Images de page
PDF
ePub

Tous.
A moi, monsieur, à moi, de grâce, à moi, monsieur :
Un livre, s'il vous plaît, à votre serviteur.

DEUXIÈME ENTRÉE.

Les trois importuns dansent.

TROISIÈME ENTRÉE.

5

Trois Espagnols, chantants.
Sé que me muero de amor
Y solicito el dolor.
Aun muriendo de querer,
De tan buen ayre adolezco
Que es mas de lo que padezco,
Lo que quiero padecer;
Y no pudiendo exceder
A mi deseo el rigor.
Sé que me muero de amor
Y solicito el dolor.

10

15

Lisonxeame la suerte
Con piedad tan advertida,
Que me asegura la vida
En el riesgo de la muerte.
Vivir de su golpe fuerte
Es de mi salud primor.
Sé que me muero de amor
Y solicito el dolor.

20

Six Espagnols dansent.

[blocks in formation]

QUATRIÈME ENTRÉE.

Italiens.

5

1ο

UNE MUSICIENNE ITALIENNE fait le premier

récit, dont voici les paroles :
Di rigori armata, il seno
Contro amor mi ribellai ;
Ma fui vinta in un baleno,
In mirar due vaghi rai.
Ahi! che resiste puoco
Cor di gelo a stral di fuoco !
Ma si caro è'l mio tormento,
Dolce è si la piaga mia,
Ch'il penare è mio contento,
E’l sanarmi è tirannia.
Ahi! che più giova e piace

Quanto amor è più vivace !
Après l'air que la musicienne a chanté, deux Scara-

mouches, deux Trivelins et un Arlequin, représentent une nuit à la manière des comédiens italiens, en cadence. Un musicien italien se joint à la musicienne italienne, et chante avec elle les paroles qui suivent :

15

20

25

Le Musicien Italien.
Bel tempo che vola
Rapisce il contento :
D’Amor ne la scuola
Si coglie il momento.

La Musicienne
Insin che florida

Ride l’età,
Che pur tropp’orrida,

Da noi sen va :

30

H

5

Tous deux.
Sù cantiamo,

Su godiamo

Ne' bei dì di gioventù;
Perduto ben non si racquista più.

Musicien.
Pupilla ch'è vaga
Mill’alme incatena ;
Fa dolce la piaga,
Felice la pena.

Musicienne.
Ma poichè frigida

Langue l'età,
Più l'alma rigida

Fiamme non ha.

10

15

Tous deux.
Sù cantiamo,

Sù godiamo

Ne' bei dì di gioventù;

Perduto ben non si racquista più. Après les dialogues italiens, les Scaramouches et Trivelins

dansent une réjouissance.

20

25

CINQUIÈME ENTRÉE.

Français. DEUX MUSICIENS POITEVINS dansent et chantent

les paroles qui suivent :

Premier Menuet.
Ah ! qu'il fait beau dans ces bocages !
Ah ! que le ciel donne un beau jour !

Autre Musicien.
Le rossignol, sous ces tendres feuillages,
Chante aux échos son doux retour !

Ce beau séjour,
Ces doux ramages,

Ce beau séjour
Nous invite à l'amour.

5

10

Deuxième Menuet.Tous deux ensemble.

Vois, ma Climène,

Vois, sous ce chêne
S'entrebaiser ces oiseaux amoureux :

Ils n'ont rien dans leurs vaux

Qui les gêne;
De leurs doux feux
Leur âme est pleine.

Qu'ils sont heureux !
Nous pouvons tous deux,

Si tu le veux,

Être comme eux. Six autres Français viennent après, vêtus galamment à

la poitevine, trois en hommes et trois en femmes, accompagnés de huit flûtes et de hautbois, et dansent les menuets.

15

SIXIÈME ENTRÉE. Tout cela finit par le mélange des trois nations, et les

applaudissements en danse et en musique de toute l'as

sistance, qui chante les deux vers qui suivent : Quels spectacles charmants! quels plaisirs goûtons-nous ! Les dieux mêmes, les dieux n'en ont point de plus doux.

« PrécédentContinuer »