Images de page
PDF
ePub

Trente aunes de satin noir pour faire cinq pourpoints à cinq esprits noirs, 160 livres tournois.

Trois aunes et demie de satin orange et trois aunes et demje de satin vert pour faire robes aux estroppies de cervelle , 48 livres tournois.

Soixante aunes de satin noir pour faire cinq manteaux, cinq pourpoints et cinq paires de chausses aux cinq embabouinés, 330 livres tournois.

Quinze aunes de satin vert pour chamarrer lesdicts manteaux, etc., 82 livres tournois.

Six aunes et demie de satin vert, à cent sous l'aune, et une aune et demie de satin blanc pour faire robe et manches à monsieur de Liancourt, représentant Jacqueline l'Entendue.

AUTRE.

1616. - A Jehan Dufour, parfumeur, pour avoir fourni six grands sachets de rozes pour mettre sur le lict et dedans les habits de Sa Majesté.

A Jean Beluteau, l'ung des garçons de la chambre du Roy aiant la charge, soin et conduicte des quatre nains de Sa Majesté, nommés Pierre Dumont, Raphael Du Bois, Denis Sornet et Guillaume Du Pont, la somme de 750 livres tournois pour le quartier de janvier en avril de l'année 1616, qui est à raison de 300 livres tournois par an pour chacun d'eux.

A Anne Oussache, de nation grecque, et à Adriane Toudorine, travaillans aux ouvrages de broderies de Sa Majesté la Royne, mère du Roy, la somme de 500 livres pour le quartier de leur pension.

Au sieur de Chanteloube la somme de 4,000 livres pour sa pension.

A monsieur Vaultier, premier inédecin de Sa Majesté, la somme de 600 livres pour ses étrennes.

Aux Pères de la congrégation de l'Oratoire de Jésus, 20,000 livres pour la chapelle que Sa Majesté la Royne mère a en leur église, proche le Louvre.

1615. — Il est ordonné au sieur de Fourcy, conseiller du Roy, de faire délivrer à Francqueville, sculpteur de Sa Majesté, deux blocs de marbre blanc, nécessaires pour parachever les moulures du basement du pieddestal de la figure du feu Roy, estant posée sur le PontNeuf, et ce des marbres qui se trouveront propres pour cet effet dans le magazin de l'abbaye de Saint-Denys.

1627. – Le Roy, en son conseil, désirant remédier aux plaintes ordinaires que lui font ses subjects à l'occasion des pirateries qui s'exercent sur eux par nombre de corcères armés en mer, qui se sont depuis quelque temps tellement fortiffiés que les vaisseaux marchands de sesdits subjects se trouvent bien souvent assiégés dans leurs costes et pris aussitost qu'ils se hazardent d'en sortir, a ordonné et ordonne que, pour la seureté des costes de Bretagne, seront faits et construits le nombre de trente vaissaux, et que pour ce faire les bois qui se trouveront dans les forests de Sa Majesté seront abaltus.

Articles et conditions accordés par le Roy à maistre Jean

Roz pour la fourniture du pain de munition des armécs de Sa Majesté (1632).

Ledit Roz sera tenu de fournir à la suitle des armées de Sa Majesté, és lieux qu'il luy sera ordonné, la

quantité de soixante mille pains de munition par chacun jour, plus ou moins, selon qu'il sera commandé par les généraux des armées.

Ledit pain sera fait de bon grain , loyal et marchand, les deux tiers froment et le tiers seigle, ou de pur froment, du poids de quatorze onces en paste pour revenir à douze onces cuit.

Sa Majesté fera payer audit Roz 15 deniers pour chacun pain de douze onces cuit et rassis, et pour luy donner moyen de faire achapt de bled, charrettes , chevaux et autres équipages, luy sera payé par advance la somme de 30,000 livres.

HISTOIRE

DE

L'ACADÉMIE FRANÇOISE,

DEPUIS SON ÉTABLISSEMENT JUSQU'A 1652.

« PrécédentContinuer »