Histoire des protestants du Dauphiné aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles: Troisième période: le régime de l'Édit de Nantes, 1598-1685

Couverture
Grassart, 1875
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 147 - RPR demeure inutile, nous avons jugé que nous ne pouvions rien faire de mieux, pour effacer entièrement la mémoire des troubles, de la confusion et des maux que le progrès de cette fausse religion a causés dans notre...
Page 147 - Nous voyons présentement avec la juste reconnaissance que nous devons à Dieu, que nos soins ont eu la fin que nous nous sommes proposée, puisque la meilleure et la plus grande partie de nos sujets de ladite RPR ont embrassé la catholique...
Page 105 - Entre un père et son fils, sur la question : Si on peut faire son salut en allant à la Messe, pour éviter la persécution, Par Josué de la Place.
Page 136 - Pragelas ; pendant ce temps-là je conférai avec les plus forts et les principaux de Grenoble, et, à la réserve d'une trentaine de femmes, tout se rendit. Ils firent une déclaration qui a bien fait du bruit à Paris et à Rome; mais, après tout, quand elle est examinée dans nos règles, je ne crois pas qu'on y puisse trouver à redire. Je ne me contentai pas néanmoins de cet écrit...
Page ix - Mémoires du Duc de Rohan. sur les choses advenues en France depuis la mort de Henry le Grand jusques à la paix faite avec les Reformez au mois de juin 1629.
Page 417 - Le ministre protestant crut qu'il en devait faire de même et y étant allé, se promenant avec ledit seigneur évêque dans la salle, il fut si téméraire que de lui dire que la ville de Gap recevait ce jour-là grand honneur de voir ses deux pasteurs ensemble. Ce seigneur fut si offensé de cette insolence et qu'un petit ministre osât s'égaler...
Page 159 - Encore qu'on puisse aller jusqu'à cent francs, ce n'est pas à dire que l'intention soit qu'on aille toujours jusque-là, étant nécessaire d'y apporter le plus d'économie qu'il se pourra : premièrement pour répandre cette rosée sur plus de gens, et puis encore si l'on donne cent francs aux moindres personnes, sans aucune famille qui les suive, ceux qui sont tant soit peu plus élevés, ou qui entraînent après eux nombre...
Page 185 - ... jarretières de demitaffetas ou à dentelles, roses aux souliers, découpures aux habits, manchettes froncées, cheveux inégalement coupés, frisés et gauffrés; escharpes, passements larges au manteau ou habit, gants garnis de satin, velours, taffetas ou autrement, avec broderies, rubans ou passements; robes parées excessivement, comme velours, satin tout le long de la robe; de moustaches relevées artificiellement; bagues au doigt; gants en preschant, manchons riches, bottes sèches, esperons...
Page x - Décisions catholiques, ou Recueil général des Arrests rendus en toutes les cours souveraines de France en exécution ou interprétation des édits qui concernent l'exercice de la Religion Prêt.
Page 101 - Grandier condamné et condamnons à faire amende honorable, nu- tête, la corde au cou, tenant à la main une torche ardente du poids de deux livres...

Informations bibliographiques