impératrice et son fils. On ne doutait pas que les puissances ne nous laissassent, comme elles l'avaient tant de fois protesté,...
Page 89 - Royale d'agréer les plus vives et les plus sincères actions de grâces pour les félicitations qu'elle vient de m'adresser. Je lui en rends de particulières pour les attentions soutenues dont j'ai été l'objet, tant de la part de Votre Altesse Royale que de celle de chacun des membres de votre illustre maison.
Page 41 - ... tout ce qu'il voit, tout ce qu'il entend, renouvelle sa douleur. Ce sentiment rend notre situation vague et pénible : chacun cherche à se dissimuler la plaie qu'il sent exister au fond de son cœur ; on se regarde comme humilié, malgré vingt ans de triomphes continus, pour avoir perdu une seule partie, qui malheureusement était la partie d'honneur et qui a fait la règle de nos destinées.
Page 37 - ... ou Anglais, ou enfin qu'étant resté en France, vous n'avez sollicité des places auprès des gouvernements éphémères qui ont précédé la Restauration, qu'afin de les mieux trahir et de les faire plus tôt succomber. Alors, votre fidélité sera portée aux nues ; vous recevrez de tendres félicitations, des décorations, des réponses affectueuses de toute la famille royale...
Page 39 - ... mon mémoire, que je le supplie de vouloir bien lire lui-même. Le roi prend mon mémoire, le garde, et m'adresse ces paroles : Oui, Louis, oui, mon cher Louis, je le lirai moi-même. Les paroles que Sa Majesté venait de m'adresser ne furent pas totalement perdues pour ma cause. Des pièces parvinrent à mon rapporteur , et notamment nombre de mémoires...
Page 23 - Laissons la dureté et la cruauté à ceux qui croient en avoir besoin pour contenir un peuple qu'ils ont opprimé par la force. Pour ceux qui vivent dans un état libre, ils ne sauraient rien faire de plus insensé que de se comporter d'une manière à se faire craindre: car, quoique les lois soient comme ensevelies sous la puissance d'un particulier, et que la liberté soit resserrée par la crainte, elles se relèvent quelquefois, et parce que les peuples font entrevoir.
Page 137 - II s'impute à péché la moindre bagatelle ; Un rien presque suffit pour le scandaliser; Jusque-là qu'il se vint, l'autre jour, accuser D'avoir pris une puce en faisant sa prière, Et de l'avoir tuée avec trop de colère.

Informations bibliographiques