Fêtes et courtisanes de la Grèce: Supplément aux voyages d'Anacharsis et d'Anténor, Volume 2

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 363 - dogmes étrangers qui enseignent que les ames des » hommes mous et timides passent dans le corps des « femmes que leur faiblesse expose à l'injure; celles « des meurtriers, dans des corps de bêtes féroces; « celles des hommes lubriques, dans des sangliers « ou des pourceaux; celles des hommes légers et in...
Page 275 - De la culture des terres s'ensuivit nécessairement leur partage ; et de la propriété, une fois reconnue, les premières règles de justice. Car, pour rendre à chacun le sien, il faut que chacun puisse avoir quelque chose...
Page 406 - Briarée, Gygés (i). Ils avoient chacun cinquante têtes et cent bras ; le ciel n'en put supporter la vue , et à mesure qu'ils naquirent il les cacha dans les sombres demeures de la terre , et les chargea de chaînes ; la terre indignée de les voir traiter ainsi , engagea ses autres enfans à les venger ; Saturne fut le seul qui osa l'entreprendre ; il détrôna le ciel son père, le mutila , et de son sang que la terre reçut dans son sein , il en naquit encore d'autres géans , avec les furies...
Page 426 - Elle a pour son but la vertu, qui n'est pas, comme dit l'école, plantée à la tête d'un mont coupé, raboteux et inaccessible. Ceux qui l'ont approchée, la tiennent, au rebours, logée dans une belle plaine fertile et fleurissante, d'où elle voit bien sous soi toutes choses ; mais si...
Page 378 - Mais si le mauvais démon le harcèle et l'excite au mal, qu'il se réfurjie aux autels et aux temples des dieux, comme au plus sûr asile contre ses attaques ; qu'il regarde toujours le mal comme le plus dur...
Page 426 - Pour n'avoir hanté cette vertu suprême, belle, triomphante, amoureuse, délicieuse pareillement et courageuse, ennemie professe et irréconciliable d'aigreur, de déplaisir, de crainte et de contrainte...
Page 426 - ... par des routes ombrageuses, gazonnées et doux fleurantes, plaisamment et d'une pente facile et polie, comme est celle des voûtes célestes. Pour n'avoir hanté cette vertu suprême...
Page 278 - concorde et dans l'abondance! Fais tout mûrir » dans nos champs, engraisse nos troupeaux, fer» tilise nos vergers, grossis nos épis, féconde nos » moissons. Fais surtout régner la paix, afin que » la main qui sème puisse aussi recueillir (i) ». Telle est la prière qui termine l'hymne de Callimaque en l'honneur de Gérés. En effet, la paix doit être l'objet des vœux les plus...
Page 377 - ni l'ouvrage de l'homme , ni l'effet du hasard » aveugle. On doit adorer les dieux , comme * auteurs de tous les biens dont nous jouis
Page 392 - Apollo , qui liber pater, qui sol. émanée d'un principe simple, se divise, se multiplie, en s'éloignant de sa source , et se distribue dans la matière organisée, tandis qu'Apollon est la lumière pure et vierge, dont le siège est dans la partie supérieure affranchie de tous les chocs tumultueux de la matière , et dans laquelle règne une constante et éternelle harmonie.

Informations bibliographiques