Dialogues de Monsieur le baron de Lahontan et d'un sauvage: dans l'Amerique. : Contenant une description exacte des mœurs & des coutumes de ces peuples sauvages

Couverture
Chez la veuve de Boeteman, et se vend a Londres, chez David Mortier, 1704 - 222 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 8 - Ils afiurenr que la leur eft la meilleure; les Jéfuites prêchent le contraire, & difent que celles des Anglois & de mille autres peuples, ne valent rien. Qui dois -je croire, s'il n'ya qu'une feule véritable religion fur la Terre ? Qui font les geiîs qui n'efti.
Page 46 - ... femmes grosses ; et cent autres maux... Il y en a d'autres encore plus méchants : ce sont les magiciens. Ils ont des conversations familières avec le Méchant Esprit ; ils le font voir à ceux qui en ont la curiosité sous telles figures qu'ils veulent. Ils ont des secrets pour faire gagner au jeu, et enrichir ceux à qui ils les donnent. Ils devinent ce qui doit arriver ; ils ont le pouvoir de se métamorphoser en toute sorte d'animaux et de figurer les plus horribles ; ils vont en certaines...
Page 33 - ... qu'il te plaira, tu n'iras jamais dans le bon pays des âmes si tu ne te fais Huron. L'innocence de notre vie, l'amour que nous avons pour nos frères, la tranquillité d'âme dont nous jouissons par le mépris de l'intérêt, sont trois choses que le grand Esprit exige de tous les hommes en général. Nous les pratiquons naturellement dans nos villages, pendant que les Européens se déchirent, se volent, se diffament, se tuent dans leurs villes, eux qui voulant aller au pays des âmes ne songent...
Page 116 - Caller, c'est enfoncer dans l'eau. • n'auroient jamais supporté sans mourir, l'mcomodité des * Posadas de la Route dont la description pitoyable sufiroit pour vous Ôter l'envie d'aller à Lisbonne, quelque astfaire que vous y eussiez. Je m'en suis pourtant acommodé comme des meilleures Auberges de France ; Car n'ayant fait de ma vie d'autre métier que de courir les Mers, les Lacs, & les Rivières de Canada, vivant le plus souvent de racines & d'eau, sous des Tentes d'écorce, je dévorois...
Page 55 - Flèches, ne pourroient ni chasser de quoi se nourrir, ni même trouver le chemin d'en sortir. Tu vois que nous traversons cent lieues...
Page 90 - Si elles [ies femmes amérindiennes] ne prenoient pas si fréquemment les plaisirs de l'amour, ni avec tant d'avidité, elles donneroient le temps à la matière convenable à la production des enfans, de se rendre telle qu'il faut qu'elle soit pour engendrer. Il en est de même qu'un Champ, dans lequel on semeroit sans cesse du bled d'Inde, sans le laisser jamais en friche
Page 15 - S. 804, 816, 822). Adario gibt die Höllendrohung ironisch an die schlechten Christen zurück, die ihrem Nächsten in Not die Hilfe versagen: Or si eile [= l'äme] est Immortelle, comme vous le croyez, & que vous ne vous trompiez pas dans...
Page 109 - L'Excellentia, & qu'il ne rendoit la Señoría qu'aux premiers Gentils-Hommes du Royaume, & la * Merced à tous les autres ; ce qui fit qu'au lieu de luy parler Espagnol, je me servis d'un Interprète qui métarmophosa tous les Vous de mon compliment en Excellence Portugaise.
Page 124 - ... des Portugais, que sans la consomption qui s'en fait chez les Moines, & chez quelques Inquisiteurs, on ne verroit guère de Cochons en Portugal. Les vins ont du corps & de la force, sur tout les rouges, dont la couleur va jusqu'aux noir. Ceux d' Alégrete & de Barra à Burra sont les plus délicats & les moins couverts.

Informations bibliographiques