Journal étranger

Couverture
Chez J. F. Quillau, 1758
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 28 - Beroient nécessairement sans habitans, si le courant ne prenoit pas le chemin que je viens de dire; mais, comme il le prend en effet, ceux qui veulent passer de la pointe de Lofœde à ces deux îles, attendent que la mer ait monté à moitié, parce qu'alors le courant se dirige vers l'ouest. Lorsqu'ils veulent revenir de ces îles vers la pointe de Lofœde, ils attendent le mi-reflux, parce qu'alors le courant est dirigé vers le continent ; ce qui fait qu'on passe avec beaucoup de facilité......
Page 31 - Woerœn , & qu'entre cette ifle & celle de Roeft. La pente qu'elles ont , lorfqu'elles defcendent , caufe la rapidité 'du courant; & par la même raifon cette rapidité eft plus grande près de la pointe de Lofcede que par-tout ailleurs.. Comme cette pointe eft plus près de l'endroit où les eaux s'arrêtent , la pente y eft auffi plus forte ; & plus les eaux du courant s'étendent vers les iflès de Woerœn & de Roeft , plus il perd de fa viteflè.
Page 30 - Biij à l'Ouell, jufqu'à celle de Loddinge» qui eft la plus' orientale. Cette petite langue de terre eft environnée par la mer , & foit pendant le flux foit pendant le reflux , les eaux y font toujours . arrêtées , parce qu'elles ne peuvent avoir d'iflue que par fix petits détroits ou parTages qui divifent cette langue de terre en autant de parties.
Page 30 - ... passages qui divisent cette langue de terre en autant de parties. Quelques uns de ces détroits ne sont larges que d'un demi-quart de mille, et quelquefois moitié moins; ils ne peuvent donc contenir qu'une petite quantité d'eau. Ainsi, lorsque la mer monte, les eaux qui vont vers le nord s'arrêtent en grande partie au sud de cette langue de terre : elles sont donc bien plus élevées vers le...
Page 27 - Il eft difficile de favoir, s'il va toujours devant lui, ou s'il revient fur lui-même, c'eft-à-dire , s'il coule vers l'eft , ou s'il revient vers l'oueft. Les...
Page 231 - Cette fille, née à la Bastide des Feuillans, à l'âge d'environ 29 ans, entra dans le monastère de Fabas en qualité de sœur laye. Comme elle avoit un tempérament délicat et une santé fort languissante, que tous les ans même elle étoit sujette à des rhumes très opiniâtres, on ne l'occupa qu'à des exercices de piété. Un train de vie si peu pénible et si douce ne put la garantir d'une vieillesse anticipée. Dès sa 37e année, et avant...
Page 198 - Orgueil» leux humains , fous un extérieur qui ne refpire que l'humilité , vous qui parlez d'un ton » fi doux, & qui trempez vos mains dans le fang , quel démon funefte vous...
Page 30 - ia mer fè retire & va vers le fud, il arrive pareillement « que les eaux s'arrêtent en grande partie au nord de cette « langue de terre, & font par conféquent bien plus hautes « vers le nord que vers le fud. « Les eaux arrêtées de cette...
Page 26 - Son cours ne fuit point celui des eaux de la mer dans leur flux & dans leur reflux : il y eft plutôt tout contraire. Lorfque les eaux de l'Ocean montent , elles vont du Sud au Nord ; & alors le Courant va du Nord au Sud.
Page 29 - J'aime mieux tenter moimême de développer la vraie caufe de ce phénomene. Je poferai d'abord comme un axiome, que partout où il ya un Courant, il faut que les eaux foient plus élevées d'un côté que de l'autre ; ou , ce qui eft la même chofe , qu'il n'ya point de Cou.

Informations bibliographiques