Images de page
PDF
ePub

1

trouvoit tout occupé à l'action présente de l'ordre qu'il donnoit ou qu'il exécutoit; de sorte qu'il lui en prenoit de mesme qu'à ce grand Archimède, lequel estant ectasié dans ses desseins, beaucoup inférieurs à ceux de nostre généreux mareschal, n'appréhendoit et ne considéroit mesme rien de tout ce qui les troubloit tant soit peu, jusques à mespriser la mort et les périls qui l'environnoient. Son ame estoit du nombre de celles qu’Arislote dit estre faites pour commander aux autres en quelque condition qu'elles se trouvent; ce qui semble devoir rendre son procédé plus excusable, puisqu'il dépendoit d'une inclination naturelle sans laquelle il n'eust, possible, jamais exécuté de si grandes choses.

Il se proposoit de couronner cette campagne par la prise de la ville d'Ypre, et estoient convenus à cette fin, lui et le mareschal de Ranztau, qu'il lui enverroit cent mille rations de pain, lesquelles avoient esté cuites à cette fin à Dunkerque et à Dixmude, et embarquées en deux bateaux, comme aussi toutes les autres commodités nécessaires à ce siège et pour subsister dans le pais ennemi. Mais, foiblesse des projets humains ! les bateaux demeurèrent un jour embourbez dans l'un des canaux de la rivière de Lis, par lequel ils venoient, et les fâcheuses pluies survenues en mesme temps re: tardèrent l'exécution de ce dessein et la rendirent très difficile. Alors le desplaisir , la plus commune cause des maladies qui surviennent aux grands hommés, contribua beaucoup à celle qui lui arriva en mesme temps, qui fut bien soulagée par l'ouverture de ses anciennes playes, mais lui continua néanmoins une fièvre de cinquante-quatre heures. Tous ces accidens le contraignirent de s'arrester seulement un jour par le chemin; puis, ayant commandé qu'on le menast dans son car

rosse nonobstant la fièvre, il tascha de forcer, selon sa coustume, tous ces obstacles pour faire réussir son dessein; et l'eust fait sans que les ennemis eurent le temps, par ce retardement, de jeter deux mille cinq cents hommes dans cette place d'Ypre.

Ce qui lui ayant fait perdre l'espérance de s'en pouvoir si tost rendre maistre, cet esprit tousjours agissant n'en put demeurer là ; il voulut employer ses forces et ses préparatifs à quelque autre projet, et l'occasion: ne lui en fournissant point d'autre que d'attaquer la ville de Lens, il se résolut incontinent d'oster cette épine du pied à La Bassée.

L'une des plus sensibles différences d'entre Dieu, et les hommes me semble estre celle-ci : que nous faisons bien les propositions, mais Dieu les résout. De fait, nostre mareschal assiége Lens, comme vous avez sceu, et s'y prend de si bonne sorte que ses ennemis n'ont pu depuis éviter sa prise. Mais, ayant ce deffaut avec plusieurs personnes illustres de ne se contenter pas de commander et de donner leurs ordres, les voulant euxmesmes exécuter, il voulut aller en personne visiter ses gardes avancées, accompagné du sieur de Bougi, mareschal de bataille, et du sieur de Houtans, capitaine du régiment de Bergeré, pour monstrer aux travailleurs.ce qu'ils avoient à faire; et, en esbranlant un des pieux que les ennemis avoient plantés devant une demi-lune qu'il attaquoit, il receut un coup de mousquet à la testa, sur les quatre heures du soir du vingt-huit du passé, qui porta au costé droit de l'os pariétal, vers le coronal, et duquel il tomba bien; mais n'ayant point rendu de sans par le nez, la bouche ni les oreilles, ni perdu la parole, ni eu aucun autre fascheux accident de ceux qui accompagnent ordinairement les playes de la teste , nécessai

rement mortelles, encore que la balle eust esté trouvée sur la dure-mère, au-dessous de trois pièces d'os qu'elle avoit fracassez, tous de la grandeur d'une pièce de vingt sols, on jugea d'abord qu'elle s'estoit là amortie et y avoit terminé toute sa violence; d'où l'on espéroit contre espérance qu'il en pourroit aussi bien réchapper qu'il avoit fait, il y a cinq ans, de cette autre mousquetade qu'il receut aussi à la teste, entre l'os coronal et le temporal, devant Thionville, emportée par la valeur et la conduite du duc d'Enghien, à présent prince de Condé. A la guérison de laquelle playe la nature l'avoit tellement aydé qu'elle lui avoit, de son propre mouvement, séparé au quatriesme jour la grandeur d'un ducaton de l'os, et l'avoit comme trépané d'ellemesme. Et de fait, le courrier que le Roy lui avoit envoyé à Arras, où il fut porté le lendemain pour y estre pansé plus commodément, estant parti d'auprès de lui trois jours après le coup receu , et encore un autre gentilhomme que Son Eminence lui avoit envoyé, et qui ne l'avoit quitté que le quatriesme jour de sa blessure, firent le mesme rapport; et ce qui en donnoit le sujet, il signa une lettre qu'il avoit dictée deux heures avant sa mort, n'ayant perdu que durant ce temps la parole. Et ainsi mourut, avec un jugement aussi sain qu'il l'eust jamais, c'est-à-dire très grand , le 2 de ce mois , et le 4 de sa blessure, sur les trois heures après midy, auquel moment toute la France pouvoit dire qu'elle perdoit l'un des plus courageux et plus hasardeux guerriers de nostre siècle, au commencement de la trente-huitiesme de son âge.

Si est-ce qu'on ne peut ici obmettre la rencontre qu'a faite un astrologue nommé Questier en son almanach de cette année, qui, sous le pronostic du dernier

quartier qu'arriva ce funeste coup, contient ces mots : « Mort d'un martial courageux; » et à la fin de l'autre prédiction de ce mois ceux-ci se trouvent encore : « Ici nous est pronosticqué une mort violente de quelque homme courageux. » Et estant allé voir, le jour du mesme soir auquel il fut blessé, le sieur de Chambord, lieutenant-colonel d'un régiment de cavalerie de Son Eminence, il le trouva lisant cette prédiction; ce qui donna sujet à ce lieutenant de le prier de se garder soigneusement durant deux ou trois jours de ce désastre ou mauvaise influence qui pouvoit le menacer; mais il lui respondit : «Nos jours sont comptés; la volonté de Dieu soit faite. » Belle résolution à ceux qui sont dans l'Église.

« PrécédentContinuer »