Recherche Images Maps Play YouTube Actualités Gmail Drive Plus »
Connexion
Livres Livres 1 - 10 sur 14 pour Motz, personne d'un solide mérite et d'une vraie distinction d'âme, avait su gagner....
" Motz, personne d'un solide mérite et d'une vraie distinction d'âme, avait su gagner de bonne heure le cœur et l'esprit de son fils, et exercer sur lui la sainte influence maternelle. Rien n'égalait la vénération et l'amour du comte de Maistre pour... "
Biographie universelle (Michaud) ancienne et moderne ... - Page 174
publié par - 1865
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Revue des deux mondes, Volume 3 ;Volume 58

1843
...jeune aîné, qui devait porter si haut leur espérance (2). Dès l'âge de cinq ans, l'enfant eut un instituteur particulier, qui, deux fois par jour,...conduisait dans le cabinet de son grand-père de Motz. La nourriture d'étude était forte, antique, et tenait des habitudes du xvic siècle, mieux conservées...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Lettres et opuscules inédits [ed.] par le comte R. de Maistre

Joseph Marie de Maistre (comte.) - 1851
...coutume de dire : « Ma « mère était un ange à qui Dieu avait prêté un corps ; mon bon« heur était de deviner ce qu'elle désirait de moi , et...ses mains autant que la plus jeune de mes sœurs. » II avait neuf ans lorsque parut le funeste édit du parlement de Paris (1763); il jouait un peu...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Œuvres

Joseph Marie comte de Maistre - 1851
...coutume de dire : « Ma « mère était un ange à qui Dieu avait prêté un corps ; mon bonce heur était de deviner ce qu'elle désirait de moi, et...ses mains autant que la plus jeune de mes sœurs. » II avait neuf ans lorsque parut le funeste édit du parlement de Paris (1763); il jouait un peu...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Portraits littéraires, Volume 2

Charles Augustin Sainte-Beuve - 1852
...nous occupe. (2) Outre le comte Xavier, M. de Maistre eut trois frères, un cvcnua ans, l'enfant eut un instituteur particulier, qui, deux fois par jour,...le conduisait dans le cabinet de son grand-père de Molz. La nourriture d'étude était forte, antique, et tenait des habitudes du xvie siècle, mieux...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Revue britannique, publ. par mm. Saulnier fils et P. Dondey-Dupré

Sébastien Louis Saulnier - 1855
...inculquer un jour si dogmatiquement aux nations comme aux individus : parlant de sa mère, il dit : « J'étais dans ses mains autant que la plus jeune de mes sœurs; • et lorsque, parvenu à l'adolescence, il quitta la maison paternelle pour aller à l'Université...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Publicistes modernes

Henri Joseph Léon Baudrillart - 1862 - 540 pages
...l'autorisation. Sa mère, Christine de Motz, personne d'un solide mérite et d'une vraie distinction d'âme, avait su gagner de bonne heure le cœur et l'esprit...impression très-vive et qui ne s'effaça jamais. Il avait neuf ans lorsque parut l'édit du parlement de Paris (17fi3) supprimant les jésuites. Il...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Portraits littéraires, Volume 2

Charles Augustin Sainte-Beuve - 1862
...qui nous occupe. qui devait porter si haut leur espérance (1). Dès l'âge do cinq ans, l'enfant eut un instituteur particulier, qui, deux fois par jour,...conduisait dans le cabinet de son grand-père de Motz. La nourriture d'étude était forte, antique, et tenait des habitudes du xvi" siècle, mieux conservées...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Lettres et opuscules inédits du comte J. de Maistre, Volume 1

Rodolphe Maistre (comte de) - 1869
...Ma mère était un • ange à qui Dieu avait prêté un corps ; mon bonheur était de de• viner ce qu'elle désirait de moi, et j'étais dans ses mains autant - que la plus jeune de mes sœurs. » II avait neuf ans lorsque parut le funeste édit du parlement de Paris (1763); il jouait un peu...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

La Semaine des familles: revue universelle hebdomadaire, Volume 19

1878
...coutume de dire : « Ma mère était un « ange à qui Dieu avait prêté un corps; mon bon« heur était de deviner ce qu'elle désirait de moi, et...ses mains autant que la plus jeune « de mes sœurs. » Joseph, comme son père, suivit la carrière de la magistrature ; en sa qualité de substitut de...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Histoire de la littérature française sous la restauration, Volume 1

Alfred François Nettement - 1888 - 518 pages
...font mieux que nous. » II avait coutume de dire : « Ma mère était un ange à qui Dieu avait prèle un corps; mon bonheur était de deviner ce qu'elle...ses mains autant que la plus jeune de mes sœurs. » Le caractère de l'homme perçait déjà dans l'enfant : l'amour passionné du devoir, le sentiment...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre




  1. Ma bibliothèque
  2. Aide
  3. Recherche Avancée de Livres
  4. Télécharger le PDF