Politique de tous les cabinets de l'Europe, pendant les règnes de Louis XV et de Louis XVI: contenant des pièces authentiques sur la correspondance secrette du comte de Broglie, Volume 1

Couverture
Pierre Joseph Aexis Roussel (1759-1815, ed)
Buison, 1794
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 165 - En partant donc et des principes et des intérêts de l'Angleterre, comme puissance maritime et commerçante , du voeu de la nation et de la clameur populaire contre tout engagement désagréable à la .Russie , on ne peut guère supposer que, celle-ci ait quelque chose à craindre ,de la cour de Londres , pour l'accomplissement de ses projets dans la guerre contre les Turcs. Elle n'a pas non plus à se garantir de son influence dans. la négociation de la paix. L'ambassadeur d'Angleterre à Constantinople...
Page 29 - ... Majesté a donnés dans sa lettre du 6 de ce mois. D'après cet exposé, le comte de Broglie ose se flatter que Sa Majesté apercevra qu'il n'est pas question ici d'une correspondance d'intrigue, isolée des affaires, arrachée à la bonté ou à la facilité du feu Roi, et qui n'auroit eu d'autre objet que de lui donner des impressions sur les uns ou sur les autres ; enfin d'une besogne qui seroit plutôt relative aux intérêts de quelques 'particuliers, que le mouvement de la volonté du maître...
Page 33 - ... au moins qu'il ne fût mis hors de la carrière politique. Il peut également se flatter d'avoir placé M. le chevalier de St. Priest, qui étoit à la vérité porté par M. le duc de Choiseul , mais que le feu roi trouvoit jeune, et dont il détermina la nomination à l'ambassade de la Porte. Enfin il a soutenu M Durand, contre tous les assauts qu'il a éprouvés, ayant été soupçonné , sous les deux derniers ministères, d'être dans quelque correspondance avec le comte de Broglie; et en...
Page 137 - L'éloignemenl qui a régné entre les deux cours, depuis l'année 1756 jusqu'à la paix, a dû nécessairement causer une méfiance ; et tout ce qui s'est passé depuis cette époque jusqu'en 1771, et qu'on a indiqué dans le commencement de cet ouvrage, n'a pu servir qu'à la confirmer. On doit donc convenir que, pendant tout ce temps, le Roi de Prusse a eu et dû conserver peu d'espoir de renouer avec la France. On ajoutera qu'alors il s'est flatté de la voir revenir à son ancien système, ou...
Page 24 - Broglie, quand celui-ci seroit à Paris dans la même forme ci-devant observée par M. le prince de Conti. Le comte de Broglie obéit, écouta et lut tout ce qui lui fut présenté par le sieur Tercier; mais, évitant encore de se rendre le chef de la besogne , il continua à ne s'occuper que de ce qui concernoit la Pologne et la Saxe , et ne prit la liberté d'entretenir Sa Majesté que de ces objets. Il chercha même alors à quitter la carrière politique pour celle militaire, et demanda avec...
Page 28 - Tcrcier, c'est le sieur Dubois-Martin qui en a été chargé. Les comptes ont été successivement arrêtés par le comte de Broglie , et approuvés par le Roi jusqu'à une époque dont il n'a pas la date présente. Cet article exige une règle et une forme particulière, et ces comptes ne sauroient être brûlés sans avoir été rendus. Sa Majesté est trop juste pour ne pas en sentir la conséquence , relativement à la délicatesse et à la tranquillité du comte de Broglie. Ce point seul seroit...
Page 28 - Broglie n'ignorant pas qu'il étoit connu par M. le duc de Choiseul comme ayant part à la confiance du Roi, et voulant calmer les inquiétudes de ce ministre et prévenir tous les mauvais offices qu'on cherchoit à lui rendre, avoit pris depuis la guerre le parti d'aller tous les ans passer six mois à Ruffec. Il crut devoir continuer; et sur l'observation qu'il en fit faire au Roi, Sa Majesté lui permit de chercher quelqu'un de bien sûr pour travailler en second à cette partie. Il n'étoit pas...
Page 183 - ON s'est engagé à prouver que , pour continuer et pousser la guerre en Pologne et contre les Turcs , la Russie a eu plus de moyens et de ressources pécuniaires qu'on ne lui en suppose communément; que pour achever la dernière , et même pour en commencer peut-être une autre contre la Suède , elle en a encore et peut s'en procurer du moins assez pour les besoins d'une ou deux campagne».
Page 148 - ... qu'il en doit arriver encore incessamment ; on en flatte les autres, on se le persuade à soi-même , et on se laisse bercer d'un espoir commode , parce qu'il endort sur le présent , mais dangereux , parce qu'il empêche de prendre des précautions pour l'avenir. On ne...
Page 47 - SIRE, Je suis enfin arrivé au terme auquel j'aspirois depuis l'avènement de Votre Majesté au trône. J'ai achevé de mettre sous les yeux des ministres qu'il lui a plu de nommer les preuves incontestables de ma conduite. Ils sont en état de prononcer sur la manière dont j'ai toujours fait usage de l'accès que j'ai eu auprès du trône, pendant vingt-trois ans, pour l'utilité et la gloire de mon maître; et de dire si j'ai jamais...

Informations bibliographiques