Mémoires secrets sur la Russie, et particulièrement sur la fin du règne de Catherine II, et sur celui de Paul I.

Couverture
Chez Levrault, Schoell et comp., 1804
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 252 - l'empereur apostolique et romain est ici ; elle « combat uniquement pour le rétablissement de « la sainte religion , du clergé, de la noblesse et « de l'antique gouvernement de l'Italie. Peuples, « unissez-vous à nous pour Dieu et pour la foi ; « nous sommes arrivés avec une grande puissance « à Milan et à Plaisance pour vous secourir.
Page 370 - ... son corps. Il appela son valet de chambre pour lui demander un insecte, afin de le placer dans le foyer du verre. Mais à peine eut-il exprimé ce désir, que je vis trois ou quatre de ces officiers, poudrés à blanc, s'empresser de prévenir le domestique et présenter à la fois leur capture ; de manière que le général...
Page 355 - S'il est du devoir, si l'on peut même concevoir l'espérance de réaliser, quoique par des progrès sans fin, le règne du droit public ; la paix perpétuelle, qui succédera aux trêves, jusqu'ici nommées traités de paix, n'est donc pas une chimère, mais un problème dont le temps, vraisemblablement abrégé par la marche progressive de l'esprit humain, nous promet la solution.
Page 376 - ... petites filles ainsi élevées , paraissait une pension de jeunes personnes bien conduite. A quinze ans, ces demoiselles étaient vendues; les plus adroites à des dames, pour en faire leurs femmes de chambre, et les plus jolies à des libertins, pour être leurs maîtresses.
Page 406 - Neva prête à débâcler, et vit une femme tomber dans l'eau. Elle envoie sur-le-champ à son secours : on parvient à la retirer, et Catherine veut voir celle qu'elle vient de sauver. On l'amène toute trempée et toute tremblante. C'était une jeune fille assez intéressante. L'impératrice la fait habiller de ses propres bardes dans sa garde-robe , et la renvoie en lui donnant quelques impériales, et lui enjoignant de venir la voir quand elle se voudrait marier. On interrogea cette fille eu...
Page 253 - Réunis« sez-vous donc à nous pour être les défenseurs « de la vraie et calme liberté. » Les Français, de leur côté, adressaient des proclamations aux soldats russes, qui ne les lisaient...
Page 176 - y disait-il, nous avons résolu de détruire le « gouvernement impie et illégitime qui domine « en France ; et nous nous sommes élevés contre « lui avec toute notre puissance. Dieu a béni nos « entreprises en les couronnant jusqu'à ce jour « de bonheur et de gloire. » II ajoutait à cette déclaration solennelle, la seule qu'il eût faite encore, des injures et des menaces au cabinet de Madrid , comme se plaçant » dans le petit « nombre des puissances européennes qui sem« Liaient...
Page 313 - C'était dans ce berceau de la liberté qu'était marqué l'écueil de son plus redoutable ennemi (1). Ce fut là que Souworow apprit la mort et la défaite du général Hotze , qui commandait le corps d'armée autrichien formant l'aile gauche des Russes, et auquel il était prêt à se joindre , ainsi que la déroute de Korsakow devant Zurich. A ces nouvelles, les transports de fureur du vieillard furent tels qu'il écumait de rage, et balbutia longtemps sans pouvoir parler. A la fin il laissa échapper...

Informations bibliographiques