Images de page
PDF
ePub

Cat Et certains autres qu'on nous a nommés aussi pour être les arbitres souverains des belles choses.

Masc. C'est moi qui ferai votre affaire mieux que personne; ils me rendent tous visite; et je puis dire que je ne me lève jamais sans une demi-douzaine de beaux esprits.

Mad. Hé! nous vous serons obligées de la dernière obligation1, si vous nous faites cette amitié; car enfin il faut avoir la connaissance de tous ces messieurs-là, si l'on veut être du beau monde. On apprend par-là chaque jour les petites nouvelles galantes, les jolis commerces de prose ou de vers. On sait à point nommé: un tel a composé la plus jolie pièce du monde sur un tel sujet; une telle a fait des paroles sur un tel air.

Masc. Il est vrai qu'il est honteux de n'avoir pas des premiers tout ce qui se fait. Mais ne vous mettez pas en peine; je veux établir chez vous une académie de beaux esprits: et je vous promets qu'il ne se fera pas un bout de vers dans Paris que vous ne sachiez par cœur avant tous les autres. Pour moi, tel que vous me voyez, je m'en escrime3 un peu quand je veux; et vous verrez courir de ma façon/dans les belles ruelles* de Paris, deux cents chansons, autant de sonnets, quatre cents épigrammes, et plus de mille madrigaux, sans compter les énigmes et les portraits.

Mad. Je vous avoue que je suis furieusement pour les portraits; je ne vois rien de si galant que cela.

Masc. Les portraits sont difficiles, et demandent un esprit profond: vous en verrez de ma manière qui ne vous déplairont pas.

Cat. Pour moi, j'aime terriblement les énigmes.

Masc. Cela exerce l'esprit, et j'en ai fait quatre encore ce matin, que je vous donnerai à deviner.

Mad. Les madrigaux sont agréables, quand ils sont bien tournés.

Masc. C'est mon talent particulier, et je travaille à mettre en madrigaux toute l'histoire romaine.

Mad. Ah! certes, cela ser&du dernier beau9; j'en retiens un exemplaire au moins, si vous le faites imprimer.

Masc. Je vous en promets à chacune un, et des mieux reliés. Cela est au-dessous de ma condition; mais je le fais seulement pour donner à gagner aux libraires qui me

persécutent A quoi donc passez-vous le temps,

mesdames?

Cat. À rien du tout.

Mad. Nous avons été jusqu'ici dans un jeûne effroyable de divertissements.

Masc. Je m'offre â vous mener l'un de ces jours à la comédie, si vous voulez; aussi-bien on en doit jouer une nouvelle que je serai bien aise que nous voyions ensemble.

Mad. Cela n'est pas de refus.

Masc. Mais je vous demande d'applaudir comme il faut quand nous serons là; car je me suis engagé de faire valoir la pièce, et l'auteur m'en est venu prier encore ce matin. C'est la coutume ici qu'à nous autres gens de condition les auteurs viennent lire leurs pièces nouvelles pour nous engager à les trouver belles et leur donner de la réputation: et je vous laisse à penser si, quand nous disons quelque chose, le parterre ose nous contredire! Pour moi, j'y suis fort exact; et quand j'ai promis à quelque poète, je crie toujours i Voilà qui est beau! avant que les chandelles soient allumées.

* On donnait le nom de ruelks aux assemblées de ce temps-là.

[Scène suivante.]

Cathos, Madelon, Mascarille, Jodelet autre valet prenant les airs d'un homme à la mode, Almanzor.

Masc. Ah, vicomte!

Jod. [ils s'embrassent Vun l'autre.'] Ah, marquis!

Masc. Que je suis aise de te rencontrer!

Jod. Que j'ai de joie de te voir ici!

Masc. Baise-moi donc encore un peu, je te prie.

Mad. Cathos.] Ma toute bonne1, nous commençons d'être connues; voilà le beau monde qui prend le chemin de nous venir voir'

y

Masc. Mesdames, agréez que je vous présente" ce gentilhomme-ci; sur ma parole, il est digne d'être connu de vous.

Jod. Il est juste de venir vous rendre ce qu'on vous doit; et vos attraits exigent leurs droits seigneuriaux sur toutes sortes de personnes.

Mad. C'est pousser vos civilités jusqu'aux derniers confins de la flatterie.

Cat. Cette journée doit être marquée dans notre almanach comme une journée bienheureuse.

Mad. Almanzor.] Allons, petit garçon, faut-il toujours vous répéter les choses? Voyez-vous pas qu'il faut le surcroît d'un fauteuil?

Masc. Ne vous étonnez pas de voir le vicomte de la sorte; il ne fait que sortir d'une maladie qui lui a rendu le visage pâle, comme vous le voyez.

Jod. Ce sont fruits des veilles de la cotir* et des fatigues de la guerre.

Masc. Savez-vous, mesdames, que vous voyez dans le vicomte un des vaillants hommes du siècle!

Jod. Vous ne m'en devez rien3, marquis; et nous savons ce que vous savez faire aussi.

Masc. Il est vrai que nous nous sommes vus tous deux dans l'occasion.

Jod. Et dans des lieux où il faisait fort chaud.

Masc. [regardant Cathos et Madelon.] Oui; mais non pas si chaud qu'ici. Hai, hai, hai.

Jod. Notre connaissance s'est faite à l'armée; et la première fois que nous nous vîmes, il commandait un régiment de cavalerie sur les galères de Malte.

Masc. Il est vrai: mais vous étiez pourtant dans l'emploi avant que j'y fusse; et je me souviens que je n'étais que petit officier encore, que vous commandiez deux mille chevaux.

Jod. La guerre est une belle chose; mais, ma foi! la cour récompense bien mal aujourd'hui les gens de service comme nous.

Masc. C'est ce qui fait que je veux pendre l'épée au croc.

Cat. Pour moi, j'ai un furieux tendre* pour les hommes d'épée.

Mad. Je les aime aussi: mais je veux que l'esprit assaisonne la bravoure.

Masc. Te souvient-il, vicomte, de cette demi-lune que nous emportâmes sur les ennemis au siége d'Arras?

Jod. Que veux-tu dire avec ta demi-lune? C'était bien une lune tout entière.

Masc. Je pense que tu as raison.

Jod. H m'en doit bien souvenir, ma foi! j'y fus blessé à la jambe d'un coup de grenadeb, dont je porte encore les marques. Tâtez un peu, de grâce; vous sentirez quel coup c'était: là.

Cat. [après avoir touché l ' endroit.] Il est vrai que la cicatrice est grande.

Masc. Donnez-moi un peu votre main, et tâtez celui-ci: là, justement au derrière de la tête. Y êtes-vous?

Mad. Oui, je sens quelque chose.

Masc. C'est un coup de mousquet que je reçus la dernière campagne que j'ai faite.

Jod. [découvrant sa poitrine.] Voici un coup qui me perça de part en part à l'attaque de Gravelines.

Masc. Ce sont des marques honorables qui font voir ce qu'on est.

Cat. Nous ne doutons pas de ce que vous êtes.

Masc. Vicomte, as-tu là ton carrosse?

Jod. Pourquoi?

Masc. Nous mènerions promener ces dames hors des portes, et leur donnerions un cadeau".

Mad. Nous ne saurions sortir aujourd'hui.

Masc. Ayons donc les violons pour danser.

Jod. Ma foi, c'est bien avisé.

Mad. Pour cela nous y consentons: mais il faut donc quelque surcroît de compagnie.

Masc. Holà! Champagne, Picard, Bourguignon, Casquaret, Basque, la Verdure, Lorrain, Provençal, la Violette! Au diable soient tous les laquais! Je ne pense pas qu'il y ait gentilhomme en France plus mal servi que moi. Ces canailles me laissent toujours seul.

Mad. Almanzor, dites aux gens de monsieur le marquis qu'ils aillent quérir des violons, et nous faites venir ces messieurs et ces dames d'ici près pour peupler la solitude de notre bal.

* On disait alors se promener hors des portes, parce que Paris, encore entouré de remparts et de fossés, avait des portes auxquelles aboutissaient les principales rues qui vont du centre à la circonférence. C'est sur l'emplacement de ces remparts et de ces fossés que Louis XIV fit ensuite planter la promenade que nous nommons boulevarts. Donner un cadeau signifiait autrefois donner une fête, donner un repas.

Scène de L'amour Médecin.
Sganarelle, Lisette.

Lis. Que voulez-vous donc faire, monsieur, de quatre médecins? N'est-ce pas assez d'un pour tuer une personne?

Scan. Taisez-vous. Quatre conseils valent mieux qu'un.

Lis. Est-ce que votre fille ne peut pas bien mourir sans le secours de ces messieurs-là?

Sgan. Est-ce que les médecins font mourir?

Lis. Sans doute; et j'ai connu un homme qui prouvait, par bonnes raisons, qu'il ne faut jamais dire: Une telle personne est morte d'une fièvre et d'une fluxion sur la poitrine, mais elle est morte de quatre médecins et de deux apothicaires.

Sgan. Chut! N'offensez pas ces messieurs-là.

Lis. Ma foi, monsieur, notre chat est réchappé depuis peu d'un saut qu'il fit du haut de la maison dans la rue; et il fut trois jours sans manger; mais il est bien heureux de ce qu'il n'y a point de chats médecins, car ses affaires

« PrécédentContinuer »