Images de page
PDF
ePub

sérieux de l'université pour obtenir la confirmation de l'arrêt de 1624, lequel condamnait au bannissement les nommés Villon, Bitault et Claves, pour avoir pensé autrement qu'Aristote."—Aimé-martin.

d "Fieffé vient de fief. Il se dit de ceux qui ont quelques vices. Dans ce sens, il signifie achevé, comme qui dirait un homme à qui il ne manque rien d'un tel vice, de la même façon qu'il ne manque rien pour posséder un fief à celui qui l'a reçu de son seigneur."—Caseneuve.

* Le vide existe dans la nature.

'C'est-à-dire si elle a pour objet la perception, le jugement, et le raisonnement, ou ce dernier seulement.

6 Les catégories étaient un moyen de classer toutes les pensées de l'entendement humain. Aristote en comptait dix.

* Il s'agit de savoir ai l'essence du bien se trouve dans ce qu'on désire ou dans ce gui convient.

1 Cette question est aussi inintelligible que les précédentes sont ridicules.

k L'indice et le miroir de l'âme.

1 Arcanes, mot latin francisé; il signifie secret mystérieux. Plus bas, ratiociner pour raisonner, terme de logique.

m Point flambages, c'est-à-dire point d'embarras de paroles.

""La jurisprudence se composait de deux corps de droit, l'ecclésiastique et le civil. In utroque jure veut dire dans l'un et dans l'autre droit. Un docteur in utroque jure était donc celui qui professait le droit civil et le droit canon."—Aimé-martin.

° Par tous les cas et modes imaginables.

p Logique, art de raisonner.

'Sophistique, de la nature du sophisme, argument captieux qui pèche ou dans le fond ou dans la forme. Chez les anciens on donnait le nom de sophiste aux philosophes et aux rhéteurs.

* Onirocritique, du grec ôveipos (oneiros) songe, et Kpivw (firinS) je juge: art d'interpréter les songes.

* Mesure de la terre.

* Spéculoire et spéculatoire. La spéculaloire est l'art d'interpréter les éclairs, le tonnerre, les comètes, et autres météores ou phénomènes semblables. La spéculoire est la partie de l'art divinatoire, qui consiste à faire voir dans un miroir les personnes ou les choses que l'on désire connaître."—Auger.

"Métoposcopie, du grec uérwirov (métôpon) front, et <tkott6w (skopéS) je considère: art de conjecturer le sort d'une personne par l'inspection des traits de son visage.

* Chiromancie, du grec %e\p (cheir) main, et uatreia (manteui) divination: prédiction par l'inspection des lignes de la main.

y Géomancie, du grec yf) (gé) terre, et pavreia: art de deviner an

moyen de lignes qu'on trace au hasard sur la terre.

[Scène suivante.]

Sganareli-e.

Sgan. [sewZ.] Au diable les savants, qui ne veulent point écouter les gens! On me l'avait bien dit, que son maître Aristote n'était rien qu'un bavard. Il faut que j'aille trouver l'autre; peut-être qu'il sera plus posé, et plus raisonnable. Holà!

[Scène suivante.] Marphurius, philosophe pyrrhomena[; Sganarelle.

Marp. Que voulez-vous de moi, seigneur Sganarelle?

Sgan. Seigneur docteur, j'aurais besoin de votre conseil sur une petite affaire dont il s'agit, et je suis venu ici pour cela. [A part.] Ah! voilà qui va bien: il écoute le monde, celui-ci.

Marp. Seigneur Sganarelle, changez, s'il vous plaît, cette façon de parler. Notre philosophie ordonne de ne point énoncer de proposition décisive, de parler de tout avec incertitude, de suspendre toujours son jugement; et, par cette raison, vous ne pouvez pas dire, Je suis venu, mais, II me semble que je suis venu.

Sgan. Il me semble?

Marp. Oui.

Sgan. Parbleu! il faut bien qu'il me semble, puisque cela est.

Marp. Ce n'est pas une conséquence; et il peut vous le sembler, sans que la chose soit véritable.

Sgan. Comment! il n'est pas vrai que je suis venu?

Marp. Cela est incertain, et nous devons douter de tout.

Sgan. Quoi ! je ne suis pas ici, et vous ne me parlez pas?

Marp. Il m'apparaît que vous êtes là, et il me semble que je vous parle; mais il n'est pas assuré que cela soit.

Sgan. Hé! que diable! vous vous moquez. Me voilà, et vous voilà bien nettement, et il n'y a point de me semble à tout cela. Laissons ces subtilités, je vous prie, et parlons de mon affaire. Je viens vous dire que j'ai envie de me marier.

Marp. Je n'en sais rien.
Sgan. Je vous le dis.
Marp. Il se peut faire.

Sgan. La fille que je veux prendre est fort jeune et fort belle.

Marp. Il n'est pas impossible.
Sgan. Ferai-je bien ou mal de l'épouser?
Marp. L'un ou l'autre.

Sgan. part.'\ Ah! ah! voici une autre musique. \_A Marp.] Je vous demande si je ferai bien d'épouser la fille dont je vous parle. Marp. Selon la rencontre1. Sgan. Ferai-je mal? Marp. Par aventure.

Sgan. De grâce, répondez-moi comme il faut.
Marp. C'est mon dessein.
Sgan. J'ai une grande inclination pour la fille.
Marp. Cela peut être.
Sgan. Le père me l'a accordée.
Marp. Il se pourrait.
Sgan. Mais, en l'épousant, je crains ....
Marp. La chose est faisable.
Sgan. Qu'en pensez-vous?
Marp. Il n'y a pas d'impossibilité.
Sgan. Mais que feriez-vous, si vous étiez à ma place?
Marp. Je ne sais.

Sgan. Que me conseillez-vous de faire?
Marp. Ce qu'il vous plaira.
Sgan. J'enrage.
Marp. Je m'en lave les maiîis*.
Sgan. Au diable soit le rêveur!

Marp. Il en sera ce qui pourra3.

Sgan. part.'] La peste du bourreau! Je te ferai changer de note, chien de philosophe enragé. \_Il donne des coups de bâton à Marphurius.'\

Marp. Ah! ah! ah!

Sgan. Te voilà payé de ton galimatias, et me voilà content.

Marp. Comment! Quelle insolence! M'outrager de la sorte! avoir eu l'audace de battre un philosophe comme moi!

Sgan. Corrigez, s'il vous plaît, cette manière de parler. Il faut douter de toutes choses; et vous ne devez pas dire que je vous ai battu, mais qu'il vous semble que je vous ai battu.

Marp. Ah! je m'en vais faire ma plainte au commissaire du quartier4 des coups que j'ai reçus.

Sgan. Je m'en lave les mains.

Marp. J'en ai les marques sur ma personne.

Sgan. Il se peut faire.

Marp. C'est toi qui m'as traité ainsi.

Sgan. Il n'y a pas d'impossibilité.

Marp. J'aurai un décret contre toi.

Sgan. Je n'en sais rien.

Marp. Et tu seras condamné en justice.

Sgan. Il en sera ce qui pourra.

Marp. Laisse-moi faire.

* Philosophie de Pyrrhon d'Elide (376 A.c), fondateur du pyrrhonisme ou du scepticisme, troisième école sortie de celle de Pythagore.

Scènes du Festin De Pierre.

Don Juan; Sganarelle, La Violette, Ragotin, ses valets.

La Vio. Monsieur, voilà votre marchand, monsieur Dimanche, qui demande à vous parler.

Sgan. Bon! voilà ce qu'il nous faut qu'un compliment de créancier. De quoi s'avise-t-il1 de nous venir demander de l'argent; et que ne lui disais-tu que monsieur n'y est pas?

La Vio. Il y a trois quarts d'heure que je le lui dis; mais il ne veut pas le croire, et s'est assis là-dedans pour l'attendre.

Sgan. Qu'il attende tant qu'il voudra.

Don Juan. Non, au contraire, faites-le entrer. C'est une fort mauvaise politique que de se faire celer aux créanciers. Il est bon de les payer de quelque chose; et j'ai le secret de les renvoyer satisfaits sans leur donner un double".

"Espèce de monnaie ancienne, qui valait deux deniers.

[Scène suivante.]

Don Juan, M. Dimanche, Sganarelle, La Violette, Ragotin.

Don Juan. Ah! monsieur Dimanche, approchez. Que je suis ravi de vous voir, et que je veux de mal à mes gens de ne vous pas faire entrer tout d'abord! J'avais donné ordre qu'on ne me fît parler à personne; mais cet ordre n'est pas pour vous, et vous êtes en droit de ne trouver' jamais de porte fermée chez moi.

M. Dim. Monsieur, je vous suis fort obligé.

Don Juan. [parlant à La Violette et à Ragotin.'] Parbleu! coquins, je vous apprendrai à laisser monsieur Dimanche dans une antichambre, et je vous ferai connaître

les gens.

M. Dim. Monsieur, cela n'est rien.

Don Juan. M. Dimanche.} Comment! vous dire que je n'y suis pas, à monsieur Dimanche, au meilleur de mes amis!

M. Dim. Monsieur, je suis votre serviteur. J'étais

venu....

uS

« PrécédentContinuer »