Les moines d'occident depuis Saint Benoît jusqu'á Saint Bernard, Volume 4

Couverture
Jacques Lecoffre et Cie., 1867
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières


Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 72 - Pourquoi implorerais-je — sa faveur— ou m'inclineraisje devant lui — avec quelque obéissance? — Je puis être — un Dieu, comme lui. — Debout avec moi! — forts compagnons, — qui ne me tromperez pas dans cette lutte ! — Guerriers au cœur hardi, — qui m'avez choisi — pour votre chef! — Illustres soldats! — Avec de tels guerriers, en vérité ! — on peut choisir un parti ; — avec de tels combattants, — on peut saisir un poste. — Ils sont mes amis zélés, — fidèles...
Page 73 - Ce sont là les chants des anciens serviteurs d'Odin, tonsurés à présent et enveloppés dans une robe de moine. Leur poésie est restée la même; ils pensent à Dieu, comme à Odin, par une suite d'images courtes, accumulées, passionnées, qui sont comme une file d'éclairs. Les hymnes chrétiennes continuent les hymnes païennes. Un d'entre eux...
Page 385 - ... redoublent et l'emportent sur tout ce qui, dans sa conduite, a pu nous paraître moins attachant ou moins compréhensible. 11 est parmi les Anglo-Saxons le premier qui ait fixé l'attention des autres peuples, le premier aussi dont on ait conservé une biographie particulière. Dans chaque détail comme dans l'ensemble de cette biographie, il nous offre le type des qualités et des singularités de son peuple : l'obstination, le courage, l'énergie laborieuse et infatigable, l'opiniâtre amour...
Page 172 - dirent à la fois les deux adversaires. « Alors, » dit le roi, «je dis « comme vous qu'il est le portier du ciel et que je ne « veux pas le contredire, mais au contraire lui obéir « en tout , de peur qu'en arrivant aux portes du « royaume céleste, il n'y ait personne pour me les «. ouvrir, si je suis l'adversaire de celui qui en « tient les clefs. De ma vie je ne ferai ni n'appron« verai rien, ni personne qui lui soit contraire1.
Page 461 - BMV, ete., . . . quibus medium ejusdem ecclesiie testudinem, ducto a pariete ad parietem tabulato prsecingeret ; imagines evangeliese historise quibus australem ecclesise parietem decoraret ; imagines . . . quibus septentrionalem seque parietem ornaret, quatenus intrantes ecclesiam omnes etiam literarum ignari, quaqua versum intenderent, vel semper amabilem Christi sanctorumque ejus . . . contemplarentur aspectum.
Page 36 - ... occasion. L'évêque avait pour règle de n'accepter que très-rarement ces invitations à la table du roi, qui conféraient chez les peuples germaniques à ceux qui en étaient l'objet la distinction la plus remarquée. Quand il y allait, ce n'était que pour y assister au commencement du repas ; puis il se hâtait de sortir pour vaquer avec les siens à la lecture ou à la prière. Mais un jour de Pâques, le moine évêque étant à dîner chez le roi et à côté de lui, levait déjà le...
Page 461 - Dei genetricis, quam in monasterio majore fecerat, ecclesiam in gyro coronaret; imagines quoque ad ornandum monasterium ecclesiamque beati Pauli apostoli de concordia veteris et novi Testament! summa ratione compositas exhibuit : verbi gratia, Isaac ligna quibus immolaretur portantem, et Dominum crucem in qua pateretur seque portantem, próxima super invicem regione, pictura conjunxit. Item serpenti in heremo a Moyse exaltato, Filium hominis in cruce exaltatum comparavit.
Page 75 - Qua accepta in manu, interrogavit, si omnes placidum erga se animum et sine querela controversiae ac rancoris haberent. Respondebant omnes, placidissimam se mentem ad illum et ab omni ira remotam habere; eumque vicissim rogabant, placidam erga ipsos mentem habere. Qui confestim respondit, „Placidam ego mentem, filioli, erga omnes Dei famulos gero.
Page 72 - Est-ce là, dit-il, le lieu étroit où mon maître m'enferme? Bien différent, en effet, des autres que nous connaissions là-haut dans le royaume du ciel ! Oh ! si j'avais le libre pouvoir de mes mains, et si je pouvais pour un temps sortir, seulement pour un hiver, moi et mon armée ! Mais des liens de fer m'entourent, des nœuds de chaînes me tiennent abattu. Je suis sans royaume. Les entraves...
Page 368 - Jactatus nimium per tempora longa periclis, Quindecies ternos postquam egit episcopus annos Transiit, et gaudens coelestia regna petivit. Dona, Jesu, ut grex pastoris calle sequatur.

Informations bibliographiques