Images de page
PDF
ePub

Gér. Enfin, monsieur, nous vous prions d'employer tous vos soins pour la soulager de son mal.

Sgan. Ah! ne vous mettez pas en peine. Dites-moi un peu: ce mal l'oppresse-t-il beaucoup?

Gér. Oui, monsieur.

Sgan. Tant mieux. Sent-elle de grandes douleurs?

Gér. Fort grandes.

Sgan. C'est fort bien fait. \_A Lucinde."\ Donnez-moi votre bras. \_A Géronte.'\ Voilà un pouls qui marque que votre fille est muette.

Gér. Hé! oui, monsieur, c'est là son mal; vous l'avez trouvé tout du premier coup.

Sgan. Ah! ah!

Jacq. Voyez comme il a deviné sa maladie!

Sgan. Nous autres grands médecins, nous connaissons d'abord les choses. Un ignorant aurait été embarrassé, et vous eût été dire: C'est ceci, c'est cela; mais moi je touche au but du premier coup, et je vous apprends que votre fille est muette.

Gér. Oui: mais je voudrais bien que vous me pussiez dire d'où cela vient?

Sgan. Il n'est rien de plus aisé; cela vient de ce qu'elle a perdu la parole.

Gér. Fort bien. Mais la cause, s'il vous plaît, qui fait qu'elle a perdu la parole?

Sgan. Tous nos meilleurs auteurs vous diront que c'est l'empêchement de l'action de sa langue.

Gér. Mais encore, vos sentiments sur cet empêchement de l'action de sa langue?

Sgan. Aristote, là-dessus, dit.... de fort belles choses.

Gér. Je le crois.

Sgan. Ah! c'était un grand homme!

Gér. Sans doute.

Sgan. Grand homme tout à fait; [levant le bras depuis le coude'] un homme qui était plus grand que moi de tout cela. Pour revenir donc à notre raisonnement, je tiens que cet empêchement de l'action de sa langue est causé par de certaines humeurs, qu'entre nous autres savants, nous appelons humeurs peccantes; peccantes, c'est-à-dire.... humeurs peccantes; d'autant que les vapeurs formées par les exhalaisons des influences qui s'élèvent dans la région des maladies, venant.... pour ainsi dire .... à.... Entendez-vous le latin?

'Gér. En aucune façon.

Sgan. [se levant brusquement.] Vous n'entendez point le latin?

Gér. Non.

Sgan. \_Avec enthousiasme.] Cabricias, arci thuram, catalamus, singulariter, nominativo, hœc musa, la muse, bonus, bona, bonum. Deus sanctus, est-ne oralio latinas? Etiam, oui. Quare? Pourquoi? Quia substantivo, et adjectivum; concordat in generi; numerum, et casus s.

Gér. Ah! que n'ai-je étudié!

Jacq. L'habile homme que v'ia!

Lucas. Oui, ça est si beau que je n'y entends goutte.

Sgan. Or, ces vapeurs dont je vous parle venant à passer, du côté gauche où est le foie, au côté droit où est le cœur, il se trouve que le poumon, que nous appelons en latin armyarit>, ayant communication avec le cerveau, que nous nommons en grec nasmush, par le moyen de la veine cave, que nous appelons en hébreu cubileb, rencontre en son chemin les dites vapeurs, qui remplissent les ventricules de l'omoplate'; et parce que les dites vapeurs

comprenez bien ce raisonnement, je vous prie .... et parce que les dites vapeurs ont une certaine malignité .... écoutez bien ceci, je vous conjure ....

Gér. Oui.

Sgan. Ont une certaine malignité qui est causée.... soyez attentif, s'il vous plaît.

Gér. Je le suis.

Sgan. Qui est causée par l'âcreté des humeurs engendrées dans la concavité du diaphragme*, il arrive que ces vapeurs... .Ossabandus, nequeis, nequer, potarinum, quipsa milusb. Voilà Justement ce qui fait que votre JUle est muetteb. Jacq. Ah! que ça est bien dit, notre homme!

Lucas. Que riai-je la langue aussi bien pendue6!

Gér. On ne peut pas mieux raisonner, sans doute. Il n'y a qu'une seule chose qui m'a choqué: c'est l'endroit du foie et du cœur. Il me semble que vous les placez autrement qu'ils ne sont; que le cœur est du côté gauche et la rate du côté droit.

Sgan. Oui, cela était autrefois ainsi; mais nous avons changé tout cela, et nous faisons maintenant la médecine d'une méthode toute nouvelle.

Gér. C'est ce que je ne savais pas, et je vous demande pardon de mon ignorance.

Sgan. Il n'y a point de mal; et vous n'êtes pas obligé d'être aussi habile que nous.

Gér. Assurément. Mais, monsieur, que croyez-vous qu'il faille faire à cette maladie?

Sgan. Ce que je crois qu'il faille faire?

Gér. Oui.

Sgan. Mon avis est qu'on la remette sur son lit, et qu'on lui fasse prendre pour remède quantité de pain trempé dans du vin.

Gér. Pourquoi cela, monsieur?

Sgan. Parce qu'il y a dans le vin et le pain, mêlés ensemble, une vertu sympathique qui fait parler. Ne voyezvous pas bien qu'on ne donne autre chose aux perroquets, et qu'ils apprennent à parler en mangeant de cela?

Gér. Cela est vrai. Ah! le grand homme! Vite, quantité de pain et de vin.

Sgan. Je reviendrai voir sur le soir en quel état est la malade.

Gér. Attendez un peu, s'il vous plaît.

Sgan. Que voulez-vous faire?

Gér. Vous donner de l'argent, monsieur.

Sgan. [tendant sa main par derrière, tandis que rante ouvre sa bourse.] Je n'en prendrai pas, monsieur.

Gér. Monsieur....

Sgan. Point du tout.

Gér. Un petit moment.

Sgan. En aucune façon.

Gér. De grâce!

Sgan. Vous vous moquez.

Gér. Voilà qui est fait.

Sgan. Je n'en ferai rien.

Gér. Hé!

Sgan. Ce n'est pas l'argent qui me fait agir.

Gér. Je le crois.

Sgan. [après avoir pris l'argent.] Cela est-il de poids?

Gér. Oui, monsieur.

Sgan. Je ne suis pas un médecin mercenaire.

Gér. Je le sais bien.

Sgan. L'intérêt ne me gouverne point.

Gér. Je n'ai pas cette pensée.

* Les quatre premiers mots de cette tirade prétendue latine sont des mots forgés qui n'appartiennent à aucune langue. Le reste est une citation ridiculement estropiée de quelques lignes du rudiment de Despautère, et principalement de ce passage: "Deus sanctus, est-ne oratio latina? Etiam. Quare? Quia adjectivum et substantivum concordant in genere, numero, casu."—Auger.

b Tous ces mots sont forgés, à l'exception de cubile, mot hébreu, suivant SganareUe; il est latin, et signifie lit ou tanière.

Scènes tirées des Précieuses Ridicules.

[Molière se moque de l'affectation et de la pédanterie qui existaient de son temps.]

Madelon'; Cathos; Mascarille, valet, prenant Us airs du beau monde; Almanzor.

Masc. [après avoir salué.] Mesdames, vous serez surprises, sans doute, de l'audace de ma visite: mais votre réputation vous attire cette méchante affaire 1, et le mérite a pour moi des charmes si puissants, que je cours partout après lui.

Mad. Si vous poursuivez le mérite, ce n'est pas sur nos terres que vous devez chasser.

Cat. Pour voir chez nous le mérite, il a fallu que vous l'y ayez amené. Ma chère, il faudrait faire donner des sièges.

Mad. Holà! Almanzor.

Alm. Madame?

Mad. Vite, voiturez-nous ici les commodités de la conversation.

Masc. Mais, au moins, y a-t-il sûreté ici pour moi? [Almanzor sort.]

Cat. Que craignez-vous?

Masc. Quelque vol de mon cœur, quelque assassinat de ma franchise'1. Je vois ici deux yeux qui ont la mine d'être de fort mauvais garçons, de faire insulte aux libertés.

Mad. Ne craignez rien, nos yeux n'ont point de mauvais desseins, et votre cœur peut dormir en assurance sur leur prud'hommie3.

Cat. Mais de grâce, monsieur, ne soyez pas inexorable à ce fauteuil qui vous tend les bras il y a un quart d'heure; contentez un peu l'envie qu'il a de vous embrasser.

Masc. Hé bien! mesdames, que dites-vous de Paris?

Mad. Hélas! qu'en pourrions-nous dire? Il faudrait être l'antipode de la raison pour ne pas confesser que Paris est le grand bureau des merveilles, le centre du bon goût, du bel esprit, et de la galanterie.

Masc. Pour moi je tiens que, hors de Paris, il n'y a point de salut pour les honnêtes gens.

Cat. C'est une vérité incontestable.

Masc. Il y fait un peu crotté; mais nous avons la chaise.

Mad. Il est vrai que la chaise est un retranchement^ merveilleux contre les insultes de la boue et du mauvais temps.

Masc. Vous recevez beaucoup de visites? Quel bel esprit est des vôtres?

Mad. Hélas! nous ne sommes pas encore connues, mais nous sommes en passe de l'êtreb, et nous avons une amie particulière qui nous a promis d'amener ici tous ces messieurs du Recueil des pièces choisies6.

« PrécédentContinuer »