Etude sur la signification des noms de lieux en France

Couverture
Hénaux, 1864 - 140 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 17 - Quoiqu'il y ait sept ou huit paroisses du nom de Chanteloup en France, outre les hameaux, châteaux ou fermes qui peuvent le porter, il se trouve que partout les lieux ainsi appelés en français sont dits en latin Cantus lupi, c'est-à-dire canton du loup. Il est inutile d'expliquer la raison de ce nom. Il faut que la retraite du loup soit quelque part. M. de Valois aurait mieux aimé qu'on eût dit en latin Campus lupi, champ du loup ; mais cantus, dans le sens qu'il signifie canton, veut dire...
Page 123 - C'était une des villas affectionnées par Clotaire II et Dagobert. COLERENSIS (variantes Colcunsis, Colecensis). Brunehaut, qui dirige son petit-fils Thierry, roi de Bourgogne, et Blichilde, femme de Théodebert, roi d'Austrasie, sont en rivalité. Il est convenu, pour rétablir la paix entre elles, qu'elles auront une entrevue... Placitum inter Colerensemel Suentensem,inter Bilichildemel Brunichildem fitur (FC, 35).
Page 2 - Quand vous me dites : notre langue, aussi bien que notre sol, est presque dépourvue de monuments celtiques antéromains, essentiellement gaulois, je vous arrête court, et je vous prie de remarquer, à côté des noms d'hommes, une autre espèce de médailles linguistiques qui, pour avoir subi des modifications plus nombreuses, plus profondes sans doute que les prénoms et les noms...
Page 99 - ... le bas-breton, divisé luimême en quatre sous-dialectes, sans compter le vieux gaulois qu'on parlait depuis la Seine jusqu'au Rhin, et le celtique qui s'étendait de France jusqu'en Italie et dans une bonne moitié de la Péninsule ibérique, je vous assure qu'on se sent sur les épaules une lourde charge. Notez encore que les textes manquent, et qu'on est forcé, pour avoir l'explication de certains mots, de prendre un peu par-ci, un peu par-là, de manière à faire, comme Cuvier avec ses...
Page 77 - Ilouzé, dans le langage topographique à former des substantifs qui indiquent le lieu dans lequel on fait, ou dans lequel sont réunies des choses représentées par le radical.
Page 127 - Ainsi, dans simtus, les deux voyelles qui se succèdent n'offrent pas assez d'appui à la voix, qui acquiert, pour ainsi dire, trop de fluidité, surtout pour les organes des habitants du Nord. On a cherché instinctivement à donner au son plus de consistance, en remplaçant î par la consonne ;'. Lorsque la consonne qui précède ce...
Page 84 - Lomtes par- a» s« nieie. ticuliers avant d'être détachée du grand Pagus des Attuariens ; car, à cette première époque des Comtes francs , il n'y en avait encore qu'un seul par diocèse , et plus tard un seul par pagus , comme le dit M. Guérard , dans son Essai sur les divisions territoriales de la Gaule,
Page 75 - II, p. 211, prétend que bouille veutdire bourbier, et il ajoute même, p. 267, que les noms de Pouilly et de Pavilly en sont dérivés. Enfin M. Fabi, dans son Dictionnaire géographique de l'Italie, aux articles Paulo et Pavullo, croit, eu égard à la situation de ces localités, que leur nom vient de Padule,
Page 73 - Gaule Cisalpine}. Quand les Romains nous ont transmis le nom de lieu « Juliacum », ils l'ont latinisé sur le mot employé par les Celtes et les Germains, c'est-à-dire sur » Juli-ach ou Jul-ich ». Ils auraient fait « Julium ou Julianum » d'un nom de lieu de forme latine » (Houzé, p. 73). Si le SUFFIXE « ACUS (iacus) » et ses équivalents « agus et ago « ne se rencontrent que dans les pays qui ont...
Page 54 - Bazoche, vieux mot, ajoute-t-il, qui est la traduction de Basilica. Puis ce qui est tout aussi concluant, c'est que nous avons près de Colmar (Haut-Bhin) un gros bourg que les Français nomment la Baroche, et que les Alsaciens nomment Zell.

Informations bibliographiques