Journal de chimie médicale, de pharmacie et de toxicologie

Couverture
Béchet jeune, 1829
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 440 - Les pharmaciens ne pourront livrer et débiter des préparations médicinales, ou drogues composées quelconques, que d'après la prescription qui en sera faite par des docteurs en médecine ou en chirurgie , ou par des officiers de santé, et sur leur signature.
Page 249 - Tout débit au poids médicinal , toute distribution de drogues et préparations médicamenteuses sur des théâtres ou étalages, dans les places publiques , foires et marchés , toute annonce et affiche imprimée qui indiquerait des remèdes secrets, sous quelque dénomination qu'ils soient présentés , sont sévèrement prohibés. Les individus qui se rendraient coupables de ce délit , seront poursuivis par mesure de police correctionnelle, et punis conformément à l'article 183 et suivans...
Page 441 - ... signature. Ils ne pourront vendre aucun remède secret. Ils se conformeront, pour les préparations et compositions qu'ils devront exécuter et tenir dans leurs officines , aux formules insérées et décrites dans les dispensaires ou formulaires qui ont été rédigés ou qui le seront dans la suite par les écoles de médecine. Ils ne pourront faire, dans les mêmes lieux ou officines, aucun autre commerce ou débit que celui des drogues et préparations médicinales.
Page 184 - L'article 32 de la loi de germinal a décidé que « les pharmaciens ne peuvent délivrer des préparations officinales que d'après la prescription qui en est faite par des docteurs en médecine ou en chirurgie ou par des officiers de santé, et sur leur signature.
Page 452 - Les anciens regardaient le sang comme la source commune où la nature puisait toutes les matières qui constituent les êtres organisés. Plus tard, on a pensé que le sang n'en contenait que les élémens, qui ensuite étaient rassemblés et élaborés par les divers organes. > Dans ces derniers temps, les belles expériences
Page 604 - ... ayant été détruite sur plusieurs carpes et sur plusieurs barbeaux , sans toucher à la moelle allongée, M. Flourens a toujours vu la respiration et la circulation , et même la circulation de l'extrémité du tronc , subsister encore pendant plus d'une demiheure. Il a toujours vu d'ailleurs dans les autres classes la circulation survivre à la destruction de toutes les parties de la moelle épinière auxquelles survit la respiration ; à la destruction de la moelle lombaire , par exemple,...
Page 576 - DICTIONNAIRE UNIVERSEL DE MATIÈRE MÉDICALE ET DE THÉRAPEUTIQUE GÉNÉRALE, contenant l'indication, la description et l'emploi de tous les médicaments connus dans les diverses parties du globe; par F.-V. MÉRAT et A.-J. DELENS, membres de l'Académie impériale de médecine. Ouvrage complet.
Page 336 - Leroy , que, le plus souvent, l'air insufflé déchire le tissu délicat du poumon, se répand dans la cavité de la plèvre , repousse et presse le poumon vers la partie supérieure de la poitrine, et s'oppose ainsi à l'accomplissement de la respiration. La mort arrive donc ici d'une manière analogue à celle qui suit les plaies pénétrantes d...
Page 451 - ... canal de Bourgogne, eut le pied gauche pris sous un éboulement considérable de pierres. M. Follot, appelé peu de temps après l'accident, observa, à la partie interne du coude-pied , une plaie longue de quatre à cinq pouces : l'astragale avait subi un mouvement de rotation sur son axe , et faisait saillie à travers la plaie ; les surfaces articulaires de cet os , avec le scaphoïde et avec le calcanéum, étaient fracturées ; tous les moyens de réunion étaient détruits , et le tendon...
Page 207 - Les officiers de santé établis dans les bourgs, villages ou communes où il n'y aurait pas de pharmacien ayant officine ouverte , pourront , nonobstant les deux articles précédents, fournir des médicaments simples ou composés aux personnes près desquelles ils seront appelés, mais sans avoir le droit de tenir une officine ouverte.

Informations bibliographiques