Images de page
PDF

DE :
M. GRESSET.
NOUVELLE ÉDITION,

Revue, corrigée, considérablement augmentée , et

donnée au Public par l'Auteur.

TO ME SECOND.

A PARIS,

CHEZ LES LIBRAIRES ASSOCIES.

AN XIII. -

PIECES

Contenues dans ce Volume. · DISCOURS sur l'Harmonie. EDOUARD III, Tragédie. SIDNEY, Comedie. LE MÍCHANT, Comédie.

COR INST

UNIVE;-
- 3 APR 1974
OF Cara)
CORARY

SUR

L'HARMONIE.

PRÉVENU de tout' tems, Messieurs, contre le style du Panegyrique, je ne prêterois point aujourd'hui ma voix à des louanges, si ce n'étoit en faveur d'un Art au-dessus des louanges mêmes : Art brillant, Art consacré dans tous les âges par l'amour de tous les Peuples ; Art sublime par qui la Terre s'entretient toujours avec les Cieux , er paye encore aux Immortels le tribut de ses hommages. A ces traits de lumière, qui peut méconnoître l'Harmonie ? Vos goûts réunis pour elle, feront plus ici que ne pourroient faire tous ces mensonges brillans qu'on décore du nom d'éloquence. La réflexion suit volontiers la pente ou le sentiment l'amène, et toujours l'esprit souscrit rapidement au mérite de ce que le cæur adore. Je ne viens point prouver que la Musique doit plaire; c'est une de ces vérités de la nature dont chacun porte la preuve écrite dans son ame : je ne viens point expliquer comme elle plaît; c'est un de ses Tome II.

A2

plaisirs intimes dont il faut jouir avec transport, sans analyser froidement ses causes : je veux seulement développer d'abord la dignité de l'Harmonie aux yeux de ceux qui la chérissent par instinct sans avoir réféchi sur son prix : je veux ensuite démontrer les nombreux avantages de cette Science à ceux qui ne la croient que riante et frivole, fortifier le goût de ses Amateurs, lui réconcilier ses Adversaires, s'il en peut être voilà mon projet. La noblesse de l'Harmonie , l'utilité de l'Harmonie ; c'est sous ces deux idées que je vais réunir et ranger tous ses attributs er toutes ses grâces. Déclamations emphatiques, métaphores ampoulées, fastueuses hyperboles, disparoissez, soyez les beautés et les Dieux du Pédantisme ; la vérité sera ma seule éloquence. Heureux un Art dont l'Histoire est l'éloge!

PREMIÈRE PARTIE.

LA noblesse des Arts, comme celle de la naissance, me paroît fondée sur trois illustres prérogatives ; l'antiquité de son origine, sa puissance marquée, la vénération des Peuples : triple avantage qu'on ne peut contester à la Musique : suivons-en les preuves.

Il règne chez les Historiens des Sciences et des Arts un défaut qui leur est coinmun avec les Historiens des Peuples et des Empires; les uns er les autres, plus épris du merveilleux que du vrai, ont souvent placé dans la Fable l'origine de ce qu'ils célébroient : tantôt ils ont choisi à la Nation, ou à l'Art qu'ils vantoient, des Dieux pour aseux ou pour inventeurs : tantốt, dans des ténèbres augustes, ils en ont voilé l'origine. La plupart n'ont pu souffrir des commencemens simples et obscurs, oubliant que les fleuves les plus majestueux dans leurs cours, n'oor' été d'abord que de foibles ruisseaux, partis souvent d'une source ignorée. Autorisé par ces exemples, je pourrois ou tirer un voile mystérieux sur le berceau de l'Harmonie naissante, ou lui prêter une descendance fabuleuse, la faire

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »