L'Année littéraire, ou, Suite des lettres sur quelques écrits de ce temps, Volume 8

Couverture
1784
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 158 - Je me ferois volontiers amufé de la fmgularité de ce caractère , qui pouvoit fort bien compatir avec la probité , fi je n'avois réfléchi que l'étourderie nuit quelquefois plus que la méchanceté même , & fi...
Page 89 - Solimanie [ i ] ces amateurs dont les figures pâles & triftes ne .pourraient int pirer que de la pitié, fi des cous allongés, des têtes tournées à droite ou à gauche, l'épine du dos déviée, une épaule dans l'oreille & nombre d'autres attitudes bifarres qui réfultent de leur maladie, ne préfentaient le tableau le plus ridicule & le plus plaifant.
Page 214 - Sainte Bible traduite en François , avec l'explication du fens littéral & du fens fpirituel , tirée des Saints Pères & des Auteurs Eccléfiaftiques.
Page 311 - Juifs font parqués comme un vil & dangereux bétail, qu'on tient la nuit fous la clef, & qu'on diftingue pendant le jour à des chapeaux rougeâtres ou à des rubans jaunes qu'on les oblige de porter, je ne fais pourquoi.
Page 161 - Oui, mon ami , lui dis-je auffi-tôt d'un air ferme & afTuré, c'eft lui-même ; mais à votre phyfionomie, je connois que vous êtes trop honnête homme , pour me refufer les fecours dont je puis avoir befoin dans l'état où je parois à vos yeux. Cet aveu fimple & naturel eut le fuccès du monde le plus heureux; & ce n'eft pas par fes fuites que je l'approuve ; n'eût-il point réuffi , je l'eftimerois encore le parti le plus fage que je pouvois prendre en cette occalîon.
Page 294 - ... représenter et favoriser leur commerce? Gardons-nous de suivre l'exemple de cette malheureuse Europe qui a voulu établir sa force, sa puissance et son bonheur sur des richesses qui devoient l'afFoiblir et l'appauvrir. Si nous regardons le commerce comme l'objet et la fin d'un état florissant , il faut dès ce moment renoncer à tous les principes d'une bonne politique , ou nous attendre qu'après les avoir établis , ils seront bientôt renversés. Si nous voulons encourager les vertus dont...
Page 160 - Souvent nous fûmes obligés de defcendre du bateau , &, enfoncés dans la vafe , de le tirer à force de bras pour le tranfporter dans les endroits où il y avoit plus d'eau. Vers le minuit , nous arrivâmes à la chauffée d'une riviere que je crus être la Viftule.
Page 161 - Oui , mon ami , lui dis-je auffi. tôt d'un air ferme & affuré , c'eft luimême ; mais , à votre phyfionomie , je connois que vous êtes trop honnête homme pour me refufer les fecours dont je puis avoir befoin dans l'état où je parois à vos yeux. » Cet aveu fimple & naturel eut le fuccès du monde le plus heureux ; & ce n'eft pas par fes fuites que je l'approuve ; n'eût-il point réuffi , je l'eftimerois encore le parti le plus fàge que je pouvois prendre en cette occafion.
Page 352 - Plutarque , traduites du grec par Jacques Amyot , grand aumônier de France , avec des notes & des obfervations de MM. l'abbé Brotier Se. Vauvilliers , de l'Académie royale deslnfcriptions .& Belles-Lettres , & de M. l'abbé Brotier, neveu , 14 vol. in-8°, 17»?
Page 165 - Le plaifir que je reffentois d'être hors de la portée des traits de mes Ennemis , n'égaloit point celui de ne plus voir à mes côtés ces indignes Condufteurs , dont j'avois, eu à me garder prefque autant que de mes Ennemis même.

Informations bibliographiques