Dictionnaire universel de mathématique et de physique: où l'on traite de l'origine, du progrès de ces deux sciences & des arts qui en dépendent, & ses diverses révolutions qui leur sont arrivées jusqu'à notre tems; avec l'exposition de leurs principes, & l'analyse des sentimens des plus célèbres auteurs sur chaque matiere, Volume 1

Couverture
Chez J. Rollin, 1753
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 412 - ... par les vitesses avec lesquelles ils tendent à se mouvoir, sont égaux de part et d'autre. Donc, dans l'équilibre, le produit de la masse par la vitesse, ou, ce qui est la même chose, la quantité de mouvement peut représenter la force.
Page 412 - Quand on parle de la force des corps en mouvement , ou l'on n'attache point d'idée nette au mot qu'on prononce , ou l'on ne peut entendre par là en général que la propriété qu'ont les corps qui se meuvent, de vaincre les obstacles qu'ils rencontrent, ou de leur résister. Ce n'est donc ni par l'espace qu'un corps parcourt uniformément, ni par le...
Page 328 - ... point accompagné de lumière , ne diffère de celle qui éclaire ou qui brûle que par un moindre degré d'activité.
Page 113 - La différence d'une fraftion quelconque eft égale au produit de la différence du numérateur par le dénominateur , moins le produit de la différence du dénominateur par le numérateur : le tout divifé par le quarré du dénominateur.
Page 99 - Un art fort qui mentir ne peut, ' Par vertu de la marinette, Une pierre laide & noirette...
Page 138 - Hughens fixa le point où fe concentre la pefanteur d'un pendule , compofé de manière que les ofcillations de ce centre font toujours égales à celles d'un pendule fimple, dont la longueur eft égaie à la diftance de ce centre au point de (ufpenfion.
Page 65 - ET DE SON USAGE DANS LA GEOGRAPHIE ET DANS LA NAVIGATION. N ne peut pas douter que l'Aftronomie n'ait été inventée dès le commencement du Monde. Comme il n'ya rien de plus furprenant que la régularité du mouvement de ces grands Corps lumineux qui tournent inceflamment autour de la Terre , il eft aifé de juger qu'une des premières curiofitez ç . de tAc.
Page 412 - Corps , & qui l'anéantirent dans un inftant , c'eft le cas de l'équilibre ; ou enfin des obftacles qui anéantiflent le Mouvement peu à peu , c'eft le cas du Mouvement retardé. Comme les obftacles infurmontables anéantiflent également toutes fortes de Mouvemens , ils ne peuvent fervir à faire connoître la force : ce n'eft donc que dans l'équilibre , ou dans le Mouvement retardé qu'on doit en chercher la mefure. Or tout le monde convient qu'il ya équilibre entre deux Corps , quand les produits...
Page 237 - ... un vent de midi qui femble être la caufe de ces courans ; on obferve le même mouvement du midi au nord fur les côtes du Brefil , depuis le cap Saint - Auguftin jufqu'aux ifles Antilles , à l'embouchûre du détroit des Manilles , aux Philippines & au Japon dans le port de Kibuxia.
Page 390 - D'où il fuit , qu'il fe formera fur la terre deux promontoires d'eau , l'un du côté de la lune , l'autre du côté oppofé : ce...

Informations bibliographiques