Histoire de l'Académie royale des sciences et des belles-lettres de Berlin: avec les mémoires pour la même année, tirez des registres de cette Academie, Volume 10

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 421 - Montefquieu a épuifées en ne paroiflant que les effleurer , on ne les a qu'à peine effleurées. Et quant à ce prétendu ordre que ces -Auteurs ont cru mettre dans leurs ouvrages ; ce n'eft le plus fouvent que parce qu'ils ne voyoient pas fi bien que M. de Montefquieu , qu'ils ont lié des chofes qu'il a lauTé féparées.
Page 427 - Février de cette année , & mourut comme il avoit vécu ; c'eft-à-dire , fans fafte & fans foiblefle, s'acquittant de tous fes devoirs avec la plus grande décence. Pendant fa maladie fa maifon fut remplie de tout ce qu'il y avoit en France de plus grand , & de plus digne de fon amitié. Madame la Duchefle d'Aiguillon , qui me permettra de la citer ici , ( la mémoire de M.
Page 419 - ... importante , qu'on peut dire qu'elle fait une partie de la loi même. On ne fent que trop les...
Page 415 - ... le bonheur de chaque homme fe trouvant combiné avec celui des autres, il ne doit plus chercher ou fuir que dans cette combinaifon ce qui peut le rendre heureux ou malheureux. Nous ne parlerons point des loix que...
Page 424 - Si vous pouvez dans quelque conversation parler au roi de ma reconnoissance , et que cela soit à propos , je vous prie de le faire! Je ne puis offrir à ce grand prince que de l'admiration , et en cela même je n'ai rien qui puisse presque me distinguer des autres hommes. Je...
Page 412 - Philofophe trouvera peut-être que la paflion k plus violente de toutes , celle qui dirige prefque toutes les actions des hommes , n'occupe point trop de place dans un livre dont l'homme eft l'objet. Malgré la préférence que M. de...
Page 418 - Ils fe font contentés d'apporter des remedes particuliers aux défauts de chaque loi , à mefure qu'ils les découvroient. Le temps & le cours naturel des chofes ont fait à peu près ici ce qu'ils font dans tous les Arts : ce qui étoit défectueux ou même barbare dans fon origine , a été perfectionné par l'expérience...
Page 415 - Chacun alors ne devroit confidérer les autres hommes que comme des animaux dont il auroit peu d'avantage à retirer & beaucoup à craindre. Toute la différence de fa conduite dans l'un & dans l'autre de ces deux cas , ne viendroit que du plus grand nombre de périls auxquels il feroit expofé; ces deux cas heureufement n'exiftent point.
Page 418 - Ces feroit une belle entreprife que de faire feulement un bon choix des différentes Loix que les différens temps, les différens lieux, les différens progrès dans le bien & dans le mal , ont fait naître. La feule...
Page 377 - ... de celle des hommes , par la raifon qu'elles font exemptes d'une infinité de peines qui tourmentent l'homme. Il eft vrai , que les bêtes dans leur état préfent ont moins de peines que les hommes ; mais le Bonheur d'une bête eft-il comparable à celui d'un être doué de fentiment, de raifon & de réflexion...

Informations bibliographiques