Memoires pour l'histoire des sciences et des beaux arts ..., Volume 1

Couverture
S.A.S, 1758
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 561 - Ceux qui enverront des Mémoires, font priés de les écrire en François ou en Latin, & d'avoir attention qu'ils foient lifibles. Les Auteurs mettront fimplement une devife à leur Ouvrage ; ils y joindront , à part, dans un papier cacheté & écrit de leur propre main...
Page 511 - Je feu de mille batteries de canon. Je mis les chofes dans une jufte égalité, par le foin que j'eus de me faifir de la bouteille , & de proportionner à chacun les dofes du courage qui lui étoit infpiré.
Page 504 - J'avois le courage de les combattre, & , malgré moi , le courage de m'en occuper. Ce n'eft prefque jamais que le malheur qu'on évalue ; il n'eft que le plaifir qui ne fe calcule pas. En vain je chercherois ici à donner une peinture de monétat.
Page 559 - Gaffe datn [article , paraîtrait l'unique rejfource four fauver la -vie à un malade , déterminer fi on doit pratiquer cette opération , & quelle ferait la méthode la plus avantageufe de la faire. • L'Académie a reçu douze mémoires fur ce fujet , Se n'en a point trouvé qui fût digne du prix.
Page 490 - Sincérement? font-ce-là les vrais fentïmens du Roi notre Maître ? Oui , lui répondit Poniatowski ; c'eft de fa propre bouche que je tiens tout ce que j'ai l'honneur d'avancer ici. Mais quoi ! ajouta le Centumvir , eft-ce le Roi lui-même qui nous exhorte à fubir la loi du Vainqueur? Le Palatin répliquant encore que cela étoit ainfi.
Page 505 - La féconde , c'eft que je ne pus douter, par une chofe que je me rappelai & que je vais dire , que Dieu ne prît un foin tout particulier de moi jufque dans les moindres circonftances de mon voyage. » L'Ambafladeur , à mon départ de Dantzic , m'avoit remis deux cents ducats.
Page 510 - ... de la Viftule, qui me tenoit fi fort au cœur. Nous examinâmes tous les endroits par où l'on pourroit le tenter avec quelque fureté. Les fentimens de mes Conducteurs étoient plus ou moins hardis , leurs vues plus ou moins fenfées, félon qu'une bouteille d'eau - de - vie , qui étoit au milieu d'eux , étoit plus ou moins pleine ; car c'eft elle qui préfidoit à l'Affemblée, & qui régloit les délibérations. Ce n'étoit, dans...
Page 507 - Oui, mon ami , lui dis-je auffi-tôt d'un air ferme & afTuré, c'eft lui-même ; mais à votre phyfionomie, je connois que vous êtes trop honnête homme , pour me refufer les fecours dont je puis avoir befoin dans l'état où je parois à vos yeux. Cet aveu fimple & naturel eut le fuccès du monde le plus heureux; & ce n'eft pas par fes...
Page 513 - Chef, cet homme autrefois fi intrépide en apparence , fe releve un moment après , & excite fes camarades à s'enfuir avec lui. Ce fut alors que ne pouvant plus retenir mon indignation : Quoi ! lâches , leur dis...
Page 495 - Malheureufement encore il n'ctoit informé d'aucun des Poftes qu'occupoient les Ennemis. L'efpoir d'une greffe récompenfe l'avoit engagé à fe donner au Marquis de Monti pour plus habile en ce point qu'il ne l'étoit ; & ce Miniftre , pour qui l'occafion n'avoit qu'un moment qu'il importoit de faifir , n'en avoit point eu pour l'approfondir & le bien connoître. D'ailleurs le fecret demandoit qu'il s'en tînt aux...

Informations bibliographiques